Accueil Constructeurs Renault Roumanie veut améliorer sa compétitivité pour damer le pion à l’usine...

Renault Roumanie veut améliorer sa compétitivité pour damer le pion à l’usine Dacia de Tanger

228
25
PARTAGER

Déjà en mars 2014, les salariés roumains de Dacia redoutaient que les pays de l’Est dans leur ensemble – et plus particulièrement la Roumanie – ne fassent les frais du développement de sites industriels Renault au Maghreb.


Si à cette date, près de 10 000 personnes avaient manifesté à l’appel du syndicat de l’usine Dacia/Renault en vue d’obtenir de la part du gouvernement roumain la construction d’une autoroute d’un intérêt stratégique pour permettre l’exportation des véhicules, désormais c’est Nicolas Maure, le directeur général de Renault Roumanie qui prend le taureau par les cornes, en s’emparant du dossier.

Ce dernier a en effet déclaré que Renault souhaitait prendre des mesures en vue « d’améliorer la compétitivité de son usine historique Dacia en Roumanie et éviter ainsi qu’elle soit dépassée par le nouveau site de Tanger au Maroc ». Pour ce faire, le groupe français devrait renforcer l’automatisation, contenir les augmentations de salaires et ne pas remplacer des départs.

L’usine de Mioveni, où travaillent 14 000 des 17 000 salariés de Renault en Roumanie doit désormais faire face à la hausse des coûts salariaux observée en Roumanie. son activité est également freinée par des infrastructures routières inadaptées. Or la nouvelle usine Dacia de Tanger, au Maroc, assemble les mêmes modèles d’entrée de gamme que l’usine roumaine depuis son ouverture en 2012. Pour tenter de limiter la casse et renforcer la compétitivité de Mioveni, Renault compte y porter le degré d’automatisation à 20% d’ici cinq ans contre seulement 5% actuellement.

Si à l’heure actuelle, les grands sites industriels automobiles en Europe et aux Etats-Unis sont automatisés jusqu’à 90%, Renault ne souhaite pas d’entrée appliquer ce principe en Roumanie  afin d’éviter un « tsunami » sur l’emploi, selon les termes mêmes du directeur général.

Précisons à cet égard que si les salaires roumains demeurent parmi les plus bas de l’Union européenne, ceux des ouvriers de Mioveni sont d’un niveau supérieur à la moyenne nationale et environ 2,5 fois plus importants que celui des salariés de Renault au Maroc. Une différence de taille pour la production de véhicules dits low-cost … Selon Nicolas Maure, pour que l’usine roumaine demeure compétitive, «  il faudrait ralentir le rythme des augmentations de salaires pendant une période de temps ».

Le directeur général de Renault Roumanie note toutefois que Mioveni se place toujours devant Tanger en termes de compétitivité. Environ 340 000 véhicules ont été produits sur le site roumain en 2014 et la production devrait être encore légèrement supérieure cette année. L’usine dotée d’une capacité de production de 350 000 unités, tourne donc à plein régime. Mais selon Nicolas Maure, « les volumes à Tanger augmentent beaucoup en 2015″. Le contexte est donc susceptible « de réduire fortement l’écart » en faveur du site roumain.

Il n’en demeure pas moins qu’une nouvelle fois, la peur de la concurrence est utilisée pour motiver les troupes et éviter qu’elles ne se rebiffent face à ce qui représente ni plus ni moins un gel des salaires et une diminution du personnel, pour des objectifs qui ne semblent pas à priori susceptibles de révisions à la baisse, compte-tenu du contexte de l’emploi.

Sources : Renault, Reuters, AFP
Crédit image : Dacia

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "Renault Roumanie veut améliorer sa compétitivité pour damer le pion à l’usine Dacia de Tanger"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
XX
Invité

Salaires minimum Europe 2015 Eurostat:

Bulgarie 184 euros
Tchèque 331 euros
Estonie 390 euros
Grece 683 euros,( sont pas près d’avoir une usine ).
Espagne 756 euros
Lettonie 360 euros
Lituanie 300 euros
Hongrie 332 euros
Pologne 409 euros
Roumanie 217 euros
Slovaquie 380 euros ou VW construit ses Bentley.

http://ec.europa.eu/eurostat/tgm/table.do?tab=table&init=1&language=fr&pcode=tps00155&plugin=1

pat d pau
Invité

Elle est produite ou ta Bentley ? en Slovaquie comme ma merco classe A.
ah ok… whaou la marge que tu donnes a Bentley ! mais t’as eu un prix quand meme ?

Elisabeth S
Invité

merci bcp pour les précisions !

pedro
Invité

Il faut delocaliser au malawi et faire bosser des gossees!!!
Ou sur l’etat islamique, la on peut carrement achter les esclaves. La on est competititf….

fistulinside
Invité

On peut faire bosser des esclaves à la dictature du Qatar également, à qui on vend des armes et des avions de chasse en toute impunité…

SGL
Invité

Il me semble que l’Inde est sur les starting-blocks pour produire la future mini-Dacia à 4 500 € (en France).

carlito
Invité

C’est tout l’art de monter les miséreux les uns contre les autres, juste par profit.

Ecoeurant.

SGL
Invité

Ou niveler par le haut en donnant du travail aux peuples les plus miséreux, c’est selon 😮

pedro
Invité

Ca a toujours existé…
Envoyer des paysans a la guerre dans des conditions atroces tuer le premier mec qui aurait pu etre un super pote ca se fait depuis la nuit des temps.
Exhorter l’ouvrier roumain a faire mieux et moins cher que le marocain… c est pas si eloigné

wizz
Membre
juste par profit des entreprises, par profit des actionnaires…ou encore par profit des CONSOMMATEURS. Exemple: Le four micro onde fabriqué en France coutait 2000 francs, affiché sur l’étiquette Le four micro onde du concurrent, fabriqué en Chine coutait 1000 francs. Quel était le comportement du consommateur face à une telle différence? Le premier a alors dû serrer la ceinture, vendre au prix coutant, sans marge, sans bénéfice, donc sans budget pour son département R&D, indispensable pour pouvoir proposer de nouveaux produits dans 3 ans, dans 5 ans, et donc de continuer à exister. Mais les salaires et conditions de travail… Lire la suite >>
Fred21
Invité
Pour rester dans le ménager: Moulinex. Il fallait que les emplois restent en France et à la fin rien n’est resté, ni délocalisé non plus, la marque a coulé. Nom et brevet rachetés par SEB pour des produits délocalisés. Dans mon domaine, j’ai commencé en 91, production française. Vers 2006 sont arrivés les productions asiatiques à 3/4 fois moins chers. Pour le prix de mon coffret et de ma tête de lecture, il avait l’appareil complet packagé dans sa boite. En 2 ans, je ne vendais plus rien. Je n’ai eu plus que le choix d’importer et de ne plus… Lire la suite >>
wizz
Membre

http://www.lavie.fr/archives/1993/12/30/il-etait-une-fois-1993,1233503.php

« 25 janvier: délocalisation chez Hoover.
Les 700 salariés de Hoover à Dijon victimes d’un « dumping social ». La multinationale américaine – après avoir négocié un accord secret avec les syndicats britanniques: baisse des salaires, grève interdite, pas d’embauche mais intérim sur 24 mois…– décide de transférer son usine en Ecosse. »

et le consommateur français, il avait fait quoi comme acte de solidarité, « anti-écoeurement »?
En poussant le caddy dans les rayons du supermarché, il disait « chouette, un aspirateur Hoover pas cher, moins que celui de Moulinex…. »

fistulinside
Invité
Il n’y a que ceux qui n’ont pas de problème de fric pour montrer les consommateurs du doigt quand ce sont les gouvernants qui organise ce désordre. Neuf millions de travailleurs pauvres, cinq millions de chômeurs… pour pouvoir tous les mettre en concurrence face à la précarité. Le capitalisme financier a besoin d’une masse de chômeurs pour fonctionner, face à l’incertitude du lendemain on est prêt à accepter n’importe quel job et on ferme sa gueule. C’est une vue de l’esprit de croire qu’il n’y a pas de solution, même au niveau européen. L’Europe est la première économie mondiale (25%… Lire la suite >>
wpDiscuz