Accueil Champ Car Indycar: rideau de fer pour Newman-Haas

Indycar: rideau de fer pour Newman-Haas

176
4
PARTAGER

Changer de châssis, dans une coupe monotype est toujours compliqué. Nouvel outillage, tests pour s’adapter… Les structures les plus fragiles ont souvent du mal à passer l’hiver. En Indycar, il était visible que plusieurs équipes avaient les poches vides en 2011. Même Penske a eu du mal à acheter ses Dallara. Le destin de Newman-Haas était prévisible, hélas. Une triste fin pour l’équipe de Carl Haas et Paul Newman.

D’après Paul Newman, l’écurie Newman-Haas serait née sur un coup de poker. Fin 1982, Mario Andretti tire un trait définitif sur la F1. Il cherche un nouveau challenge en Indycar. Il se rapproche de l’importateur Lola aux USA, Carl Haas. Le nom d’Andretti permet de mobiliser un sponsor, Beatrice. Haas songe alors à un associé. Il se rapproche d’un ancien adversaire en SCCA: l’acteur Paul Newman. Grand fan de course auto, Newman a notamment croisé Andretti lors d’un tournage (où le pilote Italo-Américain jouait sa doublure), mais il n’a jamais géré d’écurie. Pas grave, il fonce quand même!

Le problème, c’est qu’en 1983, l’Indycar est archi-dominé par les March. La Lola/Ford de Newman-Haas est parfois la seule non-March au départ!
Ca n’empêche pas Mario d’être champion 1984.

Grâce à ce succès, d’autres équipes commandent des châssis Lola à Carl Haas. Le déclin de March commence.

Haas espère faire la même chose en F1. Il monte une équipe avec Alan Jones (qui a assuré l’intérim d’Andretti lorsqu’il s’est blessé, fin 1983) et Beatrice. La voiture est baptisée « Lola », bien que n’ayant rien à voir avec le constructeur.
L’aventure fait long feu. Le rachat de Beatrice par Parmalat, fin 1986, sonne le glas de cette mauvaise blague.

Au fil des saisons, Newman-Haas gagne des galons. Mario Andretti les pousse à engager une deuxième voiture, pour son fils Michael.

Un choix judicieux, car le fiston apporte un second titre à l’équipe, en 1991. Pour Mario, seul un titre en F1 est valable et Andretti Junior de tenter un exile…

Pour le remplacer, l’équipe embauche Nigel Mansell, tout juste titré en F1.

En 1993, pour sa première saison, l’Anglais offre un troisième titre à l’écurie. Devenant à la fois à la fois l’un des rares débutants titré et le plus vieux meilleur débutant!

Mais l’année suivante, il enchaine les contre-performances. L’Anglais râle. La F1 le redemande. Carl Haas n’est que trop content de le revendre à Williams. Quant à Mario Andretti, démotivé par son équipier, il prend sa retraite!

En parallèle, Michael Andretti est revenu de la F1 et l’équipe le rembauche.

Pour l’épauler, ils recrutent un autre exclu de la F1: Christian Fittipaldi.

Haas se brouille brièvement avec Lola et tente de lancer Swift en Indycar. Andretti junior décroche quelques succès, puis le Swift rentre dans le rang et Newman-Haas de revenir aux Lola.

A la fin des années 90, les CART deviennent inconduisibles. Le neveu d’Emmo atterrit à l’infirmerie plus souvent qu’à son tour. Il finit par partir en Nascar et l’équipe lui préfère le discret Cristano da Matta.

Da Matta remporte le titre en 2002. Newman-Haas utilise alors des moteurs Toyota. En récompense de son titre, le Brésilien teste la F1 du constructeur. Un test qui se change en volant peu après.

A la place de Da Matta, Newman suggère Sébastien Bourdais. Un choix risqué, vu que jusqu’ici, les Français ont réalisé des performances moyennes en Indycar.
Néanmoins, c’est un choix payant: Bourdais est en pole de la manche d’ouverture et ouvre son compte de victoire au troisième rendez-vous.

Le rouleau-compresseur Bourdais se met en marche. Il remporte les titres 2004-2005-2006-2007. Une performance jamais inédite en CART/Champ Car/Indycar.

Bourdais doit beaucoup à Newman et Haas et vice versa. La relation entre le Manceau et Paul Newman dépasse le cadre sportif.

Notez que même les sponsors ne sont pas là par hasard. Ainsi, McDonald’s est partenaire de la voiture de Bourdais car Newman’s own fourni ses sauces à la chaine de restaurant.

Fernandez, Ganassi, Green, Penske, Rahal… La plupart des équipes de CART partent en Indycar vers 2002-2003. Pas Newman-Haas. Newman considère Tony George (responsable de la série rivale) comme un ennemi personnel. L’équipe préfère tenir le Champ Car à bout de bras.

Lorsqu’en 2005, Bourdais et Junqueira participent aux 500 miles d’Indianapolis, l’acteur reste sciemment dans un bar durant la course.

Fin 2007, Bourdais décroche l’opportunité en F1 tant espérée. Son équipe le laisse partir et recrute Justin Wilson.

Quelques mois plus tard, le Champ Car fait naufrage et est racheté par l’Indycar. Newman-Haas doit improviser.

La saison est dure. Wilson réussit pourtant à remporter la manche de Detroit.

Ce sera le dernier succès de Paul Newman, victime d’un cancer quelques jours plus tard.

Hélas, ce sera aussi la dernière de l’équipe.

Carl Haas décide de conserver le nom de « Newman-Haas ». Les temps sont durs et pour la première fois, il doit recourir à des pilotes payants. La peu véloce (mais riche) Milka Duno est approchée:

En 2011, ultime affront, l’équipe ne présente qu’une seule voiture lors de la manche d’ouverture. Le Canadien James Hinchcliffe doit trouver un sponsor avant de pouvoir débuter sa saison.

Dans le New Hampshire, Oriol Servia, l’autre pilote, est une victime collatéral de la confusion.
La course est plusieurs fois interrompu pour cause de pluie. Lorsque le commissaire agite les drapeaux verts, le Catalan (combinaison bleue) est le plus prompt à s’élancer. Derrière, les pilotes glissent. Un commissaire brandi les drapeaux rouges sous le nez de Ryan Hunter-Reay.
Servia clame qu’il a gagné, mais la direction de course le classe 3e. Un compromis est trouvé et il est finalement 2e.

A l’issu de la saison, l’équipe n’annonce ni motoriste, ni pilote pour 2012. Début décembre, Carl Haas confirme les craintes: il dissoudra l’équipe à la fin du mois.

Source:
Racer.com

Crédit photos: Ford (photos 1, 4, 6, 7, 8 et 9), Lola (photos 2, 3 et 5), Honda (photos 10, 11, 12, 13, 14 et 15)

A lire également:
Indycar: Brian Barnhart viré (et autres nouvelles)

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Indycar: rideau de fer pour Newman-Haas"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Tibo35
Membre

C’est triste, mais c’est le sport aux USA. Pas de nostalgie, on avance, toujours…
Newman-Haas est un pan du sport auto américain, dommage que cette écurie disparaisse mais Haas préfère sans doute éviter un bouillon et une humiliation.

Seb
Membre

Une page se tourne…

doubled
Invité

je suis toujours triste de voir disparaitre une ecurie, mais mais Haas a des fois ete severe et blaissant avec certain discours sur des pilotes, j’ai pas non plus la larme a l’oeil de le voir disparaitre .

4aplat91
Membre

C’est dommage de voir une si belle écurie se dissoudre …
Mais il reste la NASCAR ?

wpDiscuz