Accueil Actualités Entreprise Suzuki traîne Volkswagen en justice

Suzuki traîne Volkswagen en justice

124
16
PARTAGER

Après avoir officiellement mis fin à son partenariat avec le géant allemand la semaine dernière, Suzuki déposera aujourd’hui un recours auprès de la cour d’arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale à Londres…

La lente dérive de l’association entre Suzuki et Volkswagen, débutée en fanfare fin 2009, s’achèvera donc devant la justice internationale. Après avoir été simplement agacé par les propos de Martin Winterkorn à l’assemblée générale des actionnaires de Volkswagen le constructeur japonais en est à présent arrivé au point de non retour. Il continue d’exiger de du groupe allemandla vente des 19,89% du capital qu’il détient, à Suzuki ou à un autre acheteur qu’il aura désigné. En l’absence de réponse favorable, l’affaire sera donc portée dès aujourd’hui devant la cour d’arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale.

Du côté de Volkswagen, on continue à refuser toute vente, en affirmant qu’il n’existe aucune législation l’y obligeant…

Source : Suzuki

Poster un Commentaire

16 Commentaires sur "Suzuki traîne Volkswagen en justice"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
François
Membre

Un actionnaire fait ce qu’il veut de son portefeuille d’actions, je ne vois pas bien sur quelle base juridique s’appuie Suzuki pour exiger la vente des parts détenues par VW. Que le japonais dénonce le partenariat conclu afin de se dégager de ses responsabilités contractuelles admettons, je n’ai pas lu le dit contrat et peut être est-ce possible, mais si VW veut garde ses 19,89% de Suzuki, libre à lui!

François
Membre

J’ai oublié; sauf si une clause dans le contrat stipule qu’en cas de rupture du partenariat, VW soit obligé de vendre les actions Suzuki mais sinon…

Riccardo
Invité

@François
Il ya certainement le non respect de la clause initiale et du partage des technologies hybrides.
Mais de la à donner gagnant suzuki dans cette affaire…..

josette
Invité

Bref personne ne sait rien mais ça faire beaucoup parler!
Tora Tora Tora Suzuki!

seb92
Invité

Exactement Josette. +1

Tarazboulba
Invité

L’autre acheteur des actions désigné par Suzuki sera-t-il FIAT ?…

wizz
Membre
à moins que ça se finisse par un OPA sur Suzuki -suzuki n’a pas les moyens d’y contrer -Fiat non plus n’a pas ces moyens (sans quoi, ces 20%, ce partenariat, Suzuki se serait tourner vers Fiat à cette époque) -reste à attendre de la solidarité japonaise, mais faut pas rêver non plus…. Les quelques milliards, le groupe VW le possède. Suffit de faire passer ce message aux actionaires principaux de VW, en présentant que l’acquisition de Suzuki leur ouvrira la porte au marché indien où Suzuki est déjà très bien implanté. L’Inde et son marché très porteur. Et que… Lire la suite >>
BlackLion
Invité
Je suis pas certain que suzuki soit vraiment un si bon investissement pour VW. Pourquoi ? Déjà pour son image de marque car l’ogre qui achète à coup d’OPA cela ne plait pas forcément dans classe social achetant des petites voitures. Après je ne suis pas convaincu que les acheteur de Suzuki soit des fans de voiture totalement aseptisé à la VW. En suite Suzuki n’est pas qu’une marque automobile. C’est aussi un fabriquant de moto et de moteurs de bateaux. Domaines très éloignés de l’économie d’échelle si propre au groupe VW. Enfin c’est oublier que le Japon reste un… Lire la suite >>
Mamadou Dupont
Invité

+1 Black Lion.

La croisade du petit Suzuki contre l’ogre allemand est plutôt sympathique, je ne pense pas que VAG, en terme d’image au moins, est grand chose à gagner à écraser le plus petit constructeur japonais.

wizz
Membre

Si les secteurs moto et bateau n’intéressent pas VW, alors ce sera très simple. Après le rachat du conglomérat Suzuki, VW démentellera le groupe pour ne conserver que Suzuki automobile, et revendra le reste aux intéressés, industriels ou financiers. Ce genre de pratique se voit souvent

Quant aux sentiments de chauvinisme japonais, on l’a vu avec Nissan via Goshn. Le premier à oser le licenciement (dans un pays où l’emploi était à vie), à fermer les sites. Et pourtant, les consommateurs japonais n’ont pas particulièrement boudé Nissan…

wpDiscuz