Accueil BMW BTCC 2013 à Donington: even in the quietest moments

BTCC 2013 à Donington: even in the quietest moments

89
0
PARTAGER

Un peu largué à Brands Hatch, Gordon Shedden (Honda Civic) s’est rappelé qu’il est champion en titre du BTCC. L’Ecossais fait le plein de points Donington et se replace au championnat.Formule Ford

A Brands Hatch, seules une douzaine de pilotes étaient au départ. A Donington, le peloton prend des couleurs avec 3 pilotes supplémentaires.
Juan Rosso (ci-dessous) est très attendu. L’Argentin de Jamun, protégé de Sergio Rinland, est censé être véloce. Blessé à l’intersaison, il peut enfin s’exprimer.
Fred Martin-Dye (SWB) avait du se contenter d’un mi-temps en 2012. Il possède lui aussi un bon pied droit et on l’attend sur les podiums.
Enfin, Sam Brabham (JTR) apporte un côté « pipole ». Lorsque vous êtes fils, petit-fils et neveu de pilotes de F1 (et accessoirement, cousin d’un espoir des circuits US), la pression est maximale!

A B’Hatch, Dan Cammish (JTR) s’est baladé. A Donington, il marque son territoire le vendredi en décrochant de nouveau les trois poles! Notez tout de même le 3e temps de Rosso.

Dans la course 1, pas de souci pour Cammish. Il s’élance impeccablement au départ et vogue vers la victoire.
Derrière lui, le duo Argentin de Jamun, Rosso et Nico Maranzana, est en bagarre pour la 2e place. Le petit nouveau prend l’avantage, mais il commet une première erreur et Maranzana hérite du 2e rang. Harrisson Scott (Falcon), très en verve lors d’un précédent test collectif, passe à l’action. Le débutant Anglais met la pression sur l’Argentin. Maranzana n’a plus de disques de freins et il ne peut résister bien longtemps. Rosso et Lassi Halminen (Falcon) réussissent également le passer, tout comme Brabham. Rosso est donc de nouveau sur le podium. Hélas, il commet une deuxième faute, qui profite à Halminen.
D’où un podium Cammish-Scott-Halminen. Les « petits nouveaux » Rosso et Brabam échouent aux 4e et 5e rang.

Bis repetita dans la course 2. Cammish s’envole au départ. 2e, Maranzana est davantage chahuté. Scott et Halminen en profitent. Puis Rosso part à la chasse au podium. Il dépasse son compatriote, Halminen, puis se colle à Scott. L’Argentin est trop fort pour lui et il finit par lui céder sa 2e place.

Pas de changement dans la course 3: Cammish effectue encore une course en solitaire. Avec 6 victoires et 6 poles, on se demande bien qui pourra arrêter le revenant, à la régulière.
Derrière Maranzana n’a personne dans ses rétroviseurs, lui aussi. Du moins, jusqu’au dernier tour. L’injection de son Ecoboost fait des siennes. Le malheur des uns, fait le bonheur des autres et Rosso de ne faire aucun cadeau à son équipier et compatriote. Avec 2 podiums en 3 courses, le convalescent est l’autre homme du week-end. Quant à Brabham, il termine 6e.

Au championnat, Cammish fait donc le break, avec 183 points. Maranzana est 2e, avec 128 points et Scott, 3e, avec 119 points.

BTCC

Ce week-end, Jason Plato (MG6) fêtera sa 400e course de BTCC. Vainqueur de l’Eurocup de Formule Renault 1991, l’Anglais galerera pas mal ensuite. En 1996, il dispute le Spider Renault Sport UK, qu’il remporte. Par ce biais, Renault UK lui offre une Laguna de BTCC pour 1997. Plato fait un festival: il décroche les poles des 2 premières manches, remporte 2 victoires et termine 3e du championnat! La firme au losange quitte le BTCC fin 1999 et Vauxhall/Triple Eight l’accueille à bras ouverts. Plato devient célèbre pour son pilotage très viril. Son équipier d’alors, Yvan Muller, le traite de fou dangereux et accuse le BTCC de le laisser faire au motif qu’il est Anglais. En 2001, Plato est titré au terme de nombreuses polémiques. Il s’exile en Ascar, avec Ray Mallock. Il est recruté par Fifth Gear, comme essayeur « course ». Le gag, c’est qu’en Ascar, Plato est face à Ben Collins (futur Stig blanc.) En 2004, Seat débarque en BTCC et convainc Plato de replonger. En 2008, il est le premier à s’imposer avec un diesel (une Leon TDI.) En 2009, Ray Mallock, désormais écurie Chevrolet, l’embauche et il remporte le titre 2010. Début 2012, RML abandonne le BTCC à quelques mois du coup d’envoi. Triple Eight, devenue une écurie MG, le rembauche. La MG6 a effectué 0 km à l’intersaison et pourtant, il remporte 6 victoires avec!
Avec 76 succès, Plato est -de loin- le recordman du BTCC. Il reste un pilote paradoxal: très amical dans les paddocks, gros bosseur et toujours disponible… Mais en course, c’est un teigneux, spécialiste du « coup de portière ».

Matt Neal (Honda Civic) fête lui son 500e départ. Le pilote Anglais a d’abord couru au sein de la structure familiale Dynamics. D’où des résultats anonymes. Pour info, sa première course remonte à 1991, en levé de rideau du Grand Prix de F1. En 1994, il est néanmoins repéré par Mazda. Hélas, un gros crash l’éloigne des circuits, puis l’équipe est dissoute. En 1999, il remporte à Snetterton sa première victoire (et empoche les 250 000£ promises au premier indépendant qui remporterait le « scratch ».) A partir de là, il enchaine les volants « usine » avec Peugeot, Vauxhall et aujourd’hui, Honda. Champion des indépendants 1993, 1995, 1999 et 2000, il est également champion de BTCC « tout court » 2005, 2006 et 2011. Sachez qu’il est toujours pilote Dynamics, l’équipe s’est simplement muée en équipe officielle.

La dernière pole position de Gordon Shedden (Honda Civic) remonte à Oulton Park 2011. Il a remporté le titre 2012 sans jamais être le plus rapide aux essais! Suite à leurs succès à Brands Hatch, Neal et Plato embarquent du lest. Shedden, non. L’Ecossais en profite et obtient donc la pole de Donington. De quoi se rassurer après un premier meeting plutôt moyen.

La course 1 est plutôt ennuyeuse. Un fait rarissime en BTCC. 2e, Frank Wrathall (Toyota Avensis), loupe son départ. Andrew Jordan (Honda Civic) le dépose et se blotti derrière Shedden. Néanmoins, il ne trouvera jamais l’ouverture. Derrière eux, Neal et Plato ont également doublé la Toyota. Le pilote Honda contient la MG6 et obtient ainsi la dernière marche du podium.

Dans la course 2, on retrouve le même quarté, mais dans le désordre! Trop timide le dimanche matin, Jordan sort l’artillerie lourde et finit par dépasser Shedden. En vue de l’arrivée, Plato (dont c’est précisément la 400e course de BTCC) passe l’Ecossais aux forceps. Shedden réussit néanmoins à contenir Neal. Ce dernier doit se contenter de fêter son 500e départ au pied du podium.

Heureusement, la dernière course du week-end apporte son lot de boites et de changements de positions!
Tom Onslow-Cole (VW Passat) hérite de la pole. Néanmoins, au feu vert, son remplaçant chez WSR, Colin Turkington (BMW 125i M) lui chipe la tête de la course. Turkington se rappelle au bon souvenir de tous et il s’envole vers la victoire. Pendant ce temps, Sam Tordoff (MG6) se débarrasse également d’Onslow-Cole. Au milieu du peloton, Newsham perd le contrôle et le voilà à l’arrêt, en pleine trajectoire. Les autres font ce qu’ils peuvent pour l’éviter. Adam Morgan (Toyota Avensis) est de ceux-là. Après cette frayeur, il double Onslow-Cole et se retrouve 3e… Du moins, pour quelques hectomètres, car les Civic reviennent fort. Ni, Morgan, ni Tordoff ne peuvent les contenir.
On obtient ainsi une victoire de Turkington (sa première depuis 2009), devant Shedden et Neal.

On retrouve les quatre premiers de 2013 en haut du classement. Plato profite de son bon week-end de B’Hatch pour conserver la tête, avec 92 points. Jordan suit, avec 87 points. Neal prend la 3e place, à 78 points. Quant à Shedden, champion en titre, il est désormais 5e, juste derrière l’étonnant Tordoff (72 points contre 73 points.)

Prochaine étape: Thruxton, le 5 mai.

Crédits photos: BTCC, sauf photos 2 à 6 (Formula Ford)

A lire également:
BTCC 2013 à Brands Hatch « Indy »: MG Day!

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz