Accueil Audi On a lu : Audi la légende

On a lu : Audi la légende

215
2
PARTAGER

Les fêtes approchent. Pour un passionné de voitures, le cadeau typique, c’est un livre. Comme celui qui vient de sortir aux éditions Atlas, Audi la légende.

Comme son nom l’indique, le livre traite de l’histoire d’Audi. Il évoque également les autres composantes d’Auto-Union (Horch, DKW et Wanderer), ainsi que NSU (de son rachat par VW à la fin.) Le tout en mélangeant les images d’archives et des photos « studio » de 57 modèles. La chronologie s’arrête vers 2000… Mais la 57e et dernière voiture évoquée est une A5 TDI.

L’auteur, Matthias Kaluza est le conservateur du musée Horch de Zwickau (situé dans l’ex-usine de Horch et des Trabant.) Il est né à Zwickau et il a travaillé pour IFA (le conglomérat étatique de l’ex-RDA, qui chapeautait notamment les Trabant.) Autant dire que c’est un mordu, avec une connaissance encyclopédique. Précisons également qu’Audi parraine la publication, d’où des remarques qui laissent rêveur (comme la « personnalité hors pair » de la V8.)
En France, Audi ne s’est fait vraiment connaitre qu’à la fin des années 70. Même pour les passionnés de voitures, les débuts se résument à « [blanc] Auto-Union de Grand Prix [blanc] Audi Quattro Groupe A ». Qui plus est, les ouvrages sur la marque sont encore assez rares. Beaucoup découvriront donc les périodes antérieures, notamment l’entre-deux guerres.

Sur le fond, le livre est très centré sur l’histoire allemande des modèles. VEMAG et IFA sont à peine sous-entendus. Il n’y a rien du tout sur l’aventure chinoise ou sur l’Audi 5000 de Magnum. Et en tant que Français, j’aurais voulu voir les NSU préparée par Louis Meznarie et l’Audi 80 Quattro R.O.C. de Frank Biela. Il n’y a que des voitures. Même August Horch n’a pas droit à un portrait.
De plus, la maquette est très touffue. 410 pages d’apnée. Il aurait sans doute été préférable de mettre moins de photos, afin qu’elles soient plus grandes. Quant au texte, il est relativement bien traduit (c’est suffisamment rare pour être souligné.) Mais c’est un enchainement de dates et de faits. Kaluza n’est pas un auteur chevronné, d’ailleurs, c’est son premier livre. On a du mal à « entrer » dans le texte.

En résumé, c’est un livre à réserver aux fans d’Audi. Les autres risqueront de le feuilleter, puis de le poser définitivement dans un coin. Ce qui serait dommage.

Audi Légende small 2

Crédit photos : Joest Jonathan Ouaknine/Le Blog Auto

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "On a lu : Audi la légende"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Membre

une légende qui est en train de tomber, quand même

Arnaud
Invité

Bonjour, à titre informatif la dernière Audi de cet ouvrage est une A7, pas une A5. Ce livre est la traduction de Audi Ikonen (officiel de Audi Tradition) sorti en 2012.

wpDiscuz