Accueil F1 F1 Silverstone 2013 : Rosberg émerge des débris de pneus

F1 Silverstone 2013 : Rosberg émerge des débris de pneus

221
25
PARTAGER

Silverstone fut le théâtre d’un grand prix de toute beauté. Plein de rebondissements, ce grand prix couronne Rosberg et Mercedes et relance le championnat du monde.

Les conditions climatiques ont changé constamment au cours de ce weekend. Après la pluie le vendredi et un temps légèrement frais pour les qualifications, c’est un franc soleil qui attend les concurrents. Il est accompagné d’un vent soutenu qui va perturber l’aérodynamique des voitures.

Le départ : Hamilton assure
Les Mercedes se doivent de défendre leurs positions sur la grille pour espérer bien figurer à l’arrivée. Au milieu du peloton certains vont tenter de gagner 2 ou 3 places au feu vert. A l’extinction des feux Hamilton réussit son envolée contrairement à son coéquipier Rosberg qui se fait passer par Vettel. Räikkönen se retrouve 6ème à l’issu du premier tour (parti 8ème). Di Resta parti de l’arrière de la grille pour un poids non conforme aux qualifications est déjà remonté 17ème. Le grand perdant de ce départ est sans doute Webber obligé d’élargir après un tassement au premier virage.

Hamilton tente de s’échapper mais Pirelli le trahit
Dès les premiers tours de roue Hamilton fait le trou, enchainant les meilleurs tours et compte 2 secondes après 5 tours. Suffisant pour être à l’abri du DRS. Mais coup de théatre au 8èm tour Lewis Hamilton explose littéralement son pneu arrière gauche, en pleine ligne droite, dès le début du tour, il va devoir parcourir le très long circuit de Silverstone au ralenti, semant des débris un peu partout et endommageant sa voiture. La course à la victoire est finie pour Lewis qui repart 18ème.

Au 10ème tour les changements de pneus commencent. Grosjean est le premier des pilotes de tête à repasser par les stands tandis qu’Alonso Massa explose lui aussi le pneu arrière gauche…Décidément les pneus Pirelli auraient-ils un souci à l’arrière gauche ? Grosjean repart en dur avec lesquels la Lotus se comporte mieux. Il fait le meilleur tour en course au 11ème tour. Les changements de pneus se succèdent, Massa perd du temps, Räikkönen sort des stands et se retrouvent derrière Grosjean qui a cravaché pour ses deux premiers tours de sortie. Malgré sa crevaison Alonso a limité la casse et grâce au DRS passe sans coup férir les deux Lotus.

16ème tour : Encore un pneu explosé, le safety car entre en jeu
Le leader de la course Vettel rentre aux stands à la fin du 13ème tour (sur 52). Il ressort en tête devant Rosberg et un étonnant Sergio Perez. Vergne n’a toujours pas ravitaillé et pointe à la 6ème place. « Kimi is faster than you » entend-on à la radio de Grosjean, la consigne est passée…Et Vergne explose son pneu arrière gauche juste devant le finlandais qui dépassait Grosjean…Ce sera visiblement le gimmick de la journée à Silverstone. RedBull annonce à Vettel qu’il avait une crevaison lente juste avant son arrêt. La piste est désormais jonchée de débris de pneu et….la voiture de sécurité sort.

La scène est surréaliste, les commissaires de piste ramassent tous les débris qu’ils peuvent tout au long de la piste. Les écurie tentent de savoir à quel moment le pneu arrière gauche souffre ou prend des débris et donnent des indications aux pilotes pour tel ou tel virage, et surtout d’éviter les vibreurs. Le refus de Lotus et Force India d’autoriser Pirelli à changer de carcasse pour les pneus est-il une des raisons de ces explosions à plein vitesse ? Le débat s’annonce houleux dans les heures qui viennent.

22ème tour : la course reprend ses droits
Webber met de suite la pression à Perez et finit par lui prendre superbement la 8ème place. L’Australien en a encore à montrer d’ici la fin de la saison et son départ pour le WEC. Devant Vettel s’échappe inexorablement et se met à l’abri de Rosberg. A la mi-course rien ne semble joué tant les rebondissements ont déjà été nombreux. Alonso semble tout de même en position d’accrocher le podium ce qui contraste totalement avec les qualifications catastrophiques de samedi.

Hulkenberg rentre au stand avec une crevaison (encore une) et repart 19ème. Au 28 ème tour Gutierrez projette lui aussi des débris plein la piste. Sébastien Grosjean se fait passer par Ricciardo puis Webber. La Lotus du Français a-t-elle un manque de rythme en pneus durs ou bien la stratégie est-elle décalée par rapport à son coéquipier Räikkönen ?

30ème tour : deuxième valse de changements de pneus
Le 30 ème tour marque le début des nouveaux changement de pneus. Räikkönen repasse par les stands, bientôt imité au 31ème tour par Alonso et Grosjean. Alonso signe le tour le plus rapide en course. La Ferrari de ce dimanche n’est décidément pas celle d’hier. A la faveur des passages aux stands Räikkönen remonte à la troisième place. Derrière Vettel et Rosberg.

35ème tour : Rosberg effectue son deuxième changement de pneus et repart toujours second. Vettel rentre également au tour suivant et repart en tête, mais l’écart s’est réduit d’une seconde.

37ème tour : Vergne abandonne.
17ème après sa crevaison impressionnante à pleine vitesse, le Français a visiblement eu des soucis avec sa Toro Rosso. Webber en a profité pour passer Alonso pour le gain de la 4ème place. Au milieu du peloton, di Resta et Hamilton se battent comme des chiffonniers pour la 12ème place.

39ème tour : Rosberg remonte sur Vettel. Pirelli a recommandé d’augmenter la pression des pneus pour limiter le risque de crevaison ce qu’a fait RedBull. Cela affecte-t-il la monoplace du triple champion du monde ? Au 40ème tour Hamilton passe Grosjean pour le gain de la 10ème place et revient enfin dans les points après avoir perdu la tête suite à sa crevaison du début de course. La Mercedes semble très à l’aise à Silverstone.

42ème tour : encore un rebondissement !
Vettel est au ralenti, avec un problème de boite de vitesse. Il s’arrête sur la ligne droite des stands, la voiture de sécurité rentre une nouvelle fois en piste. Räikkönen deuxième se frotte les mains puisque cela va le remettre juste derrière Rosberg. La foule exulte !

43ème tour : sous régime de safety car, Rosberg rentre aux stands, imité par tout le monde, sauf par Räikkönen qui pose la question à la radio : « Je ne sais pas si vous avez pris la bonne décision avec les stands ». « Je ne sais pas Kimi, mais c’est trop tard, on reste sur le plan » lui répond son ingénieur de piste. Grosse boulette de Lotus ! Les derniers tours vont être difficile pour le Finlandais. Webber 5ème a peut-être tiré la bonne carte en changeant ses pneus.

46ème tour : la voiture de sécurité s’écarte pour les 6 derniers tours
Webber dépasse Ricciardo dès les premiers hectomètres de reprise, derrière les batailles font rage. Mais Perez connait lui aussi une explosion de pneus (sa deuxième du weekend). L’explosion de la gomme a littéralement soufflé l’arrière de la voiture de Perez dont on voit les échappements. Il abandonne.

48ème tour : Webber est déchainé et prend la deuxième place
Il a désormais Rosberg en point de mire, mais Rosberg a lui aussi des gommes fraiches. Pour l’Australien, gagner le grand-prix d’Angleterre après avoir annoncé son départ de la F1 serait un terrible pied de nez. Alonso et Hamilton sont remontés et sont désormais 4 et 5 derrière la Lotus. Le non changement de pneu va couter cher à Kimi.

49ème tour : Rosberg réagit
Le pilote de la Mercedes signe le meilleur tour en course pour maintenir l’écart à plus d’une seconde. Alonso est dans les échappements de Räikkönen qui ne pourra sans doute pas faire grand chose pour défendre sa place. Alonso dépasse finalement la Lotus grâce au DRS…Un tour après c’est Hamilton qui passe Kimi et prend la 4ème place. Pour l’Anglais, après avoir mené, connu la défaillance pneumatique qui l’a rejeté au fond du classement, c’est un sacré retour. Grosjean abandonne à la fin du 51ème tour.

52ème et dernier tour : le sacre de Rosberg
Rosberg gagne le grand-prix d’Angleterre juste devant Webber. C’est la deuxième victoire de la saison pour Rosberg après Monaco et la troisième de sa carrière. Rosberg exulte de joie à la radio. Le grand perdant est Vettel qui abandonne de gros points à Alonso. Webber est félicité par son équipe. Sa réponse est…lapidaire et sans joie excessive. Ambiance tendue chez RedBull pour la fin de la saison ?

Rosberg fait un très beau vainqueur de ce grand-prix de Silverstone. Mais cette victoire ne manquera pas d’alimenter la polémique sur les essais de Barcelone. Tous les rebondissements dus aux explosions pneumatiques ne manqueront pas non plus de relancer la discussion sur un changement de structure. Pirelli souhaite revenir à une carcasse en Kevlar (au lieu de l’acier). Le débat va être houleux et la sécurité sans doute mise en avant…

Räikkönen bat un record de Michael Schumacher ce weekend. Le nombre de fois consécutives dans les points. Un record de moins pour le septuple champion du monde et une pierre de plus dans le jardin de Kimi réputé pour sa régularité.

Classement provisoire du championnat du monde :
1 Sebastian Vettel German Red Bull Racing-Renault 132 points
2 Fernando Alonso Spanish Ferrari – 111 points
3 Kimi Räikkönen Finnish Lotus-Renault – 98 points
4 Lewis Hamilton British Mercedes – 89 points
5 Mark Webber Australian Red Bull Racing-Renault – 87 points
6 Nico Rosberg German Mercedes – 82 points
7 Felipe Massa Brazilian Ferrari – 57 points
8 Paul di Resta British Force India-Mercedes – 36 points
9 Romain Grosjean French Lotus-Renault – 26 points
10 Jenson Button British McLaren-Mercedes – 25 points

Classement provisoire du championnat équipes :
1 Red Bull-Renault – 219 points
2 Mercedes – 169 points
3 Ferrari – 168 points
4 Lotus-Renault – 126 points
5 Force India-Mercedes – 59 points
6 McLaren-Mercedes – 37 points
7 Toro Rosso-Ferrari – 24 points
8 Sauber-Ferrari – 6 points

Lire également : F1 2014 – Permis à points et retour des essais privés

Source : Formula1, photo : capture d’écran F1

Poster un Commentaire

25 Commentaires sur "F1 Silverstone 2013 : Rosberg émerge des débris de pneus"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
zak
Invité

Grand Prix de la nullité : Pirelli. C’est dommage de ternir l’image de la F-1 avec des pneus aussi médiocres…

Bruce
Invité

D une pirelli fait que respecter le cahier des charges ..

Et deux c est une marque de sport reconnu et appréciiez !!

Bravo à alonso et Ferrari >>> toujours prêt une remontée dantesque 😉

fixman
Invité

à ma connaissance le cahier des charges demandait une usure rapide et pas une explosion soudaine !

Même Pirelli reconnait qu’ils ont des problèmes pour maintenir collée la bande de roulement…

constance
Invité

tiens pas de référence à grosjean qui explose webber au premier virage ?

constance
Invité

qu’est-ce qqu’il en fait des « fait de course » ce pauvre grosjean

constance
Invité

a mon avis, la manoeuvre de grosjean n’entre pas dans la catégorie frotage d’aileron quand on voit le replay o_O

Kikki
Invité

Se faire « exploser » et terminer deuxième……..

……Romain risque d’avoir beaucoup de demande les prochaines courses…

SLS
Invité

Grosjean n’a rien à voir dans le contact avec la red bull au premier virage. Il est au milieu et se fait tasser par la droite.
Il est pas toujours très propre, mais ce n’est pas une raison pour toujours lui mettre les accrochages sur le dos.

ticky
Invité

blablabla…….bla

November
Invité

C’est le pneu de Massa qui a explosé, pas celui d’Alonso.
Merci Pirelli / FIA.
Au dernier restart, on a pu voir ce que valait certains pilotes quand il fallait rouler à la limite sans restrictions, chapeau a Alonso et à Hamilton, ils ont mangés Button, Ricciardo, Sutil, Perez (pneu eclaté), …..Kimi trahi par son stand.
Mercedes deuxième du classement constructeur, …..

November
Invité

C’était en 2005 je crois, et il n y avait que 6 voitures (chaussées de Bridgestone) au départ.
Ce que je regrette, c ‘est de ne pas voir une vraie course automobile, ou le talent de l’ingénieur concepteur (sans restrictions) accouplé au pilotage à la limite priment.
Ce que nous voyons actuellement, ben presque rien.

pousky
Invité

C’est sans doute très bête comme réaction mais quand un manufacturier n’est pas capable d’aligner des pneus qui ne s’écroulent pas ou qui n’explosent pas en course, je n’ai certainement pas envie d’acheter cette marque pour ma voiture de tous les jours …

bibibatuna2
Membre
En même temps, y’a « suspens » (gommes qui durent moins longtemps, multitudes de gommes pour rendre plus difficile le bon choix, évolution des gommes en cours de saison, etc…), et « jouer avec la vie des pilotes »… Perso, je trouve qu’il y a quand même une grande marge entre déraper parce que ça n’accroche pas, et avoir un pneu qui éclate alors que tu roules à 250km/h. Si t’es pas sur que ton pneu tienne en respectant le règlement, tu ne joues pas avec la vie d’êtres humains, et tu fais comme Michelin en informant les équipes et en demandant de ne… Lire la suite >>
Ryoma
Invité

Oui enfin des pneus qui explosent, on a vu ça à Adélaïde en 1986 et Hockenheim en 1993. Il y avait aussi indy 2005. Pas de quoi fouetter un chat.

wpDiscuz