Accueil Nissan Véhicules électriques : le salut passe par le Bhoutan ?

Véhicules électriques : le salut passe par le Bhoutan ?

128
9
PARTAGER

Bien évidemment c’est une ’boutade’ car le petit pays himalayen ne compte qu’un peu plus de 700 000 habitants et Nissan ne compte pas tous les équiper d’une Leaf. En revanche Nissan compte faire du petit royaume une véritable vitrine éco-technologique.

Carlos Ghosn, le PDG de Nissan, a fait le déplacement jusqu’à Thimphou, la capitale du Bhoutan, pour l’annonce du partenariat en la présence du Premier Ministre Tshering Tobgay. Le royaume a pour but d’être la première nation « zéro émission » : « Nous allons développer un programme pour atteindre zéro émission en tant que nation d’ici une date fixée. Nous ne pouvons pas arriver à ce jour seuls. Nous avons besoin du monde avec nous et quel meilleur partenaire que la Nissan Leaf pour nous accompagner dans ce voyage ? » déclare Tobgay.

Bhutan_leaf_03

Exploiter l’une des richesses du pays : l’hydroélectricité

Nissan aidera le Bhoutan à développer ses infrastructures de recharge et fournira les flottes du pays en véhicules électriques. Le Bhoutan produit son électricité par l’hydrodynamique et les véhicules électriques seront donc ici vraiment plus propres que des véhicules thermiques.

Paradoxalement, le Bhoutan n’utilise que 5% de son électricité propre, le reste étant exporté vers le voisin indien pour générer des capitaux permettant d’importer des carburants pour les véhicules en circulation. En s’équipant en véhicules électriques, le Bhoutan deviendra peu à peu indépendant au niveau énergétique et pourra ainsi consacrer l’argent économisé à d’autres domaines. La santé par exemple est totalement gratuite au Bhoutan et le système éducatif est très développé.

« Il y a beaucoup de courage, de volonté et une vision derrière la position du Premier Ministre du Bhoutan sur la voiture électrique et je trouve bien de les aider. Evidemment c’est dans l’intérêt de Nissan car nous avons nos propres intérêts ici. Mais je pense que cela peut servir d’exemple pour d’autres dans le futur et le Bhoutan peut devenir une vitrine » déclare Carlos Ghosn.

Un autre pays très favorable aux VE, la Norvège, produit presque exclusivement son électricité via l’hydrodynamique.

Source et illustration : Nissan

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Véhicules électriques : le salut passe par le Bhoutan ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
RMax
Invité

C’est plutôt le pays du train pourtant.

nicolasb
Invité

« journey » en anglais c’est voyage, trajet pas journée. Il y a une petite erreur de traduction donc.

pedro
Invité

Preoccupation majeure de l’un des pays les plus pauvres du monde, certainement

regamey
Invité

Utilisation curieuse et « novatrice » du terme hydrodynamique les termes usuels sont « électricité hydraulique » ou « énergie hydraulique » ou encore « hydroélectricité » etc.
Le blog auto, c’est le français qu’on causera demain…

regamey
Invité

Je n’ai pas trouvé une école proposant une spécialisation en « électricité hydrodynamique »… le lien SVP.
Ce n’est pas que le terme n’est pas utilisé par le « vulgum pecus », c’est qu’il n’est pas utilisé du tout pour le cas général. Même si il n’est pas erroné (c’est un peu le principe d’un néologisme).
Dans le contexte du Bhoutan, ou les marées sont assez peu fréquentes, ce néologisme est encore moins à propos.
Mais il est évident que l’hydroélectricité est issue de phénomènes hydrodynamiques…
Je confirme: Le blog auto, le français qu’on causera demain

wpDiscuz