Accueil Insolite Les états d’âme des véhicules autonomes

Les états d’âme des véhicules autonomes

154
30
PARTAGER

Les véhicules autonomes seront sur nos routes demain. Si certains s’inquiètent de devoir lâcher le volant, d’autres « se mettent le ravioli en ébullition » et imaginent des scenarii où les intelligences artificielles devront prendre des choix dramatiques.

Tout part d’un travail de Jean-François Bonnefon, Azim Shariff, Iyad Rahwan de l’Ecole d’Economie de Toulouse (TSE) – voir ici. Les trois spécialistes en intelligence artificielle et psychologie cognitive posent la question de l’éthique des véhicules autonomes. Ces véhicules doivent permettre de diminuer les accidents de la circulation mais certains cas ne pourront pas être évités et susciteront immanquablement des débats au sein de nos sociétés.

Entre autre exemple, les trois Toulousains prennent le cas d’un véhicule autonome qui se trouve sur une route face à un groupe de piéton, à une distance trop courte pour les éviter et avec un mur sur le côté. Le véhicule autonome doit-il alors tuer (ou risquer de tuer) les piétons et sauver son propriétaire/occupant ou doit-il braquer et tuer potentiellement son occupant en frappant le mur mais en sauvant le groupe de piéton ?

Tuer un enfant ? Un adulte ? Son occupant ?

Plus généralement dans une situation où la mort d’un être humain est inévitable, lequel choisir ? Evidemment plusieurs cas se présentent en fonction du nombre de piétons, de leur nature (enfant, adultes, etc.) et dans les réponses, les chercheurs notent que beaucoup de personnes interrogés pensent que l’on doit éviter les piétons, à condition que l’on ne soit pas soi même dans le véhicule.

On peut imaginer soi même d’autres cas comme par exemple une extension du cas cité ci-dessus mais avec 2 piétons dont inévitablement un va être percuté par le véhicule. Lequel doit-on « choisir » ?

C’est évidemment un thème récurent des romans ou des films d’anticipation qui envisagent des robots dans notre quotidien. Isaac Asimov a théorisé trois lois de la robotique (quatre en fait) il y a longtemps et les véhicules autonomes devront sans doute intégrer ce genre de lois sous peine de migraine électronique. Une charte internationale de la robotique est à l’état d’embryon, va-t-on devoir faire de même avec les véhicules autonomes pour éviter les procès inévitables sur ce genre de cas ?

Source : arXiv:1510.03346 via technologyreview, illustration : PSA

 

Poster un Commentaire

30 Commentaires sur "Les états d’âme des véhicules autonomes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
frederic E
Invité

si on est en Volvo, on s’en fout , Volvo a fait savoir qu’il sera responsable en cas de pépin
Allez la Panda 4×4 Mk1 ou 2 ou le Defender m’attendent 😉

Fred21
Invité

@frederic E – Volvo a fait savoir qu’il sera responsable en cas de pépin –
Sauf si tu lis bien les petites lignes du contrat de vente:
article 1: responsabilité non engagée si la route est plate
article 2: responsabilité non engagé si la route tourne
article 3: responsabilité non engagé si il fait jour
article 4: responsabilité non engagé si il fait nuit
article 5: responsabilité non engagé si il pleut
article 6: responsabilité non engagé si il ne pleut pas
article 7: responsabilité non engagé si etc …

Fred21
Invité

zut pour mes e à engagée !!!

wizz
Membre

i, Car…….

Helios
Invité

Si le système informatisé de la voiture n’arrive pas à réagir et à freiner à tant à l’apparition des piétons sur la route, je ne suis pas sûr qu’un humain, qui a un temps de réaction d’une seconde en moyenne aurait pu éviter la collision.

PEMS
Invité

Débat intéressant. De plus la réalité est une infinité de cas de figure, il y aura toujours une situation qui n’avait pas été prévue par les metteurs au point.
Je me posais la question : est ce qu’aujourd’hui les algoritmes des véhicules autonomes savent reconnaitre un piéton, ou celui-ci n’est qu’un obstacle comme un autre?

Helios
Invité

A voir le système de Volvo la voiture est capable de faire la différence
http://www.clubautoradio.fr/wp-content/uploads/2013/06/volvo-detecteur-cyclistes-pietons.jpg
Je pense que le système détecte les objets et regarde en fonction de la taille, de la largeur… et si ce dernier est en mouvement ou non, il arrive à faire la différence entre voiture, piéton et cycliste.

Fred21
Invité

Juste un bon ressort sous la voiture, une touche Nintendo au tableau de bord avec un Super Mario en logo et hop, on saute 30 m 🙂

wpDiscuz