Accueil Actualités Entreprise Th!nk : court-jus industriel et piste alternative

Th!nk : court-jus industriel et piste alternative

63
9
PARTAGER

Qu’il est compliqué de suivre les aléas industriels du petit constructeur Th!nk… Après avoir traversé les deux dernières décennies tant bien que mal (plus mal que bien) avec quatre faillites à la clef, le constructeur était récemment placé sous le régime d’administration judiciaire. Sorti de nulle part, un investisseur turc se positionnait alors comme hypothétique repreneur. Depuis cette annonce, rien. Aujourd’hui l’actualité autour de Th!nk rebondit. Et la piste évoquée ne permet franchement pas d’y voir beaucoup plus clair…

Les discussions menées avec la société turque BD Otomotiv semblant dans une certaine impasse, d’autres rumeurs apparaissent quant à une énième sortie de crise pour Th!nk.

Et là, surprise. Selon une dépêche de l’AFP remontant à hier (relayée ici), le nouveau candidat ne serait autre qu’un consortium mené par l’homme d’affaires Boris Zingarevitch.

Ce businessman est déjà aux manettes du groupe américain Ener1 (propriétaire du fabricant de batteries Enerdel et fournisseur de Th!nk), lequel venait récemment d’annoncer retirer ses billes dans l’aventure du constructeur de microcars électriques… Surprenant.

Selon l’AFP, Ener1 et Valmet se poseraient comme deux investisseurs d’un tour de table demandant l’arrivée de partenaires supplémentaires. Un accord de reprise pourrait même être officialisé dans le cours de la journée (ce qui permettrait d’y voir plus clair). Déjà sur courant alternatif depuis ses débuts, Th!nk n’est donc pas définitivement grillé. Mais pas non plus encore en prise pour s’offrir un avenir en courant continu…

A lire également. Th!nk en faillite, Th!nk sauvé par un investisseur turc ? Et Ener1 se retire de Th!nk.

Source : AFP via Romandie News.

Poster un Commentaire

9 Commentaires sur "Th!nk : court-jus industriel et piste alternative"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
opti78
Invité

BD Otomotiv, n’est pas un investisseur turque sorti de nulle part, c’est un équipementier important en Turquie et particulièrement impliqué dans les véhicules électriques, … ils sont d’ailleurs constructeurs des versions électrifiées des utilitaires Fiat (Microvett) … Quand aux jeux de mots façon France2, ….. je m’attendais à mieux….

Frederic Papkoff
Admin

A ma connaissance, il n’y a pas de lien direct entre BD Otomotiv et Microvett… Quelles sont vos sources sur ce lien ?

Tibo35
Membre

« lequel venait récemment d’annoncer retirer ses billes dans l’aventure du constructeur de microcars électriques… Surprenant. »

Oui et non…quand on convoite une entreprise mais que celle-ci se refuse à soi…on peut soit partir en quête d’une autre mariée…soit faire un croche-pied à celle-ci pour la récupérer dans ses bras 🙂

En se désengageant de Th!nk, Ener1 a sans doute décourager certains d’investir ou d’acheter des voitures à l’entreprise…plongeant Th!nk dans l’embarras…maintenant que le bouillon est prêt, Ener1 peut racheter Th!nk et récolter tous les fruits 😀

cycledelic
Membre

Hum, cette histoire de vrai/faux repreneur n’est pas sans rappeler les aventures d’Heuliez avec un investisseur sorti du chapeau juste avant la date fatidique, puis plus rien… Ca ne sent pas très bon quand même…

opti78
Invité

On constatera que ce sont toujours à peu près les mêmes « rapaces » qui tournent autour des « cadavres »……Turcs, Russes, Chinois…. désolé pour le jeux de mots… 😉

Umaga
Membre

C’est bizarre, mais quand Ghosn, Piech ou Zetsche se ruent sur les marques étrangères personne ne parle de rapace tournant autour de cadavres…

wpDiscuz