Accueil Champ Car Indycar 2014 : Barber Park

Indycar 2014 : Barber Park

114
0
PARTAGER

La pluie s’est invitée dans l’Alabama, modifiant le planning et écourtant l’épreuve d’Indycar. Ryan Hunter-Reay, solide leader, s’offre une première victoire 2014.

US F2000

Absente à Long Beach, l’US F2000 revient à Barber Park. Le paddock se passionne pour un petit nouveau, Colton Herta (JAY.) Fils de Bryan, il est champion de Formula Pacific. Agé de seulement 14 ans, il est le tout premier pilote de la « Road to Indy » né au XXIe siècle !

Leader du championnat, RC Enerson (Team E) est au-dessus du lot le jeudi. C’est néanmoins son équipier Florian Latorre qui part en pole. C’est à la fois la première pole outre-atlantique du Français et sa première vraie performance de 2014.

US F2000 1

Le samedi, Enerson prend d’emblée le meilleur sur Latorre. Herta se fait remarquer (en mal) en terminant dans le bac à gravier et en provoquant un pace-car.
Au restart, Enerson reprend son travail de soliste, tandis que Latorre est menacé par Jake Eidson (Cape Motorsport.) Le Frenchie tient bon et le champion de F1600 2013 de terminer 3e.

US F2000 3

Meilleur tour lors de la course 1, Enerson est donc en pole pour la course 2. Daniel Burkett (Belardi) et Victor Franzoni (Afterburner) suivent dans cet ordre. Gustavo Myasava (Afterburner) part à la faute et le pace-car intervient.
Au drapeau vert, Enerson s’envole. Aaron Teilitz (ArmsUp) met le feu au groupe de chasse. Il se débarrasse de Franzoni, puis de Burkett. Franzoni se réveille en vue de l’arrivée et passe lui aussi Burkett.

Ainsi, Enerson s’offre un doublé, devant Teilitz et Franzoni.

US F2000 2

Au classement, Enerson fait logiquement le trou, avec déjà 121 points au compteur. Le vainqueur de la Winterfest bénéficie de l’absence de rival aussi constant que lui. Eidson est 2e à 79 points et Latorre, 3e à 78 points.

US F2000 4

Pro Mazda

C’est trop facile, la Pro Mazda, pour Spencer Pigot (Juncos) ! A Barber, le vainqueur de la Winterfest est en démonstration. Ca commence le vendredi, avec la pole.

Pro Mazda 1

« Pigot 404 » vole le départ de la course 1. Heureusement pour lui, il y a un 2e et les commissaires jouent à « pas vu, pas pris ». Scott Hargrove (Cape Motorsport), tente le tout pour le tout. Il freine à « trotar » et part jardiner. Pigot reste en tête. Kyle Kaiser (Juncos) a doublé Neil Alberico (Cape Motorsport) pour le gain de la 3e place. Julia Bellario (Juncos) sort de la piste et le pace-car regroupe le peloton.

Pigot garde son calme et il reste en tête. Hargrove est 2e. Alberico, un temps 5e, se débarrasse de Pipo Derani (Pelfrey), mais Kaiser est déjà trop loin. C’est donc Kaiser le 3e.

Pro Mazda 2

Hargrove est en pole pour la course 2. Ca ne dure pas : Pigot passe d’emblée son rival. Alberico est cette fois victime des ambitions de Shelby Blackstock (Andretti.) La suite est assez monotone : Pigot fait le trou sur Hargrove, qui creuse lui-même l’écart sur Blackstock.

Pro Mazda 4

Au championnat, Pigot creuse logiquement l’écart avec 130 points. Kaiser et Blackstock sont ex-æquo à 89 points. Derani suit à 75 points.

Pro Mazda 3

Indy Lights

A Barber Park, l’Indy Lights s’offre un double-meeting. Aux essais, Zach Veach (Andretti) -déjà poleman à Long Beach- est le plus rapide.

Indy Lights

Gabby Chaves (Belardi), bête noire de Veach, est 2e sur la grille. Alex Baron (Belardi) et lui plongent ensemble à la chicane. Le Français en restera là, tandis que le Colombien perd des plumes. Luiz Razia (Sam Schmidt) et Jack Harvey (Sam Schmidt) sont bombardés 2e et 3e ! Chaves étant le rival N°1 de Veach au championnat, c’est donc le scénario idéal pour le leader. Il déroule jusqu’au damier. Razia et Harvey terminent dans cet ordre.

Indy Lights 2

Ca a du chauffer sous l’auvent de Belardi, entre samedi et dimanche ! Au drapeau vert, Veach n’a pas le temps de réagir : Chaves et Baron le larguent. Le Colombien est remonté à bloc. Le Français tente de suivre son rythme. En vain.

La pluie s’invite à Barber Park, synonyme de drapeau rouge. Chaves gagne donc la course 2, devant Baron et Veach.

Indy Lights 3

Veach a désormais 181 points. Bien qu’ayant fait la bonne opération du week-end, il n’a que 9 points d’avance sur Chaves. Entre tout cas, les deux hommes ont fait le trou sur le reste du peloton.

Indy Lights 4

Indycar

Helio Castroneves a écoppé d’une mise à l’épreuve d’un mois… Pour un twit ! Après Long Beach, le vice-champion 2013 a tweeté que « l’Indycar continue d’éviter de punir certains pilotes ». Le Brésilien a immédiatement effacé le message, prétendant qu’il a été émis par sa soeur. Sur le fond, le Brésilien a raison : les commissaires sont très partiaux, avec des sanctions et des drapeaux jaunes à la tête du client. Sur la forme : la sanction pour « infraction au code de bonne conduite sur les réseaux sociaux » est digne de la F1. Si l’Indycar se met à la langue de bois généralisée, ce n’est pas comme ça qu’elle va conquérir un nouveau public. Elle est loin, l’époque où un AJ. Foyt s’exprimait non pas avec ses pouces, mais avec ses poings…

Indycar 2

L’avenir de l’Indycar, c’est l’arrivée d’un 3e constructeur. Chevrolet et Honda ont signé en 2012, en s’attendant chacun à motoriser uniquement 1 ou 2 écuries « usine » (on espérait alors 4, voir 5 constructeurs.) Du coup, elles vendaient leurs moteurs à perte. Depuis le départ de Lotus, il se retrouve à équiper chacun la moitié du plateau. Pour 2015, on espère Cosworth. Les négociations semblent avancées. Reste que l’Indycar oblige les motoristes à s’associer à un grand constructeur. Ford servirait de paravent pour Cosworth (comme Chevy avec Illmor.) A moins que le groupe VW ne sorte du bois…

Cosworth 1967

En attendant, il y a Indianapolis. Plus l’échéance approche et plus l’Indycar court après les pilotes. Pour rappel, Kurt Busch va s’incruster chez Andretti (sa toute première course de monoplace.) Jacques Villeneuve a bruyament signé avec Sam Schmidt. KV Racing va employer Townsend Bell. Oriol Servia (Rahal), déjà venu à Long Beach, sera de retour à la fois pour l’épreuve sur le routier et celle sur l’ovale. Dreyer & Reinbold revient, le temps d’aligner Sage Karam, pour le compte de Ganassi. Martin Plowman, sera de retour, chez Foyt. Dale Coyne sort 4 châssis : Pippa Mann (unique femme du lot) et Stefan Wilson rejoindront les pilotes habituels. J.R. Hildebrand, exclu partout, trouve refuge chez Carpenter (Mike Conway ne roulant pas sur ovales.) Alex Tagliani, ex-futur remplaçant de Dario Franchitti et ex-futur retraité, viendra chez Sarah Fisher. Enfin, le vétéran Buddy Lazier sera présent en indépendant. Sachant qu’en temps normal, il y a 22 pilotes présents en temps normal, moins Conway, on arrive à 32 voitures. Il en manque encore un…

Indycar 3

Retour au présent. A Barber Park, les Andretti sont en forme. Ryan-Hunter Reay est le plus rapide le vendredi. James Hintchcliffe domine le samedi matin… Mais c’est Will Power (Penske), qui décroche la pole. Sébastien Bourdais (KV), accusé d’avoir bouchonné, perd ses deux meilleurs temps.

 

12PowerWinsPoleAtBarber03.jpg

A cause de la pluie (qui a raccourcie l’épreuve d’Indy Lights), la course démarre avec 2 heures de retard. De plus, elle est réduite à 1h40. Lorsque le peloton est enfin relâché, Takuma Sato (Foyt) part à la faute. Drapeaux jaunes !
Au restart, Power veut faire le trou pour bétonner son avance au championnat. Total, il perd le contrôle et frôle la correctionnelle. Il revient en piste sans trop de bobos, mais Hunter-Reay est passé. Lors des arrêts aux stands, Helio Castroneves (Penske) met de l’animation en s’arrêtant au stand de Dale Coyne ! Hunter-Reay et Power ressortent dans cet ordre, derrière Sebastian Saavedra (KV.) Le Colombien, sur une stratégie décalée, bouchonne tout le monde. La piste s’assèche et Power dégringole. Il laisse passer Scott Dixon et Simon Pagenaud (Sam Schmidt.) Le Français, déchainé, sort la grosse attaque. Mais une excursion hors-piste (sans conséquence) calme ses ardeurs : il préfère se contenter du bronze. Pour l’ultime vague de ravitaillement, Marco Andretti (Andretti) opte pour un stratégie décallée. Il repart entre Hunter-Reay et Dixon ! En vue de l’arrivée, Mikail Aleshin (Sam Schmidt) envoi Bourdais dans le décor, entrainant de nouveaux drapeaux jaunes.
Les 1h40 expirent. Sans transition, les commissaires passent des « jaunes » au damier. Hunter-Reay, vainqueur en titre, double la mise dans l’Alabama. Andretti III assure le doublé et Dixon est 3e. Pagenaud termine au pied du podium et Bourdais achève un week-end à oublier par une 15e place.

Indycar 4

En terminant 5e, Power a sauvé les meubles. Il reste en tête du classement avec 125 points. Hunter-Reay passe 2e, à 107 unités.Il est gonflé à bloc avant Indianapolis (où Andretti a toujours été maudit.) Pagenaud reste 3e, à 92 points. Bourdais est 17e (sur 23) avec 48 points.

Indycar 5

Crédits photos : Indycar (photos 1, 18 et 19), US F2000 (photos 2 à 5), Pro Mazda (photos 6 à 9), Indy Lights (photos 10 à 13), GM (photos 14, 16 et 17) et Ford (photo 15.)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz