Accueil Général Paris 2014: Volkswagen Passat

Paris 2014: Volkswagen Passat

236
33
PARTAGER

Le grand jour est donc arrivé pour la Passat qui entre dans sa huitième génération. Elle compte bien conforter ses positions actuelles, sans avoir de velléités particulières envers le haut de gamme.

Presque dix ans que la précédente Passat était sur le marché (avec une grosse révision en 2010). Il est donc temps pour elle de passer au renouvellement. Une durée de vie plus longue qu’à l’habitude pour lui permettre d’adopter à son tour les éléments modulaires de la famille MQB. Elle en profite pour revoir radicalement ses proportions. Plus que l’évolution de son design, c’est sans doute cet aspect qui vient le plus changer sa personnalité. Aussi longue (-2mm) avec 4767 mm, elle allonge son empattement de 79 mm (2791 mm, soit quasiment celui de la version longue – Magotan – en Chine). La largeur 12 mm (1832) et la hauteur chute de 14 mm (1456). Plus large et plus basse, une recette qui lui donne une allure plus posée.

La conservation de la longueur confirme que la Passat ne cherche pas à aller cherche le haut de gamme. Ce que confirme le discours officiel, qui insiste sur son côté, assumé donc, « voiture de fonction » en Europe. Les nouvelles proportions lui permettent par ailleurs de conforter les fondamentaux de son image : habitabilité et volume de coffre. La longueur habitable progresse, tout comme le coffre qui affiche  586 litres sur la berline, et 650 sur le break. Ce dernier propose exactement la même longueur.

Le design évolue à la manière douce, conservant un lien de parenté fort avec la précédente génération, au niveau du dessin des surfaces vitrées ou de la partie arrière par exemple. Son visage fait évoluer le style de la marque avec une calandre qui prend plus d’ampleur, en hauteur comme en largeur, et accentue son élargissement et l’intégration des optiques. Le capot plus long et la ligne de carre prononcée sur le flanc lui donne aussi une attitude un peu plus dynamique.

A l’intérieur, la Passat inaugure un nouveau principe de ventilation avec une diffusion d’air sur toute la largeur de la planche de bord. On retrouve un environnement familier par ailleurs sur la console centrale. Face au conducteur, on retrouve l’écran TFT de 12,3 pouces vu dans l’Audi TT ou la Lamborghini Huracan, mais avec des graphismes spécifiques pour Volkswagen. Il est complété par un affichage tête haute (sur lame transparente façon Peugeot / Mazda).

L’écran tactile qui pourra mesurer 8 pouces sur les versions hautes abrite toutefois une nouvelle génération de systèmes d’info-divertissement. Avec sur les versions hautes un accès internet, l’intégration de services connectés (info trafic, places de parking…), de compléments de navigation fournis par Google (Street View, Earth…), la fonctionnalité de hot-spot WiFi. Pour les passagers arrière, Volkswagen se met à l’heure des tablettes. Pas d’écrans intégrés donc, mais des supports seront disponibles pour des tablettes (avec alimentation) et une application permettra l’accès au contenus embarqués dans la voiture.

Pour ses motorisations, la Passat  fait à son tour une croix sur le V6, et réduit ainsi l’espace alloué au compartiment moteur. Un choix déjà fait avant elle par exemple par la Hyundai Sonata, la Peugeot 508 ou la Ford Fusion / Mondeo. La gamme annoncée pour le démarrage comporte 5 moteurs essence : 1,4 l TSI 92 kW / 122 ch, 1,4l TSI ACT (désactivation de cylindres – CO2 115 g/km) de 110 kW / 150 ch, 1,8l TSI de 132 kW / 180 ch, 2,0l TSI 162 kW / 220 ch et 2,0l TSI 206 kW / 280 ch.

En diesel Volkswagen n’annonce pour le moment que des déclinaisons de son 2,0l TDI : 110 kW / 150 ch (CO2 108 g/km) et 140 kW / 190 ch, et en haut de gamme, le nouveau 2,0l TDI biturbo de 176 kW / 240 ch et 500 Nm. Une version annoncée avec une consommation en cycle mixte de 5,0l /100 km. Ultérieurement, un 1,6l TDI de 88 kW / 120 ch arrivera en entrée de gamme, ainsi que des version à 4 roues motrices.

Une version hybride rechargeable est également au programme. On retrouve la mécanique apparue dans les A3 eTron et Golf GTE, que l’on retrouvera sur de nombreux modèles basés sur MQB. Le moteur essence est le 1,4l TSI de 115 kW / 156 ch associé à un moteur électrique de 80 kW / 109 ch intégré à la boîte double embrayage 7 rapports. La batterie d’une capacité de 9,9 kWh permet d’annoncer une autonomie en tout électrique de 50 km.

On ne pourra passer à côté des aides à la conduite, aujourd’hui devenues un standard du marché. La Passat reprend bien entendu les divers éléments déjà connus pour la marque et proposés sur la Golf : surveillance d’angle mort, maintien dans la file, régulateur de vitesse adaptatif, alerte de collision avec freinage d’urgence… Mais elle va un peu plus loin: l’alerte de collision en ville détecte les piétons, le régulateur de vitesse combiné au maintien dans la file permet de proposer un assistant de conduite dans les embouteillages. Elle ajoute aussi quelques nouveautés : la surveillance de trafic en marche arrière (issu du marché américain), la vision 360° en 3D et non plus à plat.

L’assistant de manœuvre de remorque automatise en partie cet exercice particulier. La caméra de recul permet de visualiser sur l’écran de l’instrumentation la remorque, avec superposition de l’angle actuel par rapport à la voiture. Direction, freinage et accélérateur sont gérés par la voiture, le conducteur réglant au fur et à mesure l’angle désiré via la commande de réglage du rétroviseur…

Enfin, comme annoncé voici quelques jours, la Passat embarque un système d’arrêt d’urgence. SI le conducteur ne contrôle plus le véhicule (en cas de malaise par exemple), ce dernier va grâce à ses divers systèmes arrêter progressivement le véhicule (avec allumage des feux de détresse).

Source : Volkswagen

Poster un Commentaire

33 Commentaires sur "Paris 2014: Volkswagen Passat"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
rubinho
Invité

Ben c est une passat, rien de neuf quoi…

Invité

hey, what did you expect ?

Franchement, VW commenera

Invité
ah, désolé, le message a été validé alors que je l’avais pas terminé. Je termine donc ! Franchement, VW commencera à faire du beau design quand la clientèle se sera lassé du « moche made in germany » et ira voir ailleurs car VW ne sait pas en proposer. Bref, c’est fort dommage de brider la créativité des designer comme ça … surtout vu combien ils gagnent. Ce qui est surtout dommage est de voir que VW donne comme ordre a ses filiales de faire encore plus moche qu’eux (cf. nouvelle fabia, les soeurs jumelles de la Up! …) juste pour ne… Lire la suite >>
4aplat
Invité

Eh bien, désolé de le dire, mais ça fait pas bander !!!
Que c’est consensuel comme style …

forever young
Invité

Elle évolue en douceur et gagne en prestance. Elle n’est toujours pas très fantaisiste mais c’est terriblement bien fait et hyper qualitatif.
Beau travail et succès assuré!

Allegra
Invité

Vraiment pas mal cette nouvelle Passat, et pourtant je suis pas un grand fan de Volkswagen… Une pensée pour la récente 508 restylée, mise au tapis sur le plan de l’habitabilité et surtout des motorisations disponibles.

Thomas
Invité

Sur le plan mécanique la 508 ne sera pas vraiment larguée, vu que les « gros moteurs » se vendent peu, et qu’à moteur égal(4 cylindres, cylindrée/puissance) la 508 n’est pas inférieure à la Passat 😉

Allegra
Invité

En fait je pensais pas au niveau de la puissance des motorisations disponibles mais à la variété des moteurs proposés, en particulier en essence. 😉 Vous me répondrez sûrement que le diesel représente la majeure partie des ventes sur le segment mais à une époque où le diesel est de plus en plus stigmatiser, il sera bon, je pense, de commencer à assurer ses arrières en proposant davantage de moteurs essence… Sur d’autres marchés européens ça serait aussi un atout.

Xavier
Invité

Ca lui fait un gros derrière et ne semble pas très logeable pour les grandes tailles à l’arrière. Le break a des aires de honda accord ancienne génération …

wpDiscuz