Accueil Bugatti Pebble Beach 2013 : Bugatti Veyron Grand Sport Legend Jean-Pierre Wimille, nouvelles...

Pebble Beach 2013 : Bugatti Veyron Grand Sport Legend Jean-Pierre Wimille, nouvelles images

83
8
PARTAGER

Alors que six légendes Bugatti reposant toutes sur la Bugatti Veyron 16.4 Grand Sport Vitesse seront à terme révélées par la firme de Molsheim, la première d’entre elles vient d’être dévoilée sur le sol américain : la Bugatti Veyron Grand Sport Legend Jean-Pierre Wimille, une version dont le nom est presque aussi long que son tarif est conséquent.

Limitée à trois petites unités, on appelle ça de la micro série limitée, la Bugatti Veyron Grand Sport Legend Jean-Pierre Wimille reprend évidemment le W12 6.0 l de 1200 ch et 1500 Nm. Comme d’autres séries limitées (de la version fermée ou de sa soeurette amputée de son couvre-chef), son exclusivité elle la revendique ailleurs.

Ceci passe par son style extérieur et sa livrée en carbone apparent bleu et bleu clair Wimille. Une thématique chromatique qui se poursuit à bord, un habitacle qui hérite en outre de la bafouille de celui dont elle tire son patronyme, soit les couleurs de sa devancière Tank 57G alors confiée au pilote. Les cinq autres éditions personnalisées seront dévoilées d’ici à douze mois. Quant au tarif de cette Bugatti Veyron Grand Sport Legend Jean-Pierre Wimille, il demeure à la discrétion de Bugatti.

 

A lire également. Bugatti Veyron Grand Sport Legend Jean-Pierre Wimille : honneur aux légendes.

Source : Bugatti.

Crédit illustrations : Bugatti.

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Pebble Beach 2013 : Bugatti Veyron Grand Sport Legend Jean-Pierre Wimille, nouvelles images"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Charly
Invité

W16 😉

Yop
Invité

8 L

pedro
Invité

1200 ch

Detroit Iron
Invité

Moi j’adore toujours la Veyron, mais ses appellations sont aussi longues que le nombre de chiffres de son prix ! 😀

Jean-François
Invité

ça devient un peu lassant ces séries spéciales à n’en plus finir chez Bugatti. Déjà que la Veyron est assez loin de l’esprit de légèreté de la marque, on nous assomme des séries spéciales qui se contentent d’évoquer un passé prestigieux en changeant les couleurs de la voiture.

Je rêve d’un petit roadster léger propulsé par un 6 cylindres en ligne dans la veine de la Type 55… Mais peine perdue, VW n’est pas intéressé.

DiZeL
Membre

Faut bien essayer de faire croire au pige… client que sa voiture est unique. Mais oui, la démarche est aussi intéressante qu’une finition Gordini sur une Renault standard.

Jean-François
Invité

Si vous ne connaissez l’histoire de Bugatti que par la Royale, tant pis pour vous. Mais la Royale n’était pas conçue pour être une voiture sportive. La seule Bugatti sportive lourde que l’on puisse citer est la Type 45 avec son moteur U16 mais malheureusement elle n’a pas connu le succès. Et la liste s’arrête là.

Bugatti s’est surtout distingué grâce à la légèreté de ses voitures de course avec leurs mythiques jantes en aluminium. Il suffit de comparer une type 35 et une Bentley 6,5 Litre pour saisir ce que signifie « l’esprit de légèreté de la marque ».

John
Invité

j’abonde dans le sens de Jean François, les véhicules de courses, et la plupart des châssis civils sont d’une avant garde notable pour l’époque avec pour but efficacité et légèreté (en préservant un certain confort pour le civil tout de même).

Bugatti à aussi utilisé pas mal l’aluminium dans sa carrosserie voir le Magnésium (d’où les rivet sur la 57 Atlantic).

La 41 était juste un vaisseau amiral et un échec monumental d’ailleurs pour la marque.

wpDiscuz