Accueil Cabriolet Le conducteur du jour : la fin d’une époque

Le conducteur du jour : la fin d’une époque

108
4
PARTAGER

Ceci n’est pas une Fiat! C’est une Pinifarina 124 Sport Spidereuropa. D’ailleurs, elle ne porte aucun logo Fiat.

En 1966, Fiat lança la berline 124 (dont on connu surtout la version soviétique, la Lada 2101…) Comme souvent à l’époque, le constructeur turinois  songea à en créer des dérivés sportifs. Le Coupé fut une création interne, alors que Pininfarina prit en charge le Spider. Ce dernier était d’ailleurs produit chez le carrossier. Cette différence de styliste fit qu’ils connurent des directions très différentes. Tom Tjaarda aurait été l’auteur du design. Il se serait inspiré de son concept-car Rondine, sur base Corvette C1. En 1974, la berline 124 quitte le tarif (mais pas sa cousine soviétique…) Le coupé est sacrifié peu après. Le spider, lui, est exporté aux Etats-Unis. En conséquence, il reçoit d’énormes boucliers en plastique noirs et avec le catalyseur, le 1,8l perd 30ch ! Pour compenser, elle reçoit un 2l. En 1983, Fiat voulu arrêter la 124 Spider. Mais pour Pininfarina, c’était une poule aux œufs d’or ! En effet, avec la disparition des MG B, Midget et Triumph TR7/8, la 124 Spider est le dernier roadster du marché (avec l’Alfa Spider.) Et accessoirement, c’était une propulsion… Avec Pininfarina, la 124 devient Spidereuropa. Il crée même une inédite version 2,0l à compresseur, la Volumex, qui développait 135ch. En 1985, après 19 ans de carrière, la 124 Spider tira sa révérence. En fait, Fiat (qui fournissait la mécanique, les trains roulants, etc.) refusait de continuer à produire les pièces.

Les 124 Spideuropa sont plutôt rares en Europe. A l’instar des dernières MG, les puristes les considèrent comme moches (à cause des pare-chocs en plastique.) Qui plus est, en bonnes italiennes des années 80, elles ont tendance à être biodégradables. Les aficionados préfèrent les premiers modèles, au style plus purs. La plus désirées étant la rare 124 Spider Abarth.

Celle du jour est a priori une Spidereuropa « tout court ». Sur l’aile arrière gauche, une peinture récente masque mal la rouille. Elle a aussi subit quelque chocs. Une révision s’impose. Mais elle est parquée devant un garage spécialisé dans les Italiennes. Nul doute que ce n’est pas un hasard et qu’elle retrouvera bientôt une nouvelle jeunesse.

Fiat 124 Spidereuropa 01 Fiat 124 Spidereuropa 02 Fiat 124 Spidereuropa 03 Fiat 124 Spidereuropa 04 Fiat 124 Spidereuropa 05 Fiat 124 Spidereuropa 06 Fiat 124 Spidereuropa 07

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Le conducteur du jour : la fin d’une époque"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
leelabradaauto
Invité

Chez Fiat comme chez alfa , on sait faire des boites étagées. Cette auto reste une magnifique auto, et le restera pour son propriétaire précautionneux. Evidemment.
Une italienne mérite un soin de carrosserie particulier et on ne roule jamais dans des chemins salés. Alors si on habite la savoie, l’Est France, on fait gaf d’octobre à mai.

pierre
Invité

ces Pininfarina avaient un intérieur très chaleureux et bien plus qualitatif et « sensuel » que les Spider Fiat d’antan.
C’était une belle rivale pour l’ALFA. en ces années 80, et leur rareté (les ventes étaient symboliques) ajoutent à leur attrait aujourd’hui.

Gaby
Invité

Elles étaient vendues en France par le réseau Fiat. Je me souviens le concessionnaire Fiat de Nantes, amateur de belles autos en avait une, bronze métal.

Financier
Invité
La Fiat 124 Spider a été présentée au Salon de Turin en 1966. C’est un pur produit PininFarina. design et fabrication, Fiat ne fournissant que la plate-forme, le moteur et les ensembles mécaniques. La version Coupé était un produit maison. D’abord équipée d’un moteur 1,4 à 2 arbres à cames en tête développant 90 Cv DIN, elle sera remotorisée pour être exportée aux Etats-Unis en 1968 avec le moteur de la Fiat 125 de 1,6 litres développant 110 Cv. Elle recevra également un moteur 1,8 puis 2,0 litres dont une variante Volumex, hérité de Lancia. La production sous la marque… Lire la suite >>
wpDiscuz