Accueil Ford Ford Everest, le meilleur des deux mondes

Ford Everest, le meilleur des deux mondes

705
4
PARTAGER
Ford Bronco

Présentée en Chine, la nouvelle génération du Ford Everest entend marier les univers du tout-terrain rustique et du SUV plus raffiné. Il montre surtout que plus un modèle ne peut échapper aux diverses aides à la conduite et au downsizing des motorisations.

Techniquement dérivé du pick-up Ranger, l’Everest entre dans sa nouvelle génération. Et même s’il occupe dans la gamme Ford la place du tout-terrain le plus rustique destiné aux marchés d’Asie ou d’Amérique du Sud, il profite des dernières avancées technologiques que le constructeur entend proposer sur toute sa gamme.

Aides à la conduite et équipement au meilleur niveau

Basé sur châssis séparé, l’Everest est l’un des derniers survivants d’une espèce qui a encore bien sa place sur de nombreux marchés, même si elle a été quasiment chassée d’Amérique du Nord et éradiquée en d’Europe. Face à lui, des Mitsubishi Pajero Sport, Chevrolet Trailblazer, Nissan Pathfinder (pas le nouveau modèle américain) ou Toyota Fortuner.

Mais même ce segment de marché ne peut résister à la modernité, qui se retrouve en premier lieu dans ses équipements électroniques : système SYNC avec écran tactile, instrumentation mixte analogique / écran TFT, alerte de changement de file, surveillance d’angle mort et de trafic arrière en manoeuvre, régulateur de vitesse adaptatif, alerte de risque de collision. Tout ce que l’on trouve sur nos voitures européennes en la matière est présent, y compris le stationnement semi-automatique. Il ajoute un système dénommé Curve Control censé améliorer la stabilité en virage.

Son équipement témoigne de la volonté d’en faire un modèle qui n’a rien de rustique dans la vie quotidienne, avec son toit panoramique, ses multiples prise 12V et une prise 240V, son troisième rang repliable électriquement, son hayon motorisé ou encore son système de contrôle actif du bruit dans l’habitacle.

Downsizing comme stratégie globale

Même si les marchés qu’il vise semblent moins exigeants en matière de consommation ou d’émissions polluantes, Ford tient ses promesses en faisant de l’Ecoboost une technologie mondiale. L’Everest ouvre donc sa gamme avec un 4 cylindres 2,0l Turbo, seule offre en essence. En diesel, le choix sera laissé entre un 4 cylindres 2,2l ou un 5 cylindres 3,2l. Les deux diesel laissent le choix entre transmission manuelle ou automatique (6 rapports dans tous les cas). Cette dernière est imposée en essence. Selon les besoins spécifiques de chaque marché, l’Everest sera à deux (arrière) ou quatre roues motrices.

Il reste prêt à tout

Cet arsenal de technologies ne lui fait pas renoncer à de véritables aptitudes hors des routes asphaltées, avec par exemple une garde au sol de 225 mm et une profondeur guéable de 800 mm. La transmission intégrale est gérée électroniquement et propose via le Terrain Management System une adaptation à la surface : Normal, Neige / Gravier / Herbe, Sable et Rochers. Le conducteur peut également verrouiller manuellement la transmission, avec une gamme basse. L’angle d’approche est de 29°, l’angle ventral de 21° et l’angle de départ de 25°. Sa charge utile affiche 750 kg, et sa capacité de remorquage 3000 kg, et il intègre la stabilisation de la remorque dans son ESP.

Source : Ford

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Ford Everest, le meilleur des deux mondes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
ddd
Invité

Pas mal le Terrain Response®.

Nicolas
Invité

Il est en quoi le centre du volant ? La matière a un rendu très bizarre !

vincent
Invité

non c’est qui d’une qualité de merde !

vincent
Invité

*photo

wpDiscuz