Accueil Insolite De Londres à New York, par l’autoroute ?

De Londres à New York, par l’autoroute ?

251
19
PARTAGER

Créer une autoroute à travers la Sibérie permettant de relier l’Europe à l’Amérique ? C’est l’idée défendue par Vladimir Yakunin, président des chemins de fer russes, dans le cadre d’un vaste plan baptisé « Trans-Eurasian belt Development. »
Le projet est démesuré. Certains diront ubuesque, d’autres en phase avec la vision des dirigeants du pays. Toujours est-il que l’idée même de ce ruban a de quoi entretenir les fantasmes d’un road trip ultime de 20000 kilomètres.
Les obstacles sont énormes, dans un environnement particulièrement hostile. Sol gelé, tempêtes, froid, le climat du Grand Nord est extrême. Il faut traverser le détroit de Béring et ses 90 kilomètres. En construisant un tunnel, comme envisagé depuis le XIXème siècle, ou en édifiant un pont, s’appuyant sur les îles Diomède, qui sont plantés au milieu du détroit. Les ouvrages d’art de la ligne à grande vitesse Pékin-Shanghai, l’autoroute reliant Bangkok à son aéroport ou le pont enjambant le golfe de Bahreïn sont autant de réalisation d’envergure qui tendent à prouver la faisabilité de la chose.

Au-delà du franchissement, reste à créer des accès. Ce n’est pas une mince affaire. De Fairbanks à Nome côté américain et en Sibérie côté russe, l’essentiel de la construction devra se faire sur du pergélisol, particulièrement fragile et instable. C’est une problématique qui touche les pays du Grand Nord. Sans lien avec ce « Trans-Eurasian belt Development », des recherches visant à construire les routes de demain sont d’ailleurs menées dans le Yukon par des équipes pluridisciplinaires venus des Etats Unis et du Canada. Preuve que des solutions sont en cours d’élaboration.

Au delà des obstacles naturels et d’une planification sur des décennies , il faudra également trouver les milliards nécessaires à l’opération. Il n’empêche, ce projet, aussi pharaonique soit-il est un outil de désenclavement et de développement ambitieux qui ouvre de nouvelles perspectives économiques. Et celle de voyages automobiles au long cours, de Londres à New York.

Via Siberian Times, illustration CNN

Poster un Commentaire

19 Commentaires sur "De Londres à New York, par l’autoroute ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
seb
Invité

Au passage, Londres aussi c’est sur une ile.

Edonis V12
Invité

Pas le genre de trajet qu’on fait en 106 lol

Plus serieusement, ce projet est clairement avantageux pour la Russie, alors a voir a combien de pourcent le pays prend a sa charge le projet.

pedro
Invité

Pour se retrouver bloquer en Russie?
Les Toyota ou Honda avec conduite à drote qui represente 90% du marché en extreme orient russe ou encore les Lada Samara ne pourront jamais rouler en territoire US.

Olivier
Invité

quel intérêt ?

Thibaut Emme
Admin

Par exemple ne pas perdre de temps à charger/décharger les containers bateau/camion/train, ou ne pas attendre d’avoir suffisamment de containers pour faire la traversée.
Mais il y en a surement d’autres.

juuhuu
Invité

En revanche, là, personne pour venir piailler sur les rejets de CO2 à favoriser le transport par camion dans ce cas là !!! Non, ce n’est considération de parisiens voyons !!!

gigi4lm
Invité

Heu … le prix du péage Londres > New York ?

automania
Invité

Je trouve ça magique comme projet… rien que l’idée de rejoindre l’échangeur dans le nord de la France et voir écrit sur un panneau « Moscou » et « New York » donne envie de tout plaquer de suite pour faire le trajet…. et effectivement pas vraiment en 106 comme le dit EdonisV12 mais plutôt en Tesla ou à bord d’un bon Cayenne (et même un espace ferait l’affaire), voir pour le routard un bon vieux transporteur Synchro (Westfalia pour les connaisseurs). On en salive d’avance…

juuhuu
Invité

20000km en Espace, v’là la punition ! Merci de nous épargner le Goulag 😉 La Tesla ou le Cayenne sont déjà des options plus intéressantes…

SGL
Invité
Et pourtant ! Le nouvelle Espace semble avoir un comportement routier nettement au-dessus de la concurrence grâce à son châssis d’exception aidé par ses quatre roues directrices ! Sur le plan confort et tenue de route l’Espace 4 place, donc, la barre très haut sans que pour autant le prix soit exorbitant. Pour la Tesla, tu es gentil ! En adoptant une cadence normale sur autoroute, tu dépasseras rarement les 400 km sans être obligé de recharger pendant 2 jours et quand c’est possible. Alors pour conclure, l’Espace 4 aurait le portrait-robot idéal pour faire ce type de trajet d’autant… Lire la suite >>
wizz
Membre

reviens lorsque tu pourras acheter des Tesla S ou Cayenne pour moins de 40000€, le prix d’une Espace

bref, j’adore les comparaisons entre torchons et serviettes

juuhuu
Invité
A 40k, je prendrais de toute manière pas un Espace V avec un mini moteur, je me tournerais encore mieux vers une occasion récente correctement motorisé ! Ensuite, comment veux tu que je compare Tesla ou Cayenne, alors que rien ne s’y approche de près ou de loin avec les marques françaises, je ne fais que comparer les hauts de gamme que chacun proposent…. @SGL : ça me fait toujours bizzare de lire dans la même phrase Espace et chassis d’exception car pour avoir conduit presque toute les générations, c’était catastrophique (surtout le II) et tout le contraire d’un minimum… Lire la suite >>
wpDiscuz