Accueil Constructeurs La riposte de Thierry Peugeot

La riposte de Thierry Peugeot

77
11
PARTAGER

Face aux attaques multiples dont PSA Peugeot Citroën doit faire face de la part du gouvernement français, Thierry Peugeot s’est offert une tribune dans Le Figaro du jour (pardon : a été interviewé) pour profiter d’un droit de réponse.

Après l’annonce de la suppression de 8 000 emplois, promettant aucun licenciement, PSA Peugeot Citroën, Philippe Varin et la famille Peugeot, actionnaire principal du groupe, ont dû faire face à des attaques plus ou moins virulente menées par le gouvernement, François Hollande et Arnaud Montebourg en tête. Thierry Peugeot n’a que très modérément apprécié ces sorties médiatiques…

Voici quelques passages de l’interview de Thierry Peugeot à retrouver dans Le Figaro :

« Au-delà de ma propre réaction et de celle de ma famille, c’est tout le groupe qui vit mal ces attaques et qui se sent visé: le conseil de surveillance, le directoire, l’ensemble du personnel, les concessionnaires, les actionnaires, les fournisseurs et même nos clients. »

« Il y a des mots que je n’ai pas aimés et qui ont été répétés: «mensonge» et «dissimulation». Nous sommes prêts à accepter la critique, mais il y a des limites. »

« Les actionnaires sont d’abord des investisseurs. Notre priorité a toujours été de développer le groupe. PSA Peugeot Citroën n’aurait jamais existé si nous étions restés à Sochaux. »

« Le groupe familial n’a jamais été contre une alliance. En 1974, nous avons racheté Citroën, ce qui n’était pas évident, puis en 1978 les trois filiales de Chrysler Europe. Notre participation est d’ailleurs alors tombée quelques années plus tard à près de 20 %. Nous avons aussi fait le choix d’aller chercher à l’extérieur les meilleurs dirigeants, tous à très forte personnalité. »

« Comme je l’ai déjà dit, j’habite en France, et je paie mes impôts en France. Tous les membres de la famille qui siègent au conseil de surveillance de PSA ou au conseil d’administration du holding FFP, ainsi que tous ceux qui travaillent dans le groupe, vivent en France et y payent leurs impôts. »

Voilà qui rééquilibre le débat. Le ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, va devoir présenter de nouveaux arguments pour remettre en cause la stratégie – même discutable – de PSA, ou se muer en entrepreneur de génie pour apporter de nouvelles solutions. Son inexpérience dans le domaine et son passé de « démondialiste » risque de ne pas jouer en sa faveur dans l’univers actuel de l’industrie automobile.

Et aussi : Le gouvernement critique ouvertement la stratégie de PSA

Source : Le Figaro

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "La riposte de Thierry Peugeot"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
philippe
Invité

Monsieur Peugeot n’a qu’à aller amener la pile de feuilles de payes que fait le groupe en un an à Monsieur Faillite.

Celui-ci mettra les siennes en face, hors emplois financés par le contribuable bien sûr.

On comparera et on en déduira lequel des deux doit fermer sa bouche.

Membre
Ah, le monsieur de chez Peugeot a quelque chose à nous dire, c’est-à-dire qu’il sait qu’il a fait des erreurs stratégiques, mais qu’il ne faut surtout pas le lui rappeler car il n’aimes pas être remis à sa place ! C’est bien dommage, car c’est très bien d’apprendre de ses erreurs, mais cela, le monsieur de chez peugeot … (16h20) Ah, le monsieur de chez Peugeot a quelque chose à nous dire : il sait qu’il a fait des erreurs stratégiques, qu’il a refusé toute possibilité d’améliorer la situation qui aurait mis à mal sa rente d’actionnaire … mais qu’il… Lire la suite >>
beniot9888
Invité

Ne soyez pas désobligeant comme ça. Ce M. Peugeot est en grand entrepreneur.

Enfin… l’héritier d’un grand entrepreneur en tout cas…

r.burns
Invité

quand Montebourg va se prendre une action en diffamation pour les soit-disant « mensonge » et « dissimulation » il se calmera

Vincenzo
Invité

« Ne m’appelez plus jamais France,
la France, elle m’a laissé tomber… ».
Tout est dit.

karuk
Invité
La famille Peugeot a raison de se défendre si les attaques sont fausses et le ministre doit tourner sa langue plusieurs fois avant de dire des bétises .Les Peugeot sont surement de bons entrepreneus français et ils ont droit au respect comme toute autre citoyen . Montebourg est la pour trouvé des solutions pour l’industrie française et doit etre en accord avec les patrons .Mais la famille Peugeot a fait pas mal d’erreur strategique pour le groupe , en ne choisissant pas le bon PDG pour dirigé le groupe et les PDG successifs ont fait des erreurs sur l’orientation du… Lire la suite >>
wizz
Membre
Pour la boite robotisée, que voudrais tu que PSA fasse? Développer une vraie boite à double embrayage? Bon sang mais bien sûr, fallait développer une DSG. C’est juste que ça coute bonbn, genre 500 millions euros (R&D, usine, ligne d’assemblage, essais de validation, fournisseurs, etc…). Alors est ce que PSA a 500M€ à dépenser pur le développement d’UNE boite de vitesse…sachant qu’il n’y a pas que les boites de vitesse à s’en occuper chez un constructeur automobile. ps: les 2 nouveaux moteurs 3 cylindres PSA ont couté 700 millions euros, et sont rpoduite dans une usine existante du groupe Oui,… Lire la suite >>
Nico
Invité

Belle réaction

wpDiscuz