Accueil Sport auto Super GT 2012-2 : Lexus conquiert les 500 km du Fuji

Super GT 2012-2 : Lexus conquiert les 500 km du Fuji

94
0
PARTAGER

Pour la première fois depuis 2008, l’épreuve des 500 km du Fuji faisait vraiment 500 km, une distance où la notion d’endurance commence à compter sérieusement. Cette année la course fut d’autant plus mouvementée que les conditions météo sont restées changeantes tout au long des 3 heures de course. C’est la Lexus SC430 no39 du team SARD qui a su le mieux s’y adapter pour franchir la ligne d’arrivée en tête.

Qualifications
Pour cette année, l’épreuve qui a traditionnellement lieu durant le week-end pendant la Golden week, période de congés japonaise, a été décalée au jeudi et vendredi, jours fériés. C’est donc jeudi qu’avaient lieu les essais qualificatifs disputés sous une pluie battante typique du printemps pourri que subit le Japon cette année. Au vu des conditions on attendait les deux voitures chaussées en Michelin, la Lexus SC430 no39 SARD et la voiture championne, la Nissan GT-R Mola no1. La Nissan ne brillait pas, ne pouvant faire mieux que septième et laissant la GT-R Nismo no23 défendre au mieux les chances de Nissan en prenant la quatrième place du Super Lap aux mains de Satoshi Motoyama.

La SC430 no39 de Hiroaki Ishiura s’en tirait mieux avec la troisième position obtenue alors que la pluie commençait à faiblir un peu, ce qui allait avantager les machines exécutant leur tour de qualification en fin de séance.

La meilleure Lexus, c’était la no6 du team Le Mans pilotée par Kazuya Oshima, qui effectuait son tour juste après son ex-coéquipier Ishiura et faisait de peu mieux que lui pour se placer en première ligne…

…derrière Yuhki Nakayama et une surprenante Honda HSV-010, celle du team Nakajima dont les pneus Dunlop faisaient merveille sur la piste détrempée et qui prenait une rare pole position.

En GT300, la quatrième position était assurée difficilement par Nobuteru Taniguchi sur la BMW Z4 Hatsune Miku no4, à la peine en ce début de saison en terme de performance face aux autres GT3 2012.

A côté de lui en seconde ligne, la Porsche 911 GT3-R no15, la 911 soutenu par l’usine et qualifiée par Tim Bergmeister.

Intruse parmi les GT3 FIA, l’increvable Garaiya no43 montrait que les voitures conformes au réglement JAF-GT300 ont encore leur mot à dire face aux GT3. C’est Kosuke Matsuura, l’ex-pilote IRL, qui réalisait le 2ème temps.

Mais comme en GT500, la pole était l’oeuvre d’une voiture chaussée en Dunlop, celle des vainqueurs de la manche d’ouverture à Okayama, l’Audi R8 LMS Ultra GAINER no11, pilotée pour cette pole position par Katsuyuki Hiranaka.

Course GT500
La météo prévoyait une course sur le sec, ce qui ne semblait pas contredire le soleil qui chauffait la pré-grille, mais à quelques minutes du départ, le dieu facétieux du sport automobile faisait sortir de derrière le mont Fuji de gros nuages gris qui commençaient à arroser gentiment la piste. Pris de court, les pilotes démarraient en slicks mais la direction de course décidait de faire partir la course sous safety car pour quelques tours de reconnaissance. Les pilotes optaient rapidement pour rentrer chausser des intermédiaires et revenaient en ordre dispersé en piste, ce qui donnait un départ très inhabituel avec les GT500 et GT300 mélangées lorsque le safety car s’effaçait.

La pluie ne durait que quelques tours, et la trajectoire s’asséchant les voitures rentraient les unes après les autres pour passer des slicks. La Lexus no6, qui tenait le commandement jusque-là, faisait un tout droit en ressortant des stands, obligeant la Z4 no0 à un écart dans le gravier du premier virage.

Elle écopait d’un drive-through, donnant le commandement à la Nissan GT-R Calsonic Impul no12 qui s’échappait petit à petit, semblant bien partie pour dominer le reste de l’épreuve. A la mi-course cependant, un très gros accident de la Porsche no15 (lire ci-dessous) réduisait son avantage à néant.

Le grand gagnant de la période de safety car était Juichi Wakisaka qui profitait des arrêts pour revenir au commandement qu’il conservait un long moment sous la pression de la GT-R no23 mais ne pouvait résister au retour de la Honda HSV-010 Raybrig no100.

La GT-R no12 reprenait le commandement dans le dernier tiers de l’épreuve mais il se remettait à pleuvoir alors qu’il restait une quinzaine de tours à couvrir ! A son grand désespoir, Joao Paolo de Oliveira ne pouvait continuer avec ses slicks usés et repassait pas les stands, laissant passer ses trois suivants. Et c’est Ishiura sur la Lexus no39 qui remportait cette course compliquée, devant la Honda no100 et la GT-R no23, les trois marques sur les trois marches du podium. La bonne affaire est pour Izawa et Yamamoto sur la Honda Raybrig qui avec cette nouvelle seconde place prennent la tête du championnat.

Course GT300
Comme en GT500, la course de GT300 a été complexe, les stratégies des uns et des autres ne permettant pas de dégager une hiérarchie définitive jusqu’à la dernière partie de l’épreuve. La course a surtout été marquée par l’énorme crash de Tim Bergmeister sur la Porsche no15 aux alentours de la mi-course. Victime d’une défaillance, sans doute un pneu, à pleine vitesse sur la longue ligne droite des stands, la voiture a traversé la piste pour venir s’écraser violemment par le flanc, côté pilote, sur les rails de sortie de la pitlane. Tout le côté gauche arraché, la voiture a rebondi et retraversé la piste pour aller s’arrêter, victime d’un début d’incendie, de l’autre côté de la piste. Les secours ont extrait Bergmeister et l’ont évacué sur un hôpital où il a été diagnostiqué avec de multiples fractures aux côtes et le poumon gauche perforé. Il est hors de danger mais se prépare à une longue convalescence. Jusqu’à son accident, la Porsche avait tenu la tête devant l’Aston Martin Vantage GT3 no66. Pour sa première course au Japon (et la troisième de la carrière mondiale du modèle), la Vantage a fait preuve d’un impressionnant potentiel et termine troisième, un résultat plein de promesses.

A la deuxième place finale on retrouve la Shiden Eva-01 no2 qui n’a pas fait de coup d’éclat mais qui a su, grâce à une excellente gestion de la consommation et sans erreur, remonter dans le classement durant toute l’épreuve.

Le vainqueur est la BMW Z4 no0 Hatsune Miku. Après un excellent second relais de Kataoka qui a mis la voiture en tête, Taniguchi s’est fait percuter à son corps défendant par la Honda no18 et est retombé à cette occasion en troisième position. Mais, faisant preuve de ses habituelles qualités sur le mouillé, le pilote est parvenu à revenir pour passer la ligne en tête.

La prochaine épreuve aura lieu les 9 et 10 juin à Sepang.

Classement
Fuji 500 km, les 3 et 4 avril 2012
1. 39 DENSO KOBELCO SC430 Juichi Wakisaka/Hiroaki Ishiura
2. 100 RAYBRIG HSV-010 Takuya Izawa/Naoki Yamamoto
3. 23 MOTUL AUTECH GT-R Satoshi Motoyama/Michael Krumm
4. 36 PETRONAS TOM’S SC430 Kazuki Nakajima/Richard Lyons
5. 12 CALSONIC IMPUL GT-R Tsugio Matsuda/Joao Paulo de Oliveira
6. 17 KEIHIN HSV-010 Toshihiro Kaneishi/Koudai Tsukakoshi
7. 1 S Road REITO MOLA GT-R Masataka Yanagida/Ronnie Quintarelli
8. 38 ZENT CERUMO SC430 Yuji Tachikawa/Kohei Hirate
9. 18 weider HSV-010 Takashi Kogure/Carlo Van Dam
10. 6 ENEOS SUSTINA SC430 Daisuke Ito/Kazuya Oshima

Championnat GT500
1. 100 Takuya Izawa/Naoki Yamamoto 30 pts
2. 38 Yuji Tachikawa/Kohei Hirate 23 pts
3. 39 Juichi Wakisaka/Hiroaki Ishiura 22 pts
4. 23 Satoshi Motoyama/Michael Krumm 19 pts
5. 17 Toshihiro Kaneishi/Koudai Tsukakoshi 16 pts

Championnat GT300
1. 0 Nobuteru Taniguchi/Tatsuya Kataoka 31 pts
2. 11 Tetsuya Tanaka/Katsuyuki Hiranaka 26 pts
3. 2 Kazuho Takahashi/Hiroki Katoh 19 pts
4. 911 Kyosuke Mineo/Naoki Yokomizo 18 pts
5. 43 Shinichi Takagi/Kosuke Matsuura 13 pts

Crédit photos : PLR/le blog auto sauf 1,10,11,16 Yuji Shimizu/le blog auto

[zenphotopress album=13382 sort=latest number=18]

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz