Accueil F3 Indycar 2015 : NOLA

Indycar 2015 : NOLA

99
3
PARTAGER

Pluie, flopée de drapeaux jaunes, la première épreuve d’Indycar à la Nouvelle-Orléans fut une vraie loterie. Et c’est James Hinchcliffe (Sam Schmidt) qui a tiré le gros lot. Ce n’est pas la plus belle victoire de sa carrière, mais c’est une victoire quand même.

F1600

Commençons par un détour à Road Atlanta. C’est là que débute la saison régulière de F1600. Vainqueur de la course hivernale, Tõnis Kasemets était juste là pour roder la voiture de Polestar Racing Group. Pas de gros changements depuis Palm Beach, à part le retour de Jack Mitchell Jr (Exclusive.) Le favori, c’est Austin Mack (K-Hill), 2e à Palm Beach et surtout vainqueur d’une course de F1600 SCCA, ici-même, en mars. Il est épaulé par Skylar Robinson, qui découvre la monoplace.

Andrew Hobbs (Pelfrey) décroche la pole.

F1600 1

Comme d’habitude, il y a beaucoup de bastons. Will Harvey (Chastain) oublie Hobbs au départ. Le poleman voit même passer tout un train de FF. Au 4e tour, gros carton entre Robert Megennis (Pelfrey) et Ben Auriemma (Pelfrey.) La piste est pleine de débris et le drapeau rouge est agité.
Lors du deuxième départ, Scott Andrews (Exclusive) prend les commandes. Mais il ne peut contenir Steve Bamford. Un troisième larron se joint à la lutte, Kyle Kirkwood (Chastain.) Harvey ne s’avoue pas non plus vaincu. Mais dans l’ultime virage, ce dernier part dans le décor.

In extremis, Kirkwood remporte la course 1 face à Bamford et Andrews.

F1600 2

Meilleur tour de la course 1, Robinson se retrouve en pole, le dimanche matin. Néanmoins, Thomas McGregor (Exclusive) le laisse sur place. Puis Andrews le relaye en tête. Mack et Harvey doublent également l’ex-leader. Néanmoins, pour une fois, ça ne bouge pas. Les huit premiers sont pourtant roue dans roue.

Andrews s’impose ainsi devant Mack et Harvey.

F1600 3

Pour une fois, il y a trois courses. Hobbs est de nouveau en pole… Il se fait de nouveau avoir au départ. Bamford prend la tête. Mack se fait bousculer et repart avant-dernier. Puis Kirkwood lui succède, tandis qu’Andrews s’empare du 2e rang. Mack remonte les voitures et le voilà en vue du podium ! En vue de l’arrivée, le Honda de Hobbs s’éteint. Les drapeaux jaunes sont agités.
Au restart, Kirkwood, Andrews et Mack sont cote à cote. Puis un quatrième homme se faufile : Mitchell. Dans la dernière ligne droite, Kirkwood, Andrews et Mitchell sont à trois de front.

D’une roue, Mitchell gagne la finale, devant Kirkwood et Andrews.

F1600 4

US F2000

Passons à la Nouvelle-Orléans. Jusqu’ici, le circuit n’avait accueilli que les Winterfest d’US F2000 et de Pro Mazda. Après son carton plein en Floride, Jake Eidson (Pabst) peut faire le break.

C’est pourtant Nico Jamin (Cape Motorsport) qui est le plus rapide aux essais.

US F2000 1

La course 1 est assez monotone. Eidson et Aaron Telitz (Cape Motorsport) se battent pour la 2e place (à l’avantage de ce dernier.) Cela fait les affaires de Jamin, sur orbite. Et pour une fois, il n’y a pas d’interruption. 4e sur la grille, Victor Franzoni (Afterburner) perd deux places au départ. Il les regagne et revient sur les deux vieux rivaux. Mais le Brésilien klaxonne dans le vide.

Vainqueur de la Winterfest 2015, le tricolore remporte son premier succès « normal » de 2015. Telitz est 2e et Eidson, 3e.

US F2000 2

Le dimanche, il pleut. Telitz est en pole, devant Franzoni et Jamin. 2 tours plus tard, le Mazda du leader émet des bruits bizarres. Franzoni saisit l’opportunité. Puis le vainqueur du Team USA Scholarship 2014 est arrêté. Le safety-car intervient.
Au retour des « verts », Franzoni contient le vainqueur de la course 1. Eidson les suit, sans conviction. Il profite des pannes de cerveau des 4e successifs pour assurer.

Ce sont donc Franzoni, Jamin et Eidson qui montent sur l’estrade.

US F2000 3

Au classement, Eidson reste en tête, à 108 points. Mais Jamin se rapproche, avec 101 unités. Telitz est 3e, à 82 points.

US F2000 4

Pro Mazda

Entre la Floride et la Louisiane, World Speed Motorsports s’est offert un crochet par Sonoma. Elle y a testé Ben Gersekowki (vice-champion de F3 Australia 2014.) Ce fut juste un « one shot » et le peloton ne bouge pas. Notez qu’il n’y a pas d’Indy Lights au NOLA.

Comme Eidson en US F2000, Neil Alberico (Cape Motorsport) a fait le plein à St Petersburg. Et comme Eidson, Alberico ne confirme pas au NOLA ; Weiron Tan (Andretti) décroche la pole.

Pro Mazda 1

Il pleut des cordes le samedi, alors que la course 1 aurait du avoir lieu. Du coup, la course 1 est programmée au dimanche et la course 2 est annulée.
Santiago Urrutia (Pelfrey) prend un meilleur départ. Tan tente vainement de se dédoubler. Derrière, Timothé Buret (Juncos) s’accroche au bronze.

On les retrouve dans le même ordre sur le podium : Urrutia devant Tan et Buret.

Pro Mazda 2

Alberico, 6e, conserve le leadership, avec 79 points. Urrutia devient menaçant, à 75 points. Jose Gutierrez (Juncos) est 3e à 56 points. 5e de la course, Florian Latorre (Cape Motorsport) est également 5e du championnat, à 44 points. Buret remonte au 12e rang, à 34 points.

Pro Mazda 3

Indycar

« Et j’vis comme une boule de flipper. Qui roule. » Voici le résumé de la course de Simona de Silvestro (Andretti) à St Petersburg. Malgré tout, la Suissesse a décroché deux piges supplémentaires (NOLA et Indianapolis.) La grille se met en place pour « Indy ». Parmi les « 33 », on devrait surtout voir les exclus du mercato (Alex Tagliani, JR Hildebrand, Justin Wilson, Sébastian Saavedra, Pippa Mann et Catherine Legge.)

A cause de la tempête tropicale, les qualifications sont annulées. La grille est basée sur le championnat et Juan Pablo Montoya (Penske), vainqueur en Floride, est donc en pole.

Indycar 2

Toujours à cause des conditions climatiques, le warm-up est annulé et la course, avancée.

La piste est détrempée. Au drapeau vert, Tony Kanaan (Ganassi), tente de court-circuiter Will Power (Penske), 2e. Fidèle à ses habitudes, l’Australien ferme la porte et Kanaan part dans le décor. Derrière, Jack Hawksworth (Foyt) a trouvé un raccourci, ce qui ne plait pas aux commissaires de piste. Alors que les Penske roulent en formation, Kanaan et Ryan Hunter-Reay (Andretti) font le pari des slicks. A la sortie des stands, le Brésilien part en tête-à-queue. Gabby Chaves, arrêté en plein milieu de la piste, entraine les premiers drapeaux jaunes.
Tout le peloton chausse des slicks et le quatuor de Penske reste en tête. Graham Rahal (Rahal) est 1er des « non-Penske ». Sage Karam (Ganassi) part à la faute et déclenche un deuxième « jaune ».
Chaves commet une nouvelle erreur et les jaunes sont de retour.
Josef Newgarden (CFH) est coupable de n’avoir pas attendu les « verts ». Helio Castroneves (Penske) se fritte avec un concurrent. Karam est puni d’un drive-through pour s’être arrêté aux stands alors qu’ils étaient fermés. Lorsqu’il ressort, ses pneus sont froids et il se retrouve dans le gazon. Drapeaux jaunes.
L’essentiel du peloton en profite pour effectuer un deuxième arrêt. Montoya et Power se retrouve donc derrière ceux qui doivent s’arrêter. Stefano Coletti (KV) renverse un de ses mécanos, puis il sort violement… Mais ramène sa voiture aux stands. Drapeaux jaunes.
Avec tout ces « jaunes », la durée limite d’une épreuve (1h45) approche à grands pas. James Hinchcliffe (Sam Schmidt), Castroneves et James Jakes (Sam Schmidt) font le pari de ne plus retourner aux stands. De Silvestro double Kanaan et passe 4e. Carlos Huertas (Dale Coyne) sort et déclenche de nouveaux drapeaux jaunes.
Montoya, qui était 7e derrière Huertas, se retrouve 6e. Puis 5e lorsqu’il se débarrasse de Kanaan. Le Colombien en veut. Mais derrière, Hunter-Reay sort. Sur le gazon humide, la Dallara est en luge. En revenant sur la piste, il embarque Sébastien Bourdais (KV) et Simon Pagenaud (Penske.) Drapeaux rouges.

Avec sa stratégie à un arrêt, Hinchcliffe s’impose. Jamais à court de gag, il dit à son stand qu’il n’a plus d’essence ! Castroneves sauve l’honneur de Penske, alors que Jakes obtient son premier podium. Notons la quatrième place de de Silvestro.

Indycar 3

Un circuit aux infrastructures insuffisantes, une épreuve en pleine saison des pluies et surtout, avec course avec à peine 50% de « verts », la première course d’Indycar au NOLA laisse un souvenir amer. Y en aura-t-il une deuxième ?

Au classement, Montoya reste en tête, à 84 points. Castroneves passe 2e, à 74 points. Power est 3e, à 70 points.
Pagenaud est 10e, à 41 points et Bourdais, 12e à 37 points.

La suite, ce sera le week-end prochain, à Long Beach.

Indycar 1

Crédits photos : Indycar (photos 1 et 14), F1600 (photos 2 à 5), US F2000 (photos 6 à 9), Pro Mazda (photos 10 à 12) et GM (photos 13 et 15.)

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Indycar 2015 : NOLA"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zak
Invité

Merci pour les commentaires. NOLA : une course incroyable pleine de rebondissements !

Le moment dramatique de ce GP inaugural de la Nouvelle Orléans inaugural a été la rentrée au stand complètement ratée de Francesco Dracone (Dale Coyne Racing) qui catapulte dans les airs le chef mécanicien Todd Philips. Heureusement plus de peur que de mal. Mais c’est passé très près…

Marco
Invité

« Une course incroyable » ?
Moi j’appelle ça un simulacre de course. comme le souligne l’auteur, « la première course d’Indycar au NOLA laisse un souvenir amer ». Pas de qualifs, seulement 1 peu plus de la moitié de la course complétée, dont 70% sous full yellow, et 1 top 5 peu représentatif des forces en présence cette année.

Marco
Invité

Quabd à Dracone, c’est un « pilote » qui n’a pas du tout ça place dans un championnat de cette envergure. déjà qu’il se trainait en Auto GP…

wpDiscuz