Accueil Art automobile La photo du jour: Delage D6-11

La photo du jour: Delage D6-11

310
17
PARTAGER

Il faut l’avouer, Marussia n’est pas connu de tout le monde. Et si je vous dit Delage? C’est pire? Je vous rassure, il en va de même pour moi. C’est la raison pour laquelle, aujourd’hui, jeudi 21 juillet 2011, c’est au tour d’une Delage D6 de s’exhiber dans la rubrique.
Crée en 1905, la société Delage a longtemps fait partit du paysage automobile français. A l’époque, les quelques ventes ont permis à la marque de rapidement se lancer dans la compétition avec un certain succès jusqu’en 1914. Avec l’entrée du pays en guerre, toute la production s’oriente vers le domaine militaire, ce qui permet à Delage de prospérer et de pouvoir, en 1918, reprendre la production d’automobiles mais cette fois ci orientée vers la grand luxe.
Après quelques années, Delage est en perdition, et les ventes ne cessent de s’écrouler suite à une célèbre crise financière. La marque tente alors un dernier coup avec la D6-11 en 1932. L’innovation est alors le mot d’ordre avec notamment l’apparition de roues avant indépendantes ou un système de freinage hydraulique. Elle s’équipe du meilleur des 6 cylindres maison avec ce 2,1l de 11cv, soit 63ch.
Mais rien n’y fait, jusqu’en 1935 où Louis Delâge décide de placer sa société en liquidation. Elle sera rachetée par Delahaye qui a continué la production de ces carrosses jusqu’en 1953, date de disparition du nom Delage.
Damien en a rencontré une lors du Rallye des 1ère côtes de Bordeaux dans les vignobles du Bordelais.
210711-Delage-D6 (1)
Pour les fondus de photographie, les exifs de ce cliché:
Boitier: canon eos 1000d
Objectif: canon 70-200 f4
Focale: 200mm
Ouverture: f4
Vitesse: 1/640sec
Sensibilité: 200iso

La galerie de Damien.

A demain.

Si vous souhaitez participer à cette rubrique, vous pouvez envoyer vos contributions à laphotodujour@hotmail.fr au format Jpg de 1280px de large. Si vous êtes l’auteur de la photo, vous renseignerez votre prénom, nom du modèle automobile, galerie photo et si possible une anecdote et les exifs concernant la photo.

Poster un Commentaire

17 Commentaires sur "La photo du jour: Delage D6-11"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Carlos Ghost
Invité
Petite erreur : Louis Delâge. Pour la voiture, on avait abandonné l’accent circonflexe. Les Delage sont presque toutes des voitures remarquables, voire exceptionnelles (googlez Delage et Dubonnet, ou Delage et Pourtout) Elles témoignent d’une époque révolue, quand maintenant on fout des bandes bleues à un Clio pour l’appeler Gordini… A la différence de l’Angleterre, de l’Allemagne et de l’Italie, la France a été infoutue capable de permettre à ses marques de prestige de se relever après la guerre. Parti-pris des politiques, incompétence des gestionnaires, snobisme xénophile des acheteurs (pas question d’acheter une Venturi si on peut acheter une Ferrari, ou… Lire la suite >>
Tibo35
Membre
Il y a aussi un autre problème qui a conduit les constructeurs et carrossiers Français a disparaître peu à peu. Quasiment tous nos constructeurs étaient des précurseurs en termes de technologies automobiles (les Delage par exemple étaient bourrées d’innovation et devaient donc s’orienter vers le luxe. Cette orientation technologique+luxe a fait que les productions sont restées marginales. Les constructeurs ont du s’adosser à de plus grands…et finir par disparaître sur l’autel de la rentabilité. Les autres constructeurs ont fait de même (je ne parle pas de l’angleterre où une législation plus souple permet la survie d’artisans) mais…certains on eu l’audace… Lire la suite >>
fgduijiouiui
Invité

Sauf que Ventury c’est monégasque…

Tibo35
Membre

@fgduijiouiui: vous devez être un peu jeune pour ignorer que Venturi n’est monégasque que depuis 10ans….

Facel
Invité
Il y a aussi eu un grand problème, c’est qu’une marque automobile de luxe doit s’imposer sur son marché national avant de pouvoir se développer à l’étranger. Or, en France, pendant des décennies, on a eu honte de gagner de l’argent, d’avoir de la fortune. Comparez les rues de Londres et celles de Paris, il y a autant d’argent, même si la City génère plus de cash, mais où un Anglais osera acheter et exhiber une Bentley, une Rolls Royce, une Aston Martin, une Bristol, une TVR, etc., le français préférera une berline ou un 4×4 Audi, pour passer inaperçu…… Lire la suite >>
Umaga
Membre
Hé, c’est qu’en France il y a eu la Révolution 😉 Plus sérieusement, vos remarques sont tous valables mais vous omettez un point crucial. Ce qui a pénalisé (et pénalise encore) le marché des voitures de luxe françaises, c’est l’absence de moteur digne de ce nom. Sans remonter à Delage, la Facel Vega et la SM -innovants pourtant – on coulé à cause de moteurs inadaptés à l’époque. Quant à Venturi, je ne partage pas le point de vue de Carlos Ghost. Ce n’est pas par xénophilie exacerbée que des acheteurs français lui ont préféré les Ferrari ou les Porsche,… Lire la suite >>
Tibo35
Membre
@Umaga: la SM est sorti avec un moteur Maseratti 🙂 Mais en plein choc pétrolier….donc au placard 😉 Les moteurs les français ont su en faire…et des gros…des remplis…et quand ils n’en avait pas sous la main ils en prenaient chez les autres…. Facel par exemple avait dès le début des V8 Chrysler (ou développés en collaboration avec)….5L9, 6L3. Puis Facel a introduit un 4cylindres et un V6 pour combler l’espace entre les deux moteurs. Les Delage avaient des 12 Cylindres en V, des 6cyl…la V12 de 10L5 pulvérise le record de vitesse….en 1924 😉 Mais la crise de 29… Lire la suite >>
Umaga
Membre
@Tibo35 Oui on, est d’accord. A la relecture, c’est mon post qui n’est pas clair. Facel et la SM avait de bons moteurs. Quand je dis inadaptées à l’époque, je pense bien sûr aux choc pétrolier qui a condamné la seconde et une certaine américanophobie qui a eu raison de la première comme le précise Carlos Ghost. Malheureusement depuis, la France n’a plus produit de 6 cyl. à la hauteur de ceux de BM ou Alfa pour ne citer que ces 2 là. Ne parlons même pas des V8 et plus… Le paradoxe est que ce n’est pas une question… Lire la suite >>
Carlos Ghost
Invité
Umaga, Facel est mort (un peu) de l’échec du moteur Pont à Mousson de la Facellia. Ils remontaient en ayant adopté un moteur Volvo, mais le coup de grâce fut le niet de Giscard d’Estaing causé par la volonté de Facel de continuer avec des moteurs américains, pouah et cocorico. Bien sûr que les Français n’achetaient guère ces voitures. Mais les étrangers, oui. C’est ce qu’avaient compris les Anglais, qui se sont refait la cerise en vendant des Jags etc. par bateaux entiers sur la côte ouest… Pas le gouvernement français, avec son fameux plan Pons. Et ils continuent de… Lire la suite >>
Carlos Ghost
Invité
Ah oui, un Alfa dans une Venturi ! Tiens, si ça tentait un bon Venturiste de faire une bitza… La A310 fut hélas l’Alpine de la décadence. Surtout la première, avec sa mini-prise d’air avant en bec de lièvre*. Seule la Magny Cours est plus que sauvable. Hélas,ce fut le chant du cygne ! * J’ai « fait la course » récemment avec une d’elles. Elle m’a doublé dès qu’elle a pu bien sûr. Mais elle a pilé en catastrophe quelques kms plus loin, dans un gros nuage de fumée. Je me suis arrêté et on a bavardé. C’était un pb dont… Lire la suite >>
leelabradaauto
Invité

Rien que de bons commentaires sur le sujet, et je remercie tous les protagonistes, avec la majorité je partage opinion. pour compléter les paradoxes de la fortune de certains français, contrairement à nos voisins qui eux, n’ont jamais eu de complexe avec l’auto, à une heure où nos dirigeants, humbles européens s’allient pour aider un des notres à « ne pas déposer le bilan ou à honorer une porte de sortie à la faillite de la grèce, je n’ai qu’un souhait, celui de la renaissance de la croissance, ca

wpDiscuz