Accueil Général Le Blog Auto sur la Route 66 : Chicago – Springfield (2/12)

Le Blog Auto sur la Route 66 : Chicago – Springfield (2/12)

288
4
PARTAGER

Le périple de la Route 66 commence à Chicago. Au croisement d’Adams Street et de Michigan Avenue. Car bien entendu, historiquement, la route se parcourt d’Est en Ouest, à l’image des pionniers et des exilés, mais aussi des hippies ou des artistes partis tenter leur chance en Californie. Premières étapes donc : la traversée de l’Illinois.

Le panneau «Historic Route 66 – Begin» est bien là, sur Adams Street, à quelques centaines de mètres du magnifique Lac Michigan. A l’image des cités américaines, la rue s’étend, parfaitement rectiligne sur plusieurs kilomètres, parallèle à Jackson Street. En fait, c’était sur cette dernière que débutait la 66 jusqu’en 1955 avant qu’elle ne soit mise en sens unique «ouest-est». C’est d’ailleurs dans cette rue que se tient toujours le célèbre établissement Lou Mitchell’s , ouvert depuis 1926, qui était un lieu de passage incontournable pour tous les aventuriers qui partaient à l’assaut de la Route. Le lieu est toujours intact, et annonce fièrement (et modestement) servir «Le café le plus raffiné du monde».

En arrivant à Chicago, on peut encore avoir en tête ces images de gangster dans une ville sombre régie par le crime qui ont fait sa réputation dans les années 20 et 30. Mais cette image n’a plus rien à voir avec le Chicago d’aujourd’hui : nous avons découvert une ville très propre, moderne, truffée d’espaces verts. Les habitants – à l’image des Américains en général d’ailleurs – sont très sympathiques et ouverts, et nous proposent spontanément leur aide lorsque nous déplions notre plan de la ville, ou notre carte des transports publics. Et puis, profiter des premières chaudes journées de printemps (notre périple s’étant déroulé en mai) sur les superbes plages du Lac Michigan donne déjà un avant-goût de Californie.

Nous prenons donc la Route sur Adams, avant de tourner à gauche pour quitter la ville en direction du sud. Ce n’est qu’alors que nous prenons la mesure de l’ampleur de ce que la vue du 97ème étage de la Tour Willis (plus haut gratte-ciel des Etats-Unis jusqu’il y a peu) nous laissait présager : la banlieue s’étend sur plus de 40 kilomètres, et il faut attendre d’être passé Joliet pour commencer à traverser quelques coins de nature. Joliet, c’est la ville des Blue Brothers, dont les statues dansent d’ailleurs toujours sur le toit d’un marchand de glace.

Viennent ensuite les grandes plaines de l’Illinois, avec ses champs cultivés par des tracteurs démesurés. Ici, la Route 66 est souvent longée par la voie de chemin de fer et par l’Interstate 55. La raison est simple : la 66 a été construite en suivant les rails, et la 55, en suivant le tracé de la 66. Cette configuration nous suivra pratiquement tout au long de notre traversée de l’état.

 A Wilmington, une halte s’impose pour immortaliser le premier des quatre personnages géants de la Route 66 : le Gemini Giant. Un personnage représentant (vaguement) un astronaute qui était l’égérie du fast-food à ses pieds. A l’époque glorieuse de la Route, les commerces étaient particulièrement nombreux, et il fallait donc faire preuve d’ingéniosité pour se démarquer à tout prix de la concurrence !

 Au fil de notre périple, les vestiges de la 66 se font de plus en plus nombreux : stations-service en pagaille, tantôt reconverties en musée ou en magasin de souvenirs, tantôt simplement laissées à l’abandon. Mais aussi nombreux signes «Historic US 66» qui nous rappellent que nous sommes bien sur la mythique route. D’ailleurs ici, comme partout d’ailleurs, l’itinéraire est parfaitement fléché par les comités de sauvegarde.

En arrivant à Dwight et jusqu’à Bloomington, un vestige exprime toute la grandeur et la décadence de la Route : autrefois en 2×2 bandes, elle a été réduite à une simple 2 bandes durant les années 70 en raison de la diminution drastique de son utilisation suite à la construction de l’autoroute à cent mètres de là. Les anciennes portions sont toujours là, reconverties par endroits en espace touristiques dédiés à la Route, laissées à la nature ailleurs.

Impossible de ne pas faire arrêt au Dixies Truckers Home à McLean, un «dinner» de routiers incontournable qui n’a fermé ses portes qu’une seule journée depuis 1928 à la suite d’un incendie en 1965 ! L’emplacement est immense, rempli de semi-remorques à l’image du pays, et de pick-up tractant d’énormes caravanes. Une autre manière d’envisager le camping…

C’est ensuite à la nuit tombante que nous traversons Atlanta pour découvrir le deuxième géant, avant de rejoindre l’autoroute vers Springfield. L’itinéraire comporte parfois plusieurs options, en fonction des modifications apportées au fil des années, et il nous faut parfois faire un choix en un «Spur» (cul de sac qui nous ramène au point initial), un «loop» (une boucle, permettant de traverser une localité) ou un trajet direct.

A l’entrée de Springfield (la ville des Simpsons, du moins la première), l’Interstate 55 a englouti la 66. Et malgré le fléchage de plusieurs itinéraires de la 66 (plus récent ou plus ancien), on se perd vite dans le dédale de rues, d’autant qu’il fait déjà nuit.

Nous arrivons finalement à l’hôtel, le Route 66 Hotel & Conference Center. Un hôtel historique de la 66, qui a notamment accueilli Elvis Presley et Johnny Cash. Et notre chambre se trouve dans la partie historique de l’établissement, dont tout fleure bon les années 50. Retour dans le temps garanti !

[zenphotopress album=15474 sort=random number=15]

Crédits photos : Nicolas Morlet/Le Blog Auto

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Le Blog Auto sur la Route 66 : Chicago – Springfield (2/12)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
beniot9888
Invité

« nous proposent spontanément leur aide lorsque nous déplions notre plan de la ville, ou notre carte des transports publics »

Je sais que c’est pour aider, mais je déteste ça aux USA. Se perdre, chercher où on est sur la carte et comment aller là où on voulait aller, ça fait partie des vacances à mes yeux ! Il m’est même arrivé de me planquer dans un coin pour pouvoir regarder ma carte tranquillement 🙂

Dyna
Invité

Superbe.
On veut plus de photos svp !

petrus
Invité

Super article !! J’ai eu la chance d’arpenter la Route 66 il y a quelques années entre Albuquerque (Nouveau Mexique) et Flagstaff (Arizona) avant de rejoindre le Grand Canyon. C’est juste extraordinaire ! Les paysages traversés, cette route que l’on voit des dizaines de km devant nous au delà du relief, les réserves indiennes, le train de Santa Fe que l’on croise à tous moments (faut être patient aux passages à niveau, vu la longueur du convoi !!) vous laissent des souvenirs inoubliables ! Mythique ! A faire absolument pour les passionnés !

wpDiscuz