Accueil Breaks Genève 2013 : Toyota Auris Touring Sports

Genève 2013 : Toyota Auris Touring Sports

262
4
PARTAGER

Présenté rapidement au salon de Paris, le break Auris sera plus accessible à celui de Genève début mars. Bien entendu, Toyota met l’accent sur la version hybride dans sa communication, mais évite pour l’heure de montrer une quelconque image de l’intérieur et du coffre en particulier.

Le marché européen est friand de breaks, surtout sur le segment C. Et ce malgré l’émergence des crossovers. Toyota avait oublié cette variant de carrosserie pour la précédente Auris censée relancer la marque sur le segment en Europe. Le tir est corrigé pour l’Auris II, qui adopte une ligne plutôt dynamique, qui abrite néanmoins un coffre imposant. Car si le break du segment D a le droit de proposer un volume réduit, celui de segment C reste adepte du gros volume. Le style de la partie arrière respecte les codes de la famille Auris (et Rav4) avec ses feux enveloppants. Le hayon est toutefois plus bas que sur la berline, pour ménager la hauteur de chargement.

Avec une empattement inchangé (2600 mm) mais une longueur accrue de 285 mm, l’Auris pourra accueillir jusqu’à 1658 litres en rabattant à plat la banquette arrière, et 530 litres en configuration 5 places sous tablette. L’espace régulier mesure 1115 mm de profondeur et 1452mm de largeur. Un volume sur lequel n’empiète nullement la batterie de la version hybride, mieux intégrée sur cette seconde génération.

Côté motorisations, le break proposera le moteur essence 1,33l 100 ch ou les diesel 1,4l 90 ch et 2,0 124 ch. Mais c’est véritablement avec l’hybride que le constructeur nippon compte faire la différence, sur l’important marché des flottes par exemple. Reprenant la même chaîne cinématique que la Prius (moteur thermique 1,8l et puissance totale de 136 ch), le break est homologué avec des émissions de CO2 de seulement 86 g/km… Une valeur qui lui vaudra nombre d’avantages dans certains pays. Le 1,33l annonce de son côté 127 g/km, le 1,4l D4-D 109 g/km et le 2,0l 115 g/km.

2013_Toyota-Auris-Hybrid-Touring-Sports_022013_Toyota-Auris-Hybrid-Touring-Sports_042013_Toyota-Auris-Hybrid-Touring-Sports_052013_Toyota-Auris-Hybrid-Touring-Sports_202013_Toyota-Auris-Hybrid-Touring-Sports_162013_Toyota-Auris-Hybrid-Touring-Sports_11

Source : Toyota

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Genève 2013 : Toyota Auris Touring Sports"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Xavi
Invité

Belle ligne ! une réussite

toto
Invité
« le break est homologué avec des émissions de CO2 de seulement 86 g/km… » Bin voyons… et le père Noël, il existe vraiment? Y’a 10 ans, on était 10 à 20% au dessus des consos cycle en pratique. Depuis ces fumisteries de taxes CO2, on tourne plutot à 30/40% sur des véhicules non hybrides à causes des magouilles des constructeurs (d’abord on vous a collé de plus en plus de consommateurs en option et on fait une version de base du modèle pas destinée à se vendre telle quelle, mais à aller passer les cycles… puis la gestion moteur a été… Lire la suite >>
Verslefutur
Invité

TOTO « Sur les hybrides, j’ai constaté 80% de plus: La Prius à 3.8l? »
Donc 6.85 litres au 100 km pour la Prius 3. Pour arriver à ces chiffres, il faut vraiment rouler comme un porc !

Ma Prius 2 homologué pour 4.3 litres, ne dépasse pas les 5.6 litres sur autoroutes.
Sans être champion de l’éco-conduite, les consommations de mes 2 véhicules ne s’éloignent pas trop des chiffres d’homologation. Il faut juste réfléchir et anticiper les obstacles.

panama
Invité

On dirait que Toyota est de nouveau sur la bonne pente ces temps-ci. Sympa ce petit break

wpDiscuz