Accueil Champ Car Indycar 2012: Sao Paulo

Indycar 2012: Sao Paulo

81
3
PARTAGER

Will Power (Penske) est Australien. Mais il faut croire qu’il a du sang Brésilien: cela fait 3 fois que l’Indycar vient à Sao Paulo et à chaque fois, il s’impose!

Sao Paulo est synonyme de retour pour Ana Beatriz (Andretti/Conquest.) Elle sera également présente à Indianapolis.

Néanmoins, parmi les quatre Brésiliens au départ, le plus populaire et de loin, c’est Rubens Barrichello!

Le turbogate

Le paddock de l’Indycar est secoué depuis Long Beach par l’affaire dite du « turbogate ». Honda est arrivé en Californie avec de nouveaux turbo, censé améliorer la consommation et la performance de ses moteurs.

Les équipes Chevrolet ont immédiatement protesté. D’une part, les blocs Chevy dominent et ils veulent rester devant.
Et surtout, ils venaient suite à un changement anticipé de moteurs, ils venaient de subir une pénalité collective de 10 places de retrait. Pénalité accompagnée d’un « si vous changez vos moteurs tous les quatre matins vous trahissez l’esprit de maitrise des coûts du règlement. »
Or, là, pour Honda, pas de pénalité ou de discours moralisateur. On est clairement dans le jugement à la tête du client.

L’Indycar n’autorise les nouveaux turbos que pour Sao Paulo.

Le jeudi, John Barnes (PDG de Panther -une des équipes Chevrolet-) envoie un tweet que l’on peut traduire par: « Aujourd’hui, il faut qu’on résolve le turbogate! J’espère que @Indcar (sic.) va se bouger. [Car] c’est embarrassant. »
Un témoignage un peu maladroit d’un réel malaise.

L’Indycar inflige une amende de 25 000$ à Barnes, avec une mise à l’épreuve courant jusqu’au 31 décembre. La preuve que la série n’aime toujours pas laver son linge sale en public.

Les essais

Comme l’an dernier Power remporte la pole. Mais pour la première fois de l’année, il est encadré par les pilotes Ganassi: Franchitti devant Dixon.

Du reste, comme d’habitude, il y a une épidémie de casse chez les Lotus: Sébastien Bourdais, Katherine Legge (Dragon Racing) et Oriol Servia (Dreyer & Reinbold) doivent changer leurs moteurs. Seule le Lotus/Judd de Simona de Silvestro (HVM) tient le coup!
Le bloc de Servia a du mal à démarrer et le Catalan de frôler le forfait.

Notez que Takuma Sato (Rahal) doit également changer son Honda. Quant à Justin Wilson (Dale Coyne), il est pénalisé car sa voiture n’embarquait pas de caméra!

La course

Cette année pas de déluge entrainant une interruption de course. Pour autant, il y eu de la pluie et de la tôle froissée. Franchitti se fait harponner au 26e tour et frôle l’abandon.

Dixon est en verve, il dépasse Power. Hélas, le Honda consomme toujours plus que le Chevrolet. Il doit effectuer un arrêt supplémentaire et termine dans le peloton.

Comme souvent, tout se joue lors du dernier run. Ou plus précisément, lors des derniers drapeaux jaunes. On a alors Power, devant Ryan Hunter-Reay (Andretti) et Franchitti.

Au restart, Power s’envole et contrôle parfaitement le pilote Américain.

A contrario, Franchitti subit. Pneus froids, il ne peut rien faire face à Sato et Helio Castroneves (Penske.) L’Ecossais laisse ainsi filer de précieux points au championnat.

Ainsi, Sato (ci-dessous) est le héros du jour. Parti en fond de grille, pénalisé d’un drive-trough (pour vitesse excessive dans les stands), il décroche son premier podium en Indycar et est le meilleur « Honda » à l’arrivée.

Les Français ne sont pas vraiment en verve: Simon Pagenaud (Sam Schmidt) est 12e et Bourdais, 18e.

Au championnat, Power fait le trou. Avec déjà 180 points, il peut voir revenir Castroneves (135 points) et James Hinchcliffe (123 points.)
Pagenaud glisse au 5e rang (118 points.) Il reste néanmoins le premier « Honda ». Bourdais ne pointe qu’au 20e rang (59 points.)

Franchitti remonte au 10e rang, mais il n’a que 82 points. L’Ecossais répète que le championnat est long, que rien n’est joué, etc. Sauf que l’an dernier, à la même époque Power et Franchitti étaient respectivement à 168 points et 154 points! De là à en déduire que le quadruple champion ne pourra pas défendre son titre…

Source:
Indycar

Crédits photos: Penske (photo 1), Indycar (photos 2, 3, 5, 6, 7 et 9) et Honda (photo 4, 8, 10 et 11)

A lire également:
Indycar 2012: Long Beach

Poster un Commentaire

3 Commentaires sur "Indycar 2012: Sao Paulo"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Jr
Invité

Et barichello?

Admin

Sato va finir par nous en gagner une ! Il touchait la victoire du doigt à Long Beach, là il fait la remontée du siècle, on ne l’arrête plus. Go Taku !

wpDiscuz