Accueil Conducteur du jour Le conducteur du jour: glamour et athlétique

Le conducteur du jour: glamour et athlétique

222
18
PARTAGER

Lors du Conducteur du jour consacré à une Triumph TR4 IRS, certains lecteurs ont aperçu une GT rouge en arrière-plan. Voici donc la « voiture en arrière-plan », la De Tomaso Mangusta.Alejandro de Tomaso monte en puissance au fil des années 60. Sa première GT, la Vallelunga, est avant tout un brouillon. Avec la Mangusta, il crée un véhicule plus abouti. La légende dit que de Tomaso conçoit la voiture avec Caroll Shelby. Le Texan veut une remplaçante de la Cobra. Les deux hommes se brouillent et Ol’Shel’ s’engage dans le projet GT40. En guise de majeur levé, l’Argentin baptise sa GT du nom du prédateur du cobra: la mangouste. L’histoire n’est pas avérée; elle a au moins le mérite de faire sourire.

La Mangusta est lancée en 1967. Le constructeur possède de bonnes relations avec Ford et la voiture dispose donc du V8 « 289 » 4,7l 307ch. De Tomaso venant de la course, le bloc est installé à l’arrière (une disposition alors encore rare dans une voiture de série.) Et les 4 mégaphones augurent d’un beau bruit…
L’époque est marquée par une surenchère entre Ferrari et Lamborghini. Pour s’imposer comme troisième larron, il faut frapper fort. D’où cette ligne spectaculaire signée Giorgetto Guigiaro (alors employé de Ghia.) On sent qu’il s’est fait plaisir. La Mangusta ne mesure que 1,10m de haut, avec une garde-au-sol quasiment nulle. Son capot arrière est en deux parties, avec une arrête centrale. L’aile arrière semble annoncer l’Alpine A310 de 1973. Dans ce contexte, les 4 phares ronds semblent presque bien communs! On a l’impression qu’elle fronce les sourcils: « Come at me, bro! »
Voiture très radicale, la Mangusta n’est guère adaptée à un usage quotidien. Ne serait-ce que parce que le dessous racle le sol au moindre dos d’âne. De plus, les deux tiers du poids sont sur l’arrière, qui ne demande qu’à passer devant. En revanche, elle plait beaucoup aux fabricants de miniatures. Notamment à cause de son ouverture de capot très originale.

De Tomaso en produira environ 400 en 4 ans. Par rapport à la Vallelunga, on est plus dans la moyenne série. Il gagne ses galons de constructeurs. D’autant plus qu’il s’offre les ateliers de Vignale en 1969. Il peut donc se consacrer à son nouveau projet, la Pantera…

A lire également:
Le conducteur du jour: dio salvi la regina
Le conducteur du jour: Little Italia

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Le conducteur du jour: glamour et athlétique"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
cl
Invité

La question qui se pose logiquement maintenant… c’est quelle est la voiture qui se trouve derrière la De Tomaso Mangusta ?

samuel
Invité

Un ancetre du Cherokee……sinon il vit où JJO ?

Il doit rouler en Delorean , aller dans le passé, revenir et nous faire croire qu’ il a pris toutes ces photos en 2013

Carlos Ghost
Invité

Encore plus belle que la Pantera.

Faites-nous un jour un article sur la Vallelunga.

Des brouillons comme ça, j’en veux bien !

petrus
Invité
« L’aile AR semble annoncer la future Alpine A310 ». C’est vrai. Mais également la très rare (3 exemplaires !) Monteverdi Hai, apparue elle en 1969 à Genève. Au fait, l’Alpine n’a pas été présentée en 1970 (à Genève aussi), plutôt qu’en 1973 ? Ces trois voitures sont structurées exactement de la même façon, à savoir un habitacle engoncé dans la ligne de caisse et souligné par l’angle formé, qui coure tout le long de la carrosserie. Ces trois voitures n’ont, pour moi, pas pris une ride et tranchent complètement avec le design des sportives actuelles, lourd, compliqué et souvent vulgaire. C’est… Lire la suite >>
Carlos Ghost
Invité

La Monteverdi Hai était moins belle (habitacle trop engoncé, poupe trop massive).

Ici, en gallo, langue parlée autrefois, « hai » était l’interjection pour faire avancer un cheval !

jimbal
Invité

Les sportives de cette époque avaient tout de même un autre allure que les chamalows et/ou les transformers à la Goldorak actuels. La toute nouvelle LaFerrari, par exemple, est une pitié.

wpDiscuz