Accueil Ecologie Essai Toyota Yaris Hybrid: la voiture du redressement productif (1/2)

Essai Toyota Yaris Hybrid: la voiture du redressement productif (1/2)

557
10
PARTAGER

Vous cherchez une citadine hybride fabriquée en France? Vous cherchez une citadine hybride qui offre les mêmes prestations et qui soit au même prix qu’une thermique? Ne cherchez plus, car voici la Toyota Yaris Hybrid!

Hybrid everything

La politique de Toyota est d’offrir des hybrides à tous les niveaux de gamme.

D’une part, car après une quinzaine d’années de production et trois générations de véhicules, le constructeur maitrise cette technologie. D’un point de vue commercial, pour de nombreuses personnes Toyota=hybride ; hybride=Toyota. C’est un donc un véritable avantage compétitif pour le constructeur.
De plus, la plupart des pays européens s’orientent vers des fiscalité du type bonus/malus.
La clientèle, en particulier les flottes, s’intéresse de plus en plus au coût total de possession (TCO.)
Enfin, serait-on tenté d’ajouter, la future norme antipollution Euro VI, plus contraignantes, sera particulièrement compliquée à obtenir pour les diesel.

Ainsi, après la Prius et l’Auris Hybrid, la Yaris 3 (lancée en 2011), a droit à une version hybride. Elle arrivera en concession le 17 juin (jour du départ des 24 heures du Mans) afin de profiter du battage autour de la TS030.
Rappelons par ailleurs que les Yaris 3 vendues en Europe sont fabriquées à Onnaing, près de Valenciennes.

Créer une citadine hybride, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Toyota se retrouvait face à trois contraintes:
– l’encombrement (l’espace étant forcément plus limitée.)
– le poids (qui doit être contenu, eu égard à la masse d’une Yaris « normale ».)
– le prix (le surcoût devant être minime.)
Impossible de transposer en l’état les éléments de l’Auris Hybrid.

Ainsi, il n’y aura pas de Yaris 3 plug-in de série: le système serait trop cher, trop complexe et trop volumineux. D’autre part, la Yaris possède une batterie Toyota, car la batterie Panasonic de l’Auris Hybrid était trop chère.

Tour du propriétaire

N’en déplaise à Toyota, au premier abord, rien ne distingue une Yaris Hybrid d’une autre version (mis à part les logos, bien entendu.)

La première chose que l’on remarque, c’est son logo sur fond bleu, comme sur l’Auris Hybrid.

Par ailleurs, le constructeur a rajouté des LED sur les blocs optiques, afin de renforcer le côté « technologique »:

Intérieur

En terme d’habitabilité, la bonne nouvelle, c’est qu’il n’y a pas de changement!

Les batteries sont cachées sous la banquette arrière. Les cotes sont donc identiques et la banquette arrière reste rabattable.

Pour ceux qui ne connaitrait pas la Yaris 3, sachez que son habitacle est spacieux et lumineux, dans la bonne moyenne de la catégorie.

La version hybride s’offre une planche de bord bi-colore avec des inserts « gris requin ».

C’est joli, mais hélas, la qualité perçue est décevante.

Vous êtes nombreux à pouffer de rire à chaque allusion au « plastique moussé », néanmoins la finition est indigne d’un constructeur sérieux Toyota.

A titre d’exemple, le pommeau de levier de vitesse translucide est très « made in China ».

(NDLA: notez au passage le sélecteur de la boite CVT, sur laquelle on reviendra dans la deuxième partie.)

Ce qui sauve le bilan de l’intérieur, c’est la dotation en équipements.

De série, la version Dynamic d’entrée de gamme reçoit les vitres avants électriques, la climatisation bizone, la radio/CD/MP3 avec Bluetooth « Touch » (le GPS « Touch & Go » est en option) et la caméra de recul.

La version Style s’offre le démarrage sans clef, le Touch & Go de série, les jantes 16 pouces, ainsi que l’allumage automatique des phares et des essuie-glaces.

Essai Toyota Yaris Hybrid (1)Essai Toyota Yaris Hybrid (2)Essai Toyota Yaris Hybrid (3)Essai Toyota Yaris Hybrid (4)Essai Toyota Yaris Hybrid (5)Essai Toyota Yaris Hybrid (6)Essai Toyota Yaris Hybrid (7)Essai Toyota Yaris Hybrid (8)Essai Toyota Yaris Hybrid (9)Essai Toyota Yaris Hybrid (10)

A lire également:
Essai Toyota Yaris Hybrid: l’hybride normale (2/2)

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Essai Toyota Yaris Hybrid: la voiture du redressement productif (1/2)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Umaga
Membre

@JJO: … »N’en déplaise à Toyota, au premier abord, rien ne distingue une Yaris Hybrid d’une autre version (mis à part les logos, bien entendu.) »

Euh… si, en fait. Leurs faces avant sont très différentes. Ou serais-je bigleux ? O_o

Verslefutur
Invité

Juste quelques problèmes de vue 😉

Calandre moins marquée
Entrée d’air de la face avant allant vers l’extérieur et non l’intérieur
Pare-chocs avant plus imposant
Feux diurne devenant obligatoire
Feux arrière totalement redessinés

Invité

Bigleux, les feux arrières aussi ne sont pas les mêmes.

ingeniere
Membre

La Yaris est « assemblée » en France, c’est bien !
Mais connaître la « valeur ajoutée » française de la Yaris serait mieux….
Aux USA, sur les voitures neuves, une étiquette précise le pourcentage de la valeur  » made in USA »
Il faut imposer cet étiquetage en France

fistulinside
Invité

Je suis entièrement d’accord pour ce type d’étiquetage, mais pour le territoire UE et non FR. Au niveau français le territoire (surtout près d’onnaing) est trop étroit, on est vite en Belgique ou ailleurs pour moins de km qu’en France.

ricolapin
Invité

Certaines voitures françaises seront mal barrées ^-^

ricolapin
Invité

@ingeniere: Certaines voitures françaises seront mal barrées ^-^

pika
Invité

Enorme votre essai! Les titres sont vraiment bien trouvés, bravo!

Laurent@tout-sur-peugeot
Invité

A l’heure ou les constructeurs français ferme des usines en France car produire en France coute trop cher, bravo à Toyota pour son engagement envers notre beau pays.
Sympa le logo sur fond bleu.

wpDiscuz