Accueil Concept car Tokyo 2013 live : Toyota FT-86 Open Concept

Tokyo 2013 live : Toyota FT-86 Open Concept

199
6
PARTAGER

On la donnait placardisée, reportée sine die après son apparence genevoise, sur la foi de rumeurs répétées provenant de mystérieuses sources au sein du constructeur. Elle est pourtant bien là sur scène à Tokyo, dans une nouvelle robe bordeaux, toile gris souris et conduite à droite, et son géniteur (côté Toyota) Tetsuya Tada n’a pas l’air de s’en faire trop pour elle : la FT86 open concept est bien vivante.

Arrivera-t-on, durant les quelques minutes que nous accorde l’ingénieur en chef de la 86, à lui faire avouer qu’elle va sortir ? Allez, on essaye.

– A part la couleur, a-t-elle beaucoup changé depuis sa première apparition ? « Quasiment pas, quelques détails et optimisations ça et là » répond Tada-san. Le mécanisme motorisé de la capote, actionné régulièrement au gré des desiderata des photographes, a l’air en tout cas d’avoir passé depuis longtemps le stade conceptuel. « Effectivement, c’est à peu près au point.« concède-t-il avec un sourire entendu. En perdant son toit, la 86 dont la caractéristique première est la finesse de la conduite, n’a-t-elle pas perdu son objectif premier en même temps que sa rigidité ? « Pas vraiment, elle est un peu plus sensible à la torsion, et un peu plus lourde, mais reste très agréable. Un cabriolet n’a pas le même caractère qu’un coupé, appelle à une conduite plus coulée. C’est un plaisir différent mais cela reste un plaisir. » De fait, les détails du concept sont plus flatteurs que sur le coupé, plus haut de gamme : cuir généreusement appliqué dans l’habitacle, détails de chrome sur la carrosserie et les roues…

Mais Tada-san ne veut toujours pas lâcher le morceau. Tentons une autre approche : tout juste deux ans après son lancement, comment se porte la 86 ? « Nous sommes très satisfaits de l’accueil reçu. Les ventes pour les modèles de ce type ont tendance à baisser rapidement après le pic initial, mais dans le cas de cette voiture elles se maintiennent. L’intérêt reste très élevé. Il y a énormément d’entreprises qui proposent des pièces pour le modèle, la première édition de la 86-BRZ Cup au Japon a eu plus d’inscrits que nous ne l’avions imaginé, c’est très encourageant. » Parmi tout ce que proposent les préparateurs, y-a-t-il des choses qui ont retenu votre attention ? « Au départ, j’avais des doutes sur l’intérêt de certaines pièces. Si c’est pour dégrader la performance, ça n’est pas la peine… Mais le niveau de ce qu’on trouve sur le marché monte rapidement. C’est un challenge pour nous désormais, si nous voulons faire évoluer l’auto il faudra être au niveau des meilleurs préparateurs et ce ne sera pas forcément facile !« . Justement, la suite, que va-t-elle être ? « On peut imaginer faire beaucoup de choses sur la base de la 86, et on y réfléchit. Ce concept de cabriolet en est une démonstration.« 

Mais, Tada-san, avec le lancement réussi derrière vous, ça doit être plus facile d’obtenir le feu vert pour les nouveaux modèles, mettons ce cabriolet, non ? « Eh non, ce n’est pas si simple, il faut défendre chaque projet bec et ongles… » C’est clair, on n’arrachera pas le scoop sur la GT86 cabriolet aujourd’hui de la bouche de son ingénieur en chef, d’un commerce toujours aussi agréable mais avare en confidences.

Pourquoi présenter une fois de plus ce concept, si ce n’est pas pour annoncer le produire ? Pourquoi ces tergiversations sans fin ? Un début de réponse est peut-être à aller chercher du côté de Subaru, dont le président Yasuyuki Yoshinaga a déclaré à Automotive News n’être pas fan de l’idée de cabriolet, qui demanderait selon lui de revoir le châssis en profondeur. Le concept Cross sport, présenté par Subaru au même salon de Tokyo sur la base de la BR-Z est diamétralement opposé. Faut-il voir dans cette divergence de vues un signe de désaccord plus profond ? Depuis le début, Subaru se retient difficilement de mettre un turbo sur le boxer 2 litres, arguant mollement d’une impossibilité technique démentie par la kyrielle de préparateurs proposant ce type de montage, plus sûrement un veto de Toyota. La mauvaise volonté vis-à-vis du cabriolet serait-elle un prêté pour un rendu ? On espère que non, car la 86 a belle allure sans son toit.

Crédit images : le blog auto

[zenphotopress album=15638 sort=random number=20]

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Tokyo 2013 live : Toyota FT-86 Open Concept"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
F35
Invité

Je pensais (lu dans un article du blog ) que le châssis de cette voiture avait été conçu pour en faire un cabriolet avant tout

Boulanger
Membre

Je n’aime pas trop sa face avant
sinon la niche est vide en Europe et elle pourra prendre sa part du gateau

leelabradaauto
Invité

….car la 86 a fière allure sans sont toit !
on a dit l’essentiel. Le malheur pour la France est qu’au niveau « surelevé » où on estime, on conçoit l’automobile, on ne trouve pas un logo français sur une propulsion qui ressemble à cette toyota.

Alex
Invité

La solution : un turbo cabriolet !!!!
Et tout le mondes est heureux !!!!

wpDiscuz