Accueil Essais Essai Nissan GT-R Track Pack : pour la piste

Essai Nissan GT-R Track Pack : pour la piste

401
16
PARTAGER

Comme nous avons pu le voir précédemment, la Nissan GT-R est une redoutable sportive : lors de ses sorties sur route ou sur piste, très peu de voitures parviennent à suivre la cadence et une photo d’elle doit être le fond d’un jeu de fléchettes dans tous les bureaux d’études des concurrents. En constante évolution, la nipponne relève le niveau d’année en année, corrigeant les défauts des millésimes précédents. Malgré une version 2012 qui frise déjà la perfection, Nissan vient de proposer une évolution spécialement dédiée à la piste, la Track Pack. Serait-ce du luxe ? Nous allons y répondre.

Sur le plan du style, seul un œil exercé arrivera à distinguer la Track Pack d’une version conventionnelle. La Nissan GT-R se pare seulement d’une lèvre avant en carbone perforée et hérite des jantes Rays de la Spec-V (qui permettent d’économiser près de 10 kg de masse non suspendue). A l’intérieur même trajectoire : les sièges en cuir laissent place à des baquets en tissu pour un meilleur maintien, la banquette arrière disparaît et une plaque spécifique s’incruste derrière la commande de boite. La planche de bord, elle, ressemble toujours à une partie de Tetris où les éléments ont été assemblés un à un. La voiture peut également s’agrémenter du Pack Design : contre 14 700 € la GT-R reçoit un aileron en carbone et un échappement en titane. Ne comptez pas sur ce dernier pour espérer donner de la voix à la japonaise.

Au final, la Track Pack économise 22 kg, portant la masse totale à 1 752 kg. C’est toujours trop, mais nous savons que les 550 ch et 632 Nm de couple de son V6 3,8l bi-turbo n’auront pas du mal à l’expédier et à transformer n’importe quel semi-remorque en Smart Fortwo. En parlant de catapulte justement, le Track Pack gagne un dixième sur le 0-100 km/h et avoue un temps de 2,7 s. La Bugatti Veyron, la référence en matière de dragster de série, réclame 2,52 s ! Le 0-200 km/h s’effectue en 11,6 s et la vitesse maximale bute à 315 km/h. Des performances quasi-inchangées, à l’inverse du comportement routier. Ce qu’elle perd en confort elle le gagne en agilité. Avec ses nouvelles suspensions Bilstein plus fermes, cette version permet de meilleurs placements en courbe sur piste. Au niveau du freinage, la Track Pack fait un bon en avant. Sur la piste très technique de Mornay, la version conventionnelle souffre de la comparaison, ce qui se traduit par une pédale spongieuse et des fumigènes cachés derrière les jantes. La Nissan GT-R Track Pack, elle, enchaîne les tours sans faiblir, avec sa consommation étant comme seul tue-la-joie.

En dehors des circuits, la mise à niveau de la suspension devient agaçante sur chaussée défoncée, comme ce fut notre cas dans le département de la Creuse. La tenue de cap est la première à en souffrir et avec un rythme soutenu, la conduite réclame de la circonspection. De leur côté les freins répondront toujours présents. Les grandes lignes droites limitées à 90 km/h de la région ne nous auront pas permis de les mettre en défaut. Gageons toutefois qu’ils devraient se montrer suffisamment endurants sur une route de montagne.

En conclusion, l’intérêt de la Nissan GT-R Track Pack c’est un peu comme le Port Salut, c’est écrit dessus : si votre utilisation est résolument tournée vers un usage sur piste, cette déclinaison comblera à merveille vos attentes. Affichée à 102 200 €, ses 10 800 € d’écart avec une version 2012 basique auront en revanche du mal à être justifiés pour un usage routier. Certains propriétaires avoueront qu’un nouveau kit de freinage et d’amortisseur achetés auprès d’un spécialiste de la niponne pourrait faire l’affaire. Quoiqu’il en soit, cette nouvelle déclinaison n’est pas un coup marketing et rehausse le niveau d’un engin déjà redoutable.
Il ne lui manque plus qu’une sérieuse cure d’amaigrissement et…une image de marque. La Nissan GT-R c’est comme si le caïd adossé au radiateur avait de meilleures notes que le premier de la classe : sa dégaine et son tempérament lui empêcheront toujours de briller totalement… Soit, de notre côté, on adore !

Crédit photo : Soufyane Benhammouda / Leblogauto.com
[zenphotopress album=13728 sort=random number=4]

A lire également :
Essai Nissan GT-R 2012 : la puissance atout prix

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Essai Nissan GT-R Track Pack : pour la piste"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Verth.
Invité

Performante, c’est vrai. Mais toujours aussi peu sexy !

nithael70
Invité

Tout les gouts sont dans la nature.Pour ma part, j adore les GTR depuis les R32,la R34 est sublime et cette R36 est …Monstrueuse.

Ekdriver
Invité

R36 ? Son nom de code n’est pas plutôt R35 ?

leelabradaauto
Invité

C’est aussi parce qu’elle est différente des autres qu’on l’aime. Elle a choqué au début. Pire, on osait pas y croire. Elle a fait ses preuves et requiert des suffrages. Son défaut reste le poids embarqué . Le dynamisme procuré par les jantes et démontré dans l’essai est quatifiable. Tout ça pour dire que cette auto est suivie par les amateurs de gros bolides

amiga69
Membre

tout pareil !

xxx
Invité

En tout cas pour une fois l’article est illustré avec des fotos agréables a regarder.

Chelmi
Invité

Merci la hdr

berkut
Invité

En photo tout se passe pas à la retouche, ici utilisation d’un ou plusieurs flashs…

wpDiscuz