Accueil Endurance Les 11 voitures les plus marquantes des 90 ans des 24 heures...

Les 11 voitures les plus marquantes des 90 ans des 24 heures du Mans

816
33
PARTAGER

1923-2013, cette année les 24 Heures du Mans fêtent leur quatre vingt dixième anniversaire. A cette occasion, un jury éminent complété par un vote public a été appelé à sélectionner à l’initiative de l’ACO la voiture représentative de chaque décade et les résultats ont été annoncés vendredi dernier à l’occasion de la présentation de la liste des invitations à l’épreuve 2013. Les voitures lauréates seront exposées au Mans à l’occasion des festivités marquant l’anniversaire en juin.

Années 1920 : Bentley Speed Six (1929)
“Les camions les plus rapides du monde” selon la célèbre formule de leur grand rival Ettore Bugatti ont dominé la première décade de l’épreuve avec cinq victoires pour des voitures de plus en plus performantes et increvables, à tel point que de nombreuses survivent à ce jour et tiennent fièrement leur rang dans les manifestations historiques. Le modèle élu est la Speed Six qui a remporté l’épreuve en 1929 aux mains des Bentley Boys, Woolf Barnato et Henry Birkin.

Années 1930 : Alfa Romeo 8C (1933)
Prenant la suite de Bentley, l’Alfa Romeo 8C remporta pas moins de quatre fois consécutives les 24 heures entre 1931 et 1934, dont l’édition 33 avec l’équipage franco-italien Raymond Sommer et Tazio Nuvolari. Alfa Romeo était alors, sous l’impulsion du génial Vittorio Jano créateur du 8 cylindres 2,3l qui donne son nom à l’auto, un constructeur redoutable en Grand Prix comme en endurance. La technologie en 1933 a considérablement évolué depuis la Chenard & Walcker vainqueur de la première épreuve 10 ans plus tôt et  la 8C a déjà des performances qui ne la rendraient pas ridicule face aux GT de route des années 2000.

Années 1940 : Ferrari 166MM (1949)
Il s’agit d’une décennie très écourtée, quand l’épreuve est revenue une fois les traumatismes de la seconde guerre mondiale surmontés. Ferrari était alors un petit constructeur en devenir qui frappait un grand coup avec la 166MM en remportant les premières 24 heures depuis la fin de la guerre avec Lord Selsdon et Luigi Chinetti (qui allait devenir l’infatigable promoteur de Ferrari aux Etats-Unis et le fondateur du NART). La décennie suivante allait confirmer que Ferrari était une force dominante dans le sport auto mondial.

Années 1950 : Jaguar Type D (1957)
Chaque mois de juin Le Mans se transforme en enclave britannique, nos voisins d’Outre-Manche considérant les 24 heures comme “leur” course. Rien d’étonnant à ce que Jaguar en ait fait son terrain d’expérimentation favori. Après la Type C, la Type D fait preuve d’une grande modernité, expérimentant freins à disque et tentatives aérodynamiques. La très belle anglaise remportera l’épreuve 3 fois consécutives de 1955 à 1957, la dernière année étant celle choisie par le jury. C’est l’Ecurie Ecosse avec Ron Flockhart et Ivor Bueb qui franchissent la ligne en vainqueur cette année-là avec une Type D « Long nose ».

Années 1960 : Ford GT40 (1969)
Les années 60 ont été marquées par l’affrontement Ford / Ferrari. On connaît l’histoire : Henry Ford II n’a pas supporté d’être roulé dans la farine par Enzo Ferrari qui a fait mine d’accepter son offre de rachat avant de se lancer subitement dans les bras de Fiat. Le magnat américain en fit une affaire personnelle et lança toutes les forces de l’armada Ford dans la Sarthe avec un seul objectif : humilier les voitures rouges. L’arme fatale de Ford fut la GT40, qui remporta l’épreuve quatre fois de 1966 à 1969, la dernière année avec Jacky Ickx et Jackie Oliver après une bataille mythique contre un nouvel adversaire, venu cette fois d’Allemagne.

Années 1970 : Porsche 917K (1970)
L’adversaire de Ford en 1969 allait s’avérer le maître de l’endurance pour les deux décennies suivantes, créant sous la férule d’un certain Ferdinand Piëch la fabuleuse 917 qui allait dominer ce qui reste sans doute comme l’âge d’or des sports prototypes. Pendant deux ans, en 1970 et 1971, les 24 heures allaient accueillir des plateaux qui restent mythiques avec Porsche, Ferrari, Alfa Romeo, Matra… La 917 Kurzheck de Porsche Salzburg l’emportait en 1970 aux mains de Hans Herrmann et Richard Atwood et consacrait Porsche, qui allait tirer de ses exploits manceaux une légimité qui reste jusqu’à aujourd’hui inattaquable. Le film de Steve McQueen “Le Mans” allait également donner à la 917 sa place dans la culture populaire.

Années 1980 : Porsche 956 (1982)
On change de décennie mais pas de constructeur avec l’autre modèle de sport prototype mythique de Porsche, la 956/962, qui est d’ailleurs une héritière plus ou moins directe de la 917 via la 936. Non seulement Porsche allait faire dans les années 80 des 24 heures du Mans son jardin, avec une domination totale pendant 6 années de 1982 à 1987, mais la 956/962 allait s’avérer une des voitures de course les plus produites, permettant à de nombreuses équipes privées de concourir pour la gagne pendant les années bénies du Groupe C. La voiture élue est la 956 usine de Jacky Icx et Derek Bell en 1982, la première victoire de la 956 pour sa première participation.

Années 1990 : Mazda 787B (1991) et Peugeot 905 (1992)
Le début des années 90 a été la queue de comète du Groupe C, avec un changement de réglementation qui amena à la fois les machines les plus performantes, avec des mécaniques directement empruntées aux F1 de l’époque, et la fin du championnat du monde d’endurance tué par des coûts hors de contrôle. Le jury n’a pu départager deux autos marquantes. La première est la Mazda 787B victorieuse en 1991 de Volker Weidler, Johnny Herbert et Bertrand Gachot,  qui reste à ce jour à la fois la seule japonaise et la seule voiture à moteur rotatif à remporter l’épreuve. Sa popularite reste entière comme l’a montré la ferveur populaire lors de son retour en ouverture des 24 heures il y a deux ans, en 2011.

L’autre ex-aequo est la Peugeot 905 de Dereck Warwick, Yannick Dalmas et Mark Blundell, qui reste un des plus beaux prototypes de ces 20 dernières années et le point d’orgue de l’aventure de Peugeot Talbot Sport version Jean Todt, qui réussit à s’imposer successivement en rallye, en rallye raid puis en endurance avant de prendre le chemin de Ferrari.

Années 2000 : Audi R10 TDI (2006)
La décennie 2000 a appartenu à Audi. Le constructeur allemand, parti de zéro (mais avec l’aide du trèes expérimenté team Joest), a construit patiemment une culture de l’endurance avec des machines de plus en plus efficaces, la R8 puis la R10 qui fut la première voiture diesel à s’imposer au Mans. La bataille intense avec Peugeot et la 908 à la fin de la décennie a créé des moments qui comptent parmi les plus belles pages de l’histoire de l’épreuve.

Années 2010 : Audi R18 e-tron quattro (2012)
C’est bien sur un satisfecit provisoire qui est décerné à Audi pour cette décennie qui ne fait que commencer. Mais les deux victoires de la R18 sont déjà à mettre dans les annales, celle de 2011 pour le fantastique duel avec les 908, et celle de 2012 qui consacre la première victoire d’une voiture hybride dans la Sarthe.

Source : ACO
Crédit images : ACO, Jaguar, Ford, Porsche, Audi, Peugeot, Mazda

Poster un Commentaire

33 Commentaires sur "Les 11 voitures les plus marquantes des 90 ans des 24 heures du Mans"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
rowhider
Invité

désolé de faire mon chieur mais il manque les McLaren F1 GTLM, CLK-GTR et autre Porche GT1 par ne citer qu’elles…
Il manque l’Alpine A472B de 1978 première turbo à gagner et detentrice du record de l’époque avec 385km/h sur les hunaudieres

Carlos Ghost
Invité
La CLK-GTR était la pelle à tarte la plus rapide du monde. Elle a surtout marqué par sa laideur et sa capacité à se retourner comme une crêpe. C’est à elle qu’on doit l’arasement de la bosse de Mulsanne. N’importe quel petit constructeur aurait pondu ça, il aurait été été banni à vie des 24H. Mais Mercedes, too big to fail… Belle revanche de Mazda sur le sort. N’oubliions pas que cette voiture a été interdite ensuite : avoir gagné les 24H avant les géants Nissan et Toyota, avoir battu Jaguar et Mercedes, c’était un double crime qu’il fallait faire… Lire la suite >>
Rey Mysterio
Invité
@ Carlos Ghost Une fois de plus parler pour ne rien dire. Ce n’est pas la CLK-GTR qui s’est retournée au Mans mais la CLR, son évolution qui avait avec elle peu en commun. Et ce n’est de loin la seule puisque pas mal de prototypes ont subit le même phénomène, dont la légendaire Porsche 911 GT1 pour ne citer que la plus valeureuse. Bref, la culture c’est comme la confiture… Je terminerai sur le fait que les McLaren F1 et autres CLK-GTR sont plus des légendes du FIA-GT que des 24H du Mans donc je ne suis pas très… Lire la suite >>
Carlos Ghost
Invité
My Sterio me dit //Ce n’est pas la CLK-GTR qui s’est retournée au Mans mais la CLR, son évolution qui avait avec elle peu en commun.// Ben.. si on va sur Gogol images, on voit quand même qu’elles ont BEAUCOUP en commun ! Quant à votre appréciation méprisante de ma culture, mon cher Mysterio. Vous faites comme vous voulez mais moi, sur le Blogauto, je critique toujours les voitures, jamais les autres posteurs. Question d’élégance, de classe que, le jour où on les a distribuées, vous ne deviez pas avoir mis le réveil. Je n’aurais donc pas beaucoup de culture,… Lire la suite >>
PL
Invité

@ Carlos Ghost

Où peut-on avoir des infos sur les « belles anceniennes »?

Carlos Ghost
Invité

@Rowhider :

Bielles anceniennes : bourse auto-moto à Ancenis le 10 mars, à mi-chemin entre Angers et Nantes.

Chercher une barbe blanche !

matta
Membre

La 908 ne compte pas? Pourtant cette une voiture magique également je trouve.

DiZeL
Membre

La 908 a dominé l’endurance mais pas le Mans. Elle y compte trop de défaites. La 905 est bien plus légitime dans une rétrospective de cette épreuve.

Invité

Je pense que la r8 méritait bien plus ça place que la r10, a part quelques victoire inattendu et un moteur diesel la r10 a rien de spécial par rapport a la r8 qui a dominé pratiquement sans partage pendant 6 ans..

Raymond le barbu
Invité

Moi je le trouve plutôt juste ce classement, évidemment il manque des mythes (Matra V12, Alpine, Mclaren F1 GTR, Ferrari 330p4), mais c’est cohérent quand même!

GregM
Invité

Et la GT40? Et les Matra?

xxx
Invité

Tu veux dire la gt40 qui se trouve bien dans l’article ?

GregM
Invité

Oups! Autant pour moi… 😀

wpDiscuz