Accueil Hybrides Francfort 2011 : Lexus GS450h

Francfort 2011 : Lexus GS450h

76
6
PARTAGER

Alors qu’Audi et Infiniti se lancent enfin dans la production de berlines premium hybrides, Lexus attaque déjà la seconde génération de la GS450h, la pionnière dans ce domaine. Comme toujours chez Toyota, c’est l’évolution qui prime sur la révolution, mais cette GS450h affiche des prétentions renouvelées grâce à une somme améliorations sur de nombreux points.

Si la voiture conserve, comme la Prius de troisième génération, des batteries Nickel-métal et ne passe pas encore au Lithium-Ion, le V6 3,5l qui s’occupe de la partie thermique de la propulsion adopte un cycle Atkinson, une première sur une telle motorisation, et la dernière génération de l’injection directe Toyota D-4S. Le système de régénération d’énergie au freinage voit sa plage d’utilisation étendue et le moteur électrique bénéficie de moins de frictions et alterne entre deux voltages selon le type d’utilisation, conduite économique ou soutenue. L’ensemble du système de propulsion développe en combiné 343 chevaux.

La consommation annoncée par Lexus en  avance l’impressionnant chiffre de 30% d’amélioration, avec 6,3l aux 100 km et moins de 145g de CO2 aux 100km, à vérifier dans le monde réel. Il faudra alors avoir le pied léger, rester dans le mode Eco et ne pas se laisser tenter par le mode Sport S ou pire, le mode Sport S+ pour vérifier le chiffre de 5,9 secondes de 0 à 100 km/h.

Dans la plus pure tradition Lexus, la GS450h embarque une palette de technologies formant une bouillie d’acronymes dont l’accumulation finit par tourner à la parodie involontaire : le Lexus Dynamic Handling, composé de l’AVS (Adaptive Variable Suspension), le DRS (Dynamic rear steering), le VGRS (Variable Gear Ration Steering) le VDIM (Vehicle Dynamics Integrated Management) et enfin l’EPS (Electric Power Steering).
Vous en voulez encore ? Que diriez-vous alors de passer dans l’habitacle pour retrouver le système de détection de pré-collision, le régulateur de vitesse adaptatif, la caméra infrarouge anti-somnolence, le système de vision nocturne, l’affichage tête haute, le détecteur d’angle mort, le détecteur de changement de ligne…

De façon plus prosaïque, il est intéressant de noter que l’emplacement des batteries a été revu pour libérer de la place dans le coffre, un des points faibles de la première génération. La GS450h partage bien évidemment le style revu de l’ensemble de la famille GS dont elle ne se distingue que par le désormais célèbre logo bleute marquant la famille hybride du groupe Toyota.

Si sur le papier la nouvelle GS450h parait faire un bon en avant dans tous les domaines, il reste a déterminer si elle saura séduire plus que sa devancière qui fut loin d’avoir percé dans son segment à la manière de la Prius dans le sien. De ce point de vue, elle pourrait en fait bénéficier de l’arrivée de concurrentes directes qui vont attirer l’attention sur la niche que constituent les berlines premium hybrides. A Lexus de savoir exploiter son avance pour profiter de ce coup de projecteur.

[zenphotopress album=12033 sort=random number=20]

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Francfort 2011 : Lexus GS450h"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
lex'
Invité

La consommation mixte est de 6.3L et le 0 à 100 se fait en 5.9secondes dixit la fiche technique …

cool & dre
Invité

@pierre-laurent ici http://www.lexus.fr/about/motor-shows/frankfurt-2011/index.aspx
on parle de 343ch et non pas 338ch.

Lux
Invité

Bizarre cet épaulement qui descend au niveau de la poignée de porte arrière. On s’attendrait au contraire à ce qu’il monte.
Autrement belle voiture très classique. Par contre la motorisation a l’air très intéressant.

MiguelAnge
Invité

La techno Li-ion plus performante en terme d’énergie rammené au volume mais demande des contraintes spécifiques pour le refroidissement et les sécurité. D’ailleurs, le Li-polymère disposant d’une anode solude offre une plys grande sécurité. Donc en restant au NiMh, Lexus me semble soit un cran en arrière en terme d’innovation, soit les autres constructeurs ont introduit la techno trop tôt…

Assurance dépendance
Invité

C’est Lexus. Du nickel de chez nickel quoi. Du très lisse, un peu hors du temps bien que très moderne. Et tout en discrétion plutôt qu’en bling-bling.

wpDiscuz