Accueil Champ Car Indycar 2013: Panther DRR baissera le rideau après Indianapolis

Indycar 2013: Panther DRR baissera le rideau après Indianapolis

59
0
PARTAGER

L’Indycar traverse une période difficile. Les petites écuries sont en première ligne. Après Newman-Haas, Conquest et HVM, c’est au tour de Panther-DRR de fermer boutique. L’écurie effectuera un baroud d’honneur à Indianapolis.Panther-DRR est né de la fusion de deux vieilles équipes.

D’un côté, il y a Panther, la dernière équipe issue de l’Indy Racing League encore en activité. En 1996, en CART, Gil de Ferran part chez Walker. Le Brésilien est l’unique pilote du Jim Hall Racing (ex-Chaparral) et son fondateur décide de prendre sa retraite. Pennzoil, sponsor de l’équipe, se retrouve sans programme. Un groupe de six businessmen (dont un animateur radio et Jim Harbaugh, un ancien joueur de foot US) récupère le sponsoring de Pennzoil et monte une écurie dans la série concurrente, l’Indy Racing League. Elle débute en 1998 avec le vétéran Scott Goodyear et le N°4 (dossard d’Harbaugh en foot US.) En 1999, le Canadien ouvre le palmarès de Panther, à Phoenix.
Fin 2000, Goodyear annonce sa retraite sportive. Il part d’ailleurs sur un succès, au Texas. Panther recrute un débutant prometteur: Sam Hornish Jr. L’Américain s’impose d’emblée et il récidive en 2002. Panther refuse alors de porter le N°1, pour mieux garder son 4 fétiche. C’est l’apogée de Panther Racing.
En 2003, les grosses équipes venues du CART changent la donne. Les podiums s’espacent. En fin de saison, Penske fait les yeux doux à Hornish. L’année suivante, l’équipe reprend Menard et passe donc à deux voitures. Mais il lui manque un vrai pilote. Pour 2006, Pennzoil veut réduire la voilure. Vitor Meira  apporte des sponsors et hérite de la N°4. En 2007, Panther s’associe à ARTA Super Aguri, qui lui apporte Kosuke Matsuura.
En 2008, Andretti récupère l’association avec ARTA Super Aguri. L’équipe repasse à une voiture et Meira termine 2e à Indianapolis. En 2009, l’écurie se trouve un vrai partenaire, National Guard, ce qui lui permet de recruter un bon pilote, Dan Wheldon. « Well done » termine 2e des 500 mils d’Indianapolis 2009 et 2010. L’écurie engage même une deuxième voiture à mi-temps. Mais l’Anglais se plaint que l’équipe manque de moyens et il claque la porte. J.R. Hildebrand le remplace. Il manque de peu la victoire à Indianapolis et doit se contenter de l’argent (la quatrième 2e place consécutive de Panther!) Il échoue également au classement de meilleur rookie face à James Hinchcliffe.

L’autre moitié de Panther-DRR, c’est Dreyer & Reinbold. Contrairement à Panther, elle n’a jamais connu les sommets. En 2000, Robbie Buhl décide d’être à la fois pilote et propriétaire d’équipe. Il s’associe à Dennis Reinbold et remporte l’épreuve du Walt Disney World Speedway. Ce sera la seule victoire de Dreyer & Reinbold.
Fin 2004, Buhl raccroche le volant. A partir de là, l’équipe recrute toute une série de pilotes, sans jamais avoir « son » pilote. Elle remet le pied à l’étrier aux moribonds, Ryan Briscoe, Buddy Rice et Sarah Fisher, ce qui leur permettra d’obtenir ensuite de meilleurs volants. En 2007, elle profite du naufrage du Fernandez Racing pour recruter des ingénieurs et passer à deux voitures. Durant les saisons qui suivent, elle fait rouler un peu n’importe qui, de Milka Duno à John Andretti, en passant par de vrais débutants comme Mike Conway ou Ana Beatriz.

2012 marque un tournant dans la vie des deux équipes. Dreyer & Reinbold fait parti des rares structures à miser sur le Lotus/Judd. Le passage à la nouvelle Dallara coute cher et elle ne peut aligner qu’une seule voiture, pour Servia. Panther continue de faire confiance à Hildebrand.
Peu avant Indianapolis, Dreyer & Reinbold se brouille avec Lotus; elle veut un Chevrolet. La marque au « plus » accepte, mais elle ne veut pas de dispersion entre une multitude d’équipes mono-voitures. Elle est donc priée de se rapprocher de Panther, vu qu’ils n’ont eux aussi qu’une voiture. Ca va tout de suite mieux pour Servia, qui décroche 4 top 5. Quelques semaines plus tard, l’état américain décide que l’armée ne peut plus jouer les sponsors. Panther perd donc National Guard.
Hildebrand est recruté par Andretti à l’intersaison. Panther-DRR retourne à une voiture, pour Servia. Le Catalan effectue un début de saison anonyme. A Long Beach, il profite du chaos pour être 5e. Mais il est déclassé pour avoir poussé Tony Kanaan (KV) dans un mur.

Ainsi, au soir d’Indianapolis, Panther-DRR devrait être dissoute. Les Américains sont des pragmatiques; peu de gens vont pleurer la disparition de cette équipe bicéphale. Même Newman-Haas n’avait pas entrainé de gros sanglots. Reste que les petites équipes sont utiles pour faire débuter de jeunes pilotes. Et ce n’est pas un hasard si ces dernières années, il n’y avait plus qu’un ou deux débutants. Tristan Vautier (Sam Schmidt) est aujourd’hui l’unique candidat au titre de meilleur débutant! De plus, normalement, lorsqu’une équipe ferme, une autre récupère ses ingénieurs et ses voitures. Or, là, mis à part l’absorption officieuse de HVM par KV, les structures disparaissent corps et bien. Avec un risque de diminution du plateau à terme.

Crédits photos: Honda (sauf photo 2, Panther.)

A lire également:
Indycar 2013: Long Beach

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz