Accueil Actualités Entreprise David Cameron ne veut pas que Dunlop Motorsport délocalise

David Cameron ne veut pas que Dunlop Motorsport délocalise

142
1
PARTAGER

C’est le « dossier chaud » de l’industrie automobile britannique : le devenir du site Dunlop Motorsport de Birmingham. Il s’agit d’une partie de billards à 3 entre Jaguar, Dunlop Goodyear et un mystérieux fond de pension britannique. Un 4e Homme s’immisce dans la discussion : le premier ministre David Cameron.

L’originalité du dossier, c’est que la fermeture du site Dunlop Motorsport n’est pas due à des problèmes financiers. Le responsable, c’est Jaguar !
En 2013, la marque au félin a vendu 76 668 véhicules (+42%.) Depuis la fermeture du site de Browns Lane, en 2005, les Jaguar sont uniquement produites à Castle Bromwich, près de Birmingham. Or, l’usine avait été dimensionnée pour 50 000 voitures par an (ce qui semblait très optimiste du temps de Ford.) Depuis la reprise par Tata, Jaguar connait une croissance annuelle à deux chiffres. La barre des 50 000 ventes dans l’année a été franchie en 2012. Et le constructeur de se sentir à l’étroit à Castle Bromwich.
Pour s’agrandir, il s’est offert un multiplex attenant à l’usine. Ensuite, il jette son dévolue sur le terrain occupé par Dunlop Motorsport. Voilà pour l’acte 1.

Jaguar usine

Dunlop Motorsport est présent depuis une centaine d’années à Castle Bromwich, où il emploi 241 personnes. Il produit des pneus pour les 24 heures du Mans, le BTCC, l’Euro F3 Open ou le Moto GP. Il n’est pas propriétaire du terrain. Jaguar a contacté le bailleur (un fond de pension anglais) et lui a acheté les lieux. Le fond de pension a donc signifié à Dunlop Motorsport qu’il a vendu à Jaguar et qu’il doit faire ses valises. Le bail actuel expirera en septembre.
Où déménager les pneus de compétition ? L’usine Goodyear de Wolverhampton (spécialisé dans les montes P.L.) serait adéquat. Mais le manufacturier voudrait plutôt installer une partie des activités à Hanau (en Allemagne) et une autre à Montluçon (en France.) Fin de l’acte 2.

Porsche 956

Pour David Cameron, c’est un cas de délocalisation et il n’en est pas question. Dunlop Motorsport doit rester à Birmingham. Le premier ministre se rapproche des élus locaux. 3 sites potentiels sont dénichés. S’il en choisissait un, le manufacturier obtiendrait des aides. Vince Cable, secrétaire (ministre) du commerce est envoyé auprès de Dunlop Goodyear pour négocier. Il n’y a pas de réponse pour l’instant.

Dunlop pneus

Crédits photos : Dunlop (photos 1 et 4), Jaguar (photo 2) et Porsche (photo 3)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "David Cameron ne veut pas que Dunlop Motorsport délocalise"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Greenevans
Invité

Il faut qu’ils viennent à Montluçon, comme prévu! ça lui fera les pieds à Cameron!

wpDiscuz