Accueil Actualités Entreprise Italie : haro sur Superbollo, la taxe sur les véhicules de luxe

Italie : haro sur Superbollo, la taxe sur les véhicules de luxe

1088
14
PARTAGER

Haro sur la taxe frappant les véhicules de luxe en Italie. Les différentes associations du secteur automobile viennent en effet d’adresser une missive au ministère de l’Economie réclamation l’abolition de Superbollo.

Leurs arguments ? Selon eux, l’impôt indirect se solderait au final par une perte sèche pour l’Etat, la perte de recettes induite par la chute des ventes – conséquence directe de la hausse de la taxe à leurs yeux – étant supérieure aux sommes engrangées. Enfin, selon leurs calculs. Rappelons, que le Superbollo est en vigueur depuis 2011. Si à l’origine, la taxe devait s’appliquer sur les véhicules de plus de 225 kW (306 ch) au prix de 10 €/ kW, en 2012, le gouvernement de Mario Manti l’a étendue aux véhicules de plus de 185 kW (25o ch), augmentant le tarif à 20 €/kW. Selon les estimations préalables, cette taxe devait permettre à l’Etat italien d’engranger 168 millions d’euros par an. Mais au final, les ventes des véhicules haut de gamme se sont effondrées, une chute de 35% étant ainsi enregistrée en 2012 pour les véhicules de 250 ch, sur un marché national en baisse de 19,8%.

Résultat des courses : une perte nette de recettes de 140 millions d’euros si l’on en croit les calculs des organisations professionnelles. Selon elles, l’Etat italien aurait ainsi perdu « 93 millions de recettes de TVA et 13 millions d’euros de vignette liées aux ventes de ces véhicules », les régions enregistrant quant à elles un manque à gagner de « 19,8 millions d’euros de taxe d’immatriculation » tandis que les provinces voyaient ainsi s’échapper « plus de 14 millions de prélèvements de taxes sur ces véhicules ». Sont également à prendre en compte au niveau de l’impact financer d’une telle mesure :  un engorgement du marché de l’occasion des véhicules  de luxe, contexte de nature à favoriser la baisse des prix…  et donc la baisse des recettes pour l’Etat.

Autre phénomène non négligeable : le recours de plus en plus important à la location, histoire de contourner la législation. En vue de s’affranchir de la taxe, les voitures sont dorénavant exportées massivement vers l’Allemagne, la République Tchèque voire encore l’Autriche… pour être louées par la suite en Italie.

Sources : CCFA, Stampa

Crédit photo : Ferrari

Poster un Commentaire

14 Commentaires sur "Italie : haro sur Superbollo, la taxe sur les véhicules de luxe"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Seb
Invité

Voilà tout le problème des mesures non réfléchies prises dans l’urgence.

Milton
Invité

Je crois au contraire cette mesure tout à fait réfléchie : le but n’était pas de faire rentrer des taxes mais de montrer qu’on tapait sur les riches propriétaires de voitures de luxe.

L’Occident ne s’est pas effondré comme il s’est effondré ces 30 dernières années par hasard, confier la barre à des escrocs nuit à la santé d’un pays.

CK
Invité
Milton tu es à côté de la plaque. La mesure ne peut pas être « tout à fait réléchie » puisqu’elle fait une perte d’argent pour un état qui en manque déjà submergé par la dette et qui en plus est très facile contournée par l’importation et/ou la location comme dit dans l’article. Si tu penses qu’un pays se porte mieux quand on tape sur les riches tu te mets gravement le doigt dans l’oeil car ce n’est pas le smicar qui investit, qui crée de l’emploi et de la croissance… Ces choses essentielles pour qu’un pays se porte bien (ou mieux).… Lire la suite >>
Milton
Invité

@ CK : toi vraiment rien compris. Toi difficile avec second degré.

Par ailleurs ton com’ est assez révélateur : tu crois réellement que ces gens sont stupides. Qu’ils ne « réfléchissent » pas assez.

Tu penses qu’un gars qui était payé plusieurs millions d’euros chez Goldman Sachs ne sait pas qu’en mettant en oeuvre cette mesure il allait ruiner le secteur ?!?!?!

Ces gens, avec deux grammes dans le sang et au réveil sont encore capables de nous mettre la misère niveau cervelle.

Le machiavélisme est une preuve d’intelligence… malheureusement.

Gianni
Invité
Les propriétaires en Italie; utilisateurs de véhicules de luxe démontrent encore tout leur savoir faire pour détourner la taxe, sport national en Italie. Le gouvernement de Rome doit gérer une situation économique extrèmement difficile. UN DEPOT DE BILAN DE L’ETAT ITALIEN METTERAIT LA FRANCE A TERRE, sans impacter les citoyens italiens qui eux exportent tant des produits industriels que des produits agroalimentaires ou des services. Avec la complicité du Président Flamby, pire Président de la cinquième République, les banques françaises commercialisent et achètent de la dette italienne. Voir l’exemple de l’Argentine……. qui a cessé tout paiement de sa dette et… Lire la suite >>
Bruce
Invité

+ 1 gianni

Tu es trop fort !!

Trop trop fort 😉

Zaza
Invité

Une bonne idée de taxe pas encore exploitée par le gouvernement français.
On pourrait envisager chez nous une taxe pour les voitures de plus de 90 cv…

Johann Rouchaussée
Membre

c’est déjà fait avec la taxe carbone :/ 90ch en essence t’es déjà dedans en 2014

Alex
Invité

J ai acheté mes 3 voitures en Italie ( cooper S, c220cdi,330xd ) elles restent moins cher quand même par rapport a la France .

JiFa
Membre

Ouep mais faut faire gaffe à vérifier que ce soit pas deux moitiés de caisse soudées ensemble 😉

pousky
Invité

Plus de 250 chevaux = un véhicule de luxe. Drôle de notion du luxe.

DiZeL
Membre

Non c’est cohérent dans le sens ou 200cv c’est largement suffisant pour faire avancer confortablement n’importe quelle voiture. Si tu veux plus, c’est pour le plaisir…

wpDiscuz