Accueil Ford Essai Ford Transit Sportvan: de haut en bas (2/2)

Essai Ford Transit Sportvan: de haut en bas (2/2)

1899
6
PARTAGER

Suite et fin de l’essai Ford Transit Sportvan, ce drôle d’utilitaire qui joue les sportifs. Après avoir détaillé les spécificités par rapport à un Transit « normal », passons à l’intérieur. On terminera par le moteur et le comportement routier.

On l’a déjà dit, Ford n’a pas fait de réels efforts pour rendre l’habitacle plus sportif. C’est peu ou prou celui d’un simple Transit.

Sportvan ou pas, il n’y a pas non plus de changement à l’arrière. Vous disposez toujours de 6,6m3 de chargement.

La porte latérale coulissante à gauche est option (400€.)

Il est possible de monter des portes arrières à ouverture 90°/180°/256°. Par contre, elles apparaissent deux fois dans le tarif: une fois à 350€ et une fois à 380€.

Bons points

La grande innovation du Transit, c’est sa clef.

D’ordinaire, il n’y a qu’un seul bouton pour l’ensemble des ouvertures. Quand vous êtes occupés à l’avant, vous ne pouvez pas voir ce qu’il se passe derrière. On peut ainsi profiter d’un moment où le véhicule est immobilisé pour vous soutirer vos marchandises…
Là, vous avez un bouton pour l’avant et un bouton pour l’arrière.

En prime, si on essaye de forcer le neiman, la colonne de direction se cisaille.

Par définition, en version fourgon, il est truffé d’angles morts.

Néanmoins, grâce à la caméra de recul (de série), il n’y a aucun problème pour effectuer un créneau.

Les manœuvres sont également facilitées par les rétroviseurs en deux parties:

Dans l’habitacle, il y a de nombreux rangements, dont des boites à gants sur la plage avant. Celle côté conducteur possède une prise 12V.

Enfin, sur la console centrale, il y a une tablette rabattable avec 2 porte-gobelets supplémentaires (ce qui porte le total à 4!)

Côté ouverture des double-portes, il y a juste une poignée et on peut la claquer (alors que chez d’autres, il faut se débrouiller avec des loquets, guère pratique si l’on porte des gants.)

D’une manière générale, les portes et portières sont facile à ouvrir et à fermer. Pas besoin de faire de la muscu!

Mauvais point

En matière de GPS idiots, le Transit va très loin. Vous programmez votre destination et il enchaine les indications sans vous attendre!

Ainsi, entre l’image ci-dessus et l’image ci-dessous, je n’ai pas bougé. Par contre, le GPS est déjà passé à l’indication suivante!

Le vide-poches côté passager est mal suspendu. Lorsque vous l’ouvrez, il se renverse et répand son contenu sur le sol!

Au moins, c’est une source inépuisable de gag: « Eh, Seb’, tu peux me prendre le truc ultra-fragile que j’ai laissé dans le vide-poche? »

Dans l’ensemble, la qualité d’assemblage est plus que moyenne. Certains plastiques sont trop fins (comme ceux des bacs sur les portières) et de nombreuses vis sont apparentes.

En route

Sous le capot, le 2,2l TDCi 140ch, accouplé à une boite manuelle à 6 rapports.

Une mécanique très bruyante, même à chaud. Les rapports sont très proches, avec une plage d’utilisation entre 1500tr/min et 2000tr/min.

Dommage que l’on n’ait pas le droit au 3,2l Duratorq TDCi 5 cylindres 200ch…

Notez qu’il n’y a pas de tirette pour le capot. Pour l’ouvrir, il faut insérer la clef dans le logement juste au-dessus du logo « Ford ».

Eu égard de son poids et de son gabarit, le Transit est très à l’aise en ville. Grâce à ses 350Nm de couple, les accélérations sont franches.

Sur autoroute, il n’a aucun problème pour s’insérer dans le trafic.

A vitesse autoroutière, le TDCi arrête de beugler et le niveau sonore devient acceptable. Les sièges sont confortables et les suspensions assez souples.

Conclusion

Si vous cherchez un véhicule original pour tracter votre bolide (pour vous rendre à une journée circuit, par exemple), le Transit Sportvan est pour vous. A 28 980€ HT (34 660,08€ TTC), il propose un petit grain de folie.

Personnellement, des vans, j’en ai conduit quelques uns lors de mes précédentes vies. En terme de motorisation, de confort et de facilité d’utilisation, il est dans le haut du panier.
Le postulat du premier Transit était « un utilitaire qui se conduit comme une voiture ». Effectivement, il pourrait donner des leçons à pas mal de voitures…

Par contre, concernant la finition et l’ergonomie, il y a de gros progrès à faire.

Essai Ford Transit Sportvan (2)Essai Ford Transit Sportvan (3)Essai Ford Transit Sportvan (4)Essai Ford Transit Sportvan (5)Essai Ford Transit Sportvan (6)Essai Ford Transit Sportvan (7)Essai Ford Transit Sportvan (8)Essai Ford Transit Sportvan (9)

A lire également:
Essai Ford Transit Sportvan: livreur en jogging (1/2)

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Essai Ford Transit Sportvan: de haut en bas (2/2)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Martine
Invité

Flop

gilles
Invité

La camera de recul est une option: 650,00 € HT
Le 3.2 TDCI n’était disponible qu’en propulsion et n’a passé les normes Euro V, donc supprimé.

doubled
Membre

quand meme plus sympa que tous les Boxster Trafic etc etc …pas tres bien finis non plus.
lui au moins il ne ressemble pas a un frigo, seul vrai defaut pas de boite de vitesses robotisée ou automatiques

Pat
Invité

As tu déjà vu un Trafic ??? Ça devrait pas être trop dur, il y en a partout pourtant.

De toutes les camionnettes, c’est celui qui ressemble le moins a un frigo !

jpa
Invité

Ford a osé et sa marche !
Allez l’essayer et vous aurez une autre vision de cet utilitaire !
Le ford transit est quand même l’utilitaire le plus vendu en Europe !!!

Paul
Invité

Le coup de la clef existe chez tout le monde et depuis un sacré paquet d’années… Iveco, mercedes, etc…

wpDiscuz