Accueil F3 British F3 2013 sur le Nürburgring : god save the King !

British F3 2013 sur le Nürburgring : god save the King !

77
0
PARTAGER

Le championnat britannique de F3, c’est une discipline avec une douzaine de voitures au départ et à la fin, Carlin s’impose. Depuis Jaime Alguersuari, en 2008, tous les champions britannique roulent chez Carlin. Grâce à Jordan King, la tradition est maintenue.Présentation

Drôle de saison et drôle de dénouement. Le Nürburgring est la quatrième et dernière manche de l’exercice 2013. La fin d’une compétition réduite au minimum syndical, pour éviter sa disparition.

En théorie, les 8 pilotes engagés ont mathématiquement une chance d’être titré. En pratique, il n’y a que 3 prétendants sérieux.
Will Buller (Fortec) est le favori. Le Nord-irlandais quadruple en F3 et figure parmi les meilleurs éléments Européen. Donc, en l’absence des Marciello et autres Rosenqvist, il est censé se balader. Hélas, il multiplie les erreurs. D’ailleurs, il arrive au ‘ring en 2e place.
Jordan King (Carlin) est l’outsider. Vice-champion de FR 2.0 NEC 2012, c’est un Anglais discret, mais constant. Grâce à cela, il est 1er du championnat.
Antonio Giovanizzi (Double R) est le joker. Dernier champion de la confidentielle Formula Pilota China, il est revenu en Europe avec son dauphin et équipier d’alors, Sean Gelael. Comme en FPC, c’est Gelael qui paye les factures et Giovanizzi qui monte sur les podiums.

Comme à chaque manche, il y a des arrivées dans le peloton.

Spike Goddard, champion 2012 en National, revient avec T-Sport. L’équipe veut tâter le terrain en vue de 2014. En effet, l’équipe utilise des blocs Nissan-Threebond qui ne seront plus homologués en championnat européen, l’an prochain.
Alfonso Celis, pilote Fortec en FR 2.0, vient compléter les effectifs de l’équipe.
William Barbosa, obscur pilote de kating, débarque chez West-Tec, en National donc. Notez que le titre a déjà été attribué à Sun Zheng (CF Racing), suite au forfait de Ed Jones.

Les essais

King, King, King ! L’Anglais est au-dessus du lot, le vendredi. Meilleur temps des essais libres, il décroche les deux poles et conforte ainsi son avance.

Course 1

De la fumée noire s’échappe de la voiture de Buller, dans le tour de formation. Le Nord-irlandais rentre aux stands et perd 3 tours.

King n’a pas d’états d’âme. Il fonce et s’impose dans un fauteuil. Derrière, Giovanizzi décide de ramasser tous les bouts de gomme laissés par les GT (en prologue de la course.) Il termine 2e. Felipe Guimarães (Fortec), rarement à la fête, bondit au départ et pointe au 3e rang. Le Brésilien reste là jusqu’au bout, malgré les tentatives d’intimidations de Jann Mardenborough (Carlin.)

Course 2

Goddard se retrouve en pole. Il avait déjà vécu cette situation l’an dernier. Mais cette fois, il est en « International ». Au départ, il se fait doubler par… Guimarães. Le Brésilien, décidément survolté, se montre autoritaire. Goddard a beau mettre la pression, il n’est que 2e. Quant au 3e, il s’agit de Tatiana Calderòn (Double R.) Buller, parti dernier, remonte tout le monde et se retrouve derrière la Colombienne. Il part à la faute, presque sous le nez de King. Ce dernier n’a plus qu’à rallier l’arrivée pour être champion !
A l’arrivée, on obtient un improbable podium Guimarães (première victoire en Europe) – Goddard (premier podium en International) – Calderòn (première femme sur un podium de British F3.) Et donc, un titre pour King, 5e. En National, Chris Vlok (West-Tec) remporte sa première victoire après une belle bagarre avec Sun.

Course 3

Par rapport aux 2 premières courses, la finale semble un peu monotone. Au feu vert, le néo-champion contrôle les ambitions de Buller. Ce dernier veut partir sur une note positive, mais impossible de trouver l’ouverture sur l’Anglais. Giovanizzi suit le duo au loin. C’est suffisant pour être vice-champion.

En National, Sun veut rattraper son affront de la veille. Vlok essaye de le suivre, mais il part à la faute. Heureusement pour lui, Barbosa est beaucoup trop loin pour repasser 2e.

En conclusion

King repart du Nürburgring avec 176 points. Il va maintenant chercher à bien terminer en championnat européen de F3. Longtemps 3e, Giovanizzi est finalement dauphin, avec 135 points. Faut-il y voir un retour de Double R, à la peine ces dernières saisons ? Enfin, comme Serralles l’an dernier, Buller arrive en favori à la finale et repart 3e, avec 134 points ! Normalement, c’est la dernière apparition du Nord-irlandais en F3 ; il va désormais se consacrer à la FR 3.5.
La grosse déception, c’est Mardenborough. Trop brouillon, pas assez rapide, le pilote de la GT Academy termine 6e avec 85 points. Il devance Calderòn, 7e avec 79 points, elle est mieux classé que Gelael, 8e et dernier, alors que d’aucun imaginaient la Colombienne à l’arrêt.

Avec 6 victoires en 12 courses, Sun ne vole pas son titre en National. Pour ses débuts hors de Chine, il humilie Vlok, pourtant plus rapide sur le papier et disposant d’une meilleure voiture.

Maintenant, tout le monde regarde vers 2014. Le championnat britannique devrait copier son homologue allemand et se contenter des Dallara 311 (afin d’attirer des petites équipes, comme JTR.) SRO, le promoteur, nous promet un calendrier plus touffu et des engagés dés la semaine prochaine. Les mauvaises langues répondront que de toutes façons, ce sera difficile de faire pire qu’en 2013…

Source:
British F3

A lire également:
British F3 2013 à Brands Hatch : le retour de Jaafar

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz