Accueil Nissan Chine : point stop pour Zhengzhou-Nissan ?

Chine : point stop pour Zhengzhou-Nissan ?

95
1
PARTAGER

Le tentaculaire groupe DongFeng veut rationaliser un peu sa production. Conséquence : le site de Zhengzhou, sous utilisé, est sacrifié. La fin d’une petite aventure sino-japonaise, qui nous emmène sur les pistes du Dakar et en Amérique du Sud.Jusque dans les années 90, la Chine joue au ni oui, ni non avec les constructeurs japonais. Elle veut bien de leurs voitures, mais pas de leurs logos ! Ainsi, les constructeurs comme Nissan doivent ruser. Le Japonais monte une co-entreprise avec DongFeng, pour produire des utilitaires moyens et lourds à Zhengzhou. Signe particuliers : ils sont siglés DongFeng. Peu après, il s’associe avec Yunbao pour des voitures particulières. En fait, c’est n’est pas Nissan, mais sa filiale Taïwanaise, Yue Long (actuel Yulon/Luxgen) qui en est actionnaire. L’usine est situé dans le Guangdong. DongFeng rachète Yunbao et Nissan a le droit de prendre les parts de Yulon. En 2003, Yunbao prend le nom de « DongFeng Motor ». En parallèle, la filiale de Zhengzhou devient « ZhengZhou-Nissan ».

Le best-seller de ZhengZhou-Nissan, c’est le pick-up Rui Qi. Il est rejoint en 2008 par le Xterra (Qi Jun) et le Qashqai. La joint-venture est alors parmi les principaux producteurs chinois de pick-up. Des Xterral Dessoude du Dakar sont relookés en ZhengZhou-Nissan. La joint-venture met le paquet et ils ont même droit à un jeu pour smartphones.

Nissan rêve d’expansion. Le porteur Cabistar et le van NV200 débarque à ZhengZhou. Des Rui Qi sont assemblés en CKD au Vénézuéla et en Angola.

Puis Nissan réussit à unifier ses deux joint-ventures avec DongFeng. Les temps changent. Dans les pick-up, le Rui Qi ne fait plus le poids face aux productions Great Wall et Zhongxing (très agressifs commercialement.) Le Cabistar et le NV 200 sont des flops. Le Qi Jun et le Qashqai représentent 80% de la production.
De plus, malgré des travaux, Zhengzhou ne peut produire que 200 000 voitures par an. Le projet de DongFeng consiste à revendre le site. Le Qi Jun et le Qashqai déménageront dans le Guangdong, dans l’autre site Nissan. Le Rui Qi disparaitra avec l’usine.

Renault et DongFeng cherchent un site. Mais a priori, il n’est homologué que pour la production d’utilitaires. Il est plus facile de bâtir une usine ad hoc que de demander à la bureaucratie chinoise d’en requalifier une…

Source :
Gasgoo

Crédits photo : DFM

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Chine : point stop pour Zhengzhou-Nissan ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Navigator84
Invité

Intéressante histoire !

Donc même le Rich « SUVisé » va disparaître ? Et les Succe et Yumsum ?

Quand vous dites le Xterra, c’est des Nissan Paladin (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nissan_Paladin_facelift_China_2012-06-02.JPG) et Dongfeng Oting (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Dongfeng_Oting_Auto_Chongqing_2012-06-07.JPG) que vous faites référence ?

Par contre je pensais que le Qashqai était fabriqué directement par Dongfeng-Nissan avec les autres modèles dont le X-Trail.

wpDiscuz