Accueil Berlines Essai Seat Leon Cupra R : chaud devant !

Essai Seat Leon Cupra R : chaud devant !

728
26
PARTAGER

Certains de mes collègues pourront vous le confirmer, les Leon FR ou Cupra sont loin de ne faire que de la figuration sur route. Mais comme si cela n’était pas encore assez pour le tempérament latin de la marque «jeune et dynamique» du Groupe Volkswagen, les ingénieurs de Seat en ont créé une version encore plus aboutie : la Cupra R !

Reprenant le cœur d’une Cupra, cette version R se fait plus méchante encore en recevant 25 chevaux supplémentaires pour désormais en revendiquer 265. Une puissance partagée avec les Golf et Scirocco R, entre autres.Pourtant, extérieurement, bien malin qui pourra différencier cette «R» d’une FR au premier coup d’œil. Leur présentation extérieure est en effet similaire, et ne diffère que par quelques détails.
Ces quelques détails, ce sont notamment les jantes qui atteignent 19 pouces dans le cas présent, et laissent transparaître des étriers rouges siglés Brembo. C’est également les coques de rétroviseurs noires, et non pas grises, ou encore l’unique embout d’échappement arrière. Mais le plus flagrant est certainement les trois petites ouïes entaillées sous la calandre, qui permettent au cœur d’être mieux oxygéné. Après bien sur, en y regardant de plus près, il suffira d’approcher du bouclier avant pour y lire l’inscription Cupra, reproduite également sur le hayon, assortie du petit R.

L’habitacle est sans doute la partie de l’auto qui a le plus subi les affres du temps, notamment au niveau de cette console centrale d’une pièce qui rappelle à certains celle «en forme de goutte» de la première Ford Ka. Sans aller jusque là, il est vrai que son dessin n’est plus tout jeune, puisque l’auto apparue en 2004 devrait être remplacée l’an prochain. Et si les agencements et matériaux sont plutôt moyens, Seat a mis le paquet sur la sellerie, avec des baquets bicolores et surpiqués à l’avant qui offrent un maintien sans faille en toutes circonstances sans se montrer inconfortables. Une ambiance course clairement affichée, rappelée par le volant à base plate, par le pédalier en aluminium ou par le levier de vitesses «Cupra».

Notre modèle d’essai était doté d’une boîte de vitesses manuelle à six rapports. Un choix qui s’annonce des plus amusants, mais qui n’est pas des plus évidents à appréhender : l’embrayage demande un certain doigté. Ce n’est qu’une fois la première engagée que l’on prend conscience du potentiel de l’auto : la première accélération plaque les occupants contre le dossier (6,1 secondes pour le 0 à 100km/h) lorsque les 300Nm passent au sol par le train avant avec une efficacité inespérée. Jamais elle n’a été prise en défaut lors de notre essai, réalisé sur sol sec.

Deuxième, troisième, les rapports s’enchaînent, et avant même que le regard du conducteur ne se pose sur l’aiguille du tachymètre, celle-ci pointe un chiffre largement inavouable sur route ouverte. Heureusement, Seat a tout prévu, et de gros disques de 345 et 286 millimètres vous collent le nez au pare-brise à la moindre pression insistante sur la pédale du milieu. A doser avec parcimonie !
Et en dépit de l’âge avancé de la conception de son châssis (dérivé de celui de la Golf V), la Leon Cupra R reste impassible pas dans les chemins sinueux, où sa direction précise la laisse se placer où le pilote le lui dit, tout en maintenant étonnamment bien trajectoire et roulis. Il faut vraiment pousser très fort avant que n’apparaissent les premiers signes de sous-virage !

Bien sur, en conduite active, les chiffres de consommation explosent littéralement, et se positionnent bien au dessus des 8,1l/100km annoncés par le constructeur, avoisinant les 11 litres lors de notre essai.

Avec autant de qualités, il est dommage que Seat n’ait pas soigné un peu plus le chant de l’échappement de sa Cupra R, qui rappelle trop qu’en dépit de sa puissance, il s’agit d’un «simple» quatre cylindres.

La Seat Leon Cupra R est facturée 29.565 euros en France (29.190 euros en Belgique).

Conclusion
Cette Leon Cupra R est plus une voiture pour pilote qui aiment prendre la route à l’occasion que l’inverse. Puissante, précise et efficace elle ne demande qu’à attaquer à la moindre occasion. Mais ses indéniables qualités demandent néanmoins une concentration de tous les instants…à l’affût du radar embusqué, pour qui veut garder son permis !

Lire également :
Essai Seat Leon FR 2.0 TSI 211 DSG : GTI dans l’âme

Poster un Commentaire

26 Commentaires sur "Essai Seat Leon Cupra R : chaud devant !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
tophe72
Invité

En Suisse, il existe une version 310 ch. Mamamia !

Carlos
Membre

Et vers chez moi, j’en vois un paquet ! Dans ma « ville » de 6000 habitants il y en a 2 je crois sans compter les versions FR et autres…. La seule chose qui me déplait dans cette voiture, c’est sa console centrale qui a pris de l’âge sauf si l’intérieur est sombre comme ici…

rodolphe
Invité

Quelques minime petites erreurs sans votrre article : ce sont pas des frains brembo mais des AP Racing , et la leon n’est pas sortis en 2004 mais en 2005 😉

grego
Invité

La Leon reste une voiture trés sympayhique et de qualité !!

Tibo35
Membre

si je plussoie la présentation en 2005 de cette nouvelle Leon, en revanche il me semble bien (de tout ce que j’ai pu trouvé) que ce sont bien des Brembo sur la Cupra R310

Les AP Racing sont sans doute montés sur la Cupra (comme pour l’Ibiza si je ne me trompe pas) et les Brembo sur la CupraR.
AP Racing fait des kits pour la CupraR, en seconde monte.

rodolphe
Invité

Je suis mecano chez seat , et je peux te dire que ce sont bien des Ap racing 😉

Tibo35
Membre

Ben si tu le dis je te crois (je n’ai fait que des recherches sur différents sites Seat dont certains parlaient des brembo sur la R)

Et malheureusement n’ai po de Cupra (RRRrrr!) dans mon garage 🙁

Coté look je préfère l’Ibiza Cupra à la Leon (la nettoyeuse? 😀 ) même selle est assez chouette.

erate
Invité

la golf R fait 270cv il me semble non?

wpDiscuz