Accueil Divers Sécurité routière : le gouvernement navigue au radar

Sécurité routière : le gouvernement navigue au radar

98
8
PARTAGER

Tout est parti du bilan de la sécurité routière en avril avec une hausse de la mortalité de 20 % (par rapport à période similaire l’an dernier) au terme d’une hausse globale depuis le début de l’année 2011. Réagissant très (trop ?) rapidement, le gouvernement décidait alors la mise en place d’une première mesure « symbolique » avec le démontage des panneaux annonçant la présence des radars fixes.  Action ou précipitation, choisissez votre camp. Cafouillage gouvernemental et cacophonie dans la majorité, certitude. Un groupe de députés UMP n’a pas manqué de monter au créneau. Depuis, le flou artistique a régné des jours durant entre annonces contradictoires signées Claude Guéant, François Baroin et François Fillon lequel tranchait et décidait que le gouvernement irait finalement au bout de sa démarche. Et hop, nouvelle grogne parmi les députés UMP opposés craignant une répercussion électorale négative au moment des prochaines présidentielles et plus loin législatives… Dans le même temps, l’AFFTAC voyait le jour s’appuyant sur le soutien de nombreux automobilistes. Le  gouvernement a bien tenté de  clamer l’unité autour des mesures, il n’est en rien. Une confirmation aujourd’hui : 2 200 radars « pédagogiques » seront déployés sur le territoire d’ici à la fin de cette année.

« On ne fait pas d’électoralisme quand il s’agit de vie ou de mort« , se serait exprimé, un brin tendu, le chef de l’Etat lors du dernier conseil des ministres.

En clair, hors de question de revenir sur les principales mesures avancées pour reprendre la tendance baissière de la mortalité routière. Et de confirmer dans la foulée le démontage des panneaux avertissant de la présence des radars fixes et l’installation progressive de 2200 radars dits pédagogiques lesquels ne sanctionneront pas mais avertiront de la vitesse.

Petite cocasserie à souligner : ces panneaux seront déployés dans les zones dites dangereuses. A se demander alors où étaient jusqu’ici présents les radars fixes. Ah, la fameuse implantation des radars et leur « judicieuse et juteuse » position…

Pour l’heure, le gouvernement ne semble pas enclin à revenir sur l’assouplissement des règles du permis à points, une mesure jugée très laxiste par certaines associations. Quant à la controverses née autour des avertisseurs de radars, on évoque qu’ils devraient être transformés en des appareils catalogués comme « assistants d’aide à la conduite ».

Pas évident que cette solution satisfasse les différents acteurs si les appareils en question ne précisent plus la localisation des radars fixes. Quant aux appareils directement embarqués dans les autos ou l’aspect communautaire de ces appareils portables, mystère.

Toutes questions annexes mais importantes de sécurité et d’aménagement des équipements et routes, d’éducation à la sécurité, d’optimisation de l’apprentissage de la conduite, de la répartition effective entre vitesse et décès, de la conduite sous l’emprise de produits prohibés (ou pas), d’actions plus ciblées entre deux roues et quatre roues, de tests à partir d’un certain âge, etc, etc, semblent pour l’heure secondaires.

Deux points paraissent clairs aujourd’hui. Primo, l’épilogue du dossier n’est pas encore connu. Secundo, la mortalité routière égale à zéro, c’est tout simplement une utopie. Le débat est loin d’être clos…

Pour relire l’accord entre l’AFFTAC et Claude Guéant quant à l’amélioration de la sécurité routière, il suffit de cliquer ici.

A lire également. Pour ou contre les avertisseurs de radars ?

Crédit photo : Ministère des transports.

Poster un Commentaire

8 Commentaires sur "Sécurité routière : le gouvernement navigue au radar"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
truc
Invité

Non-sens absolu, et pour quel coût ? On ferait mieux de mettre des gens sur le terrain pour sanctionner les mauvais comportements.

Frederic.E
Invité

« Le gouvernement navigue au radar » mais il ne doit pas être très précis ni très efficace , Claude Guéant ferait bien d’investir dans un Coyote pour savoir où il va ! 🙂

toto
Invité

Il serait certainement plus judicieux d’installer des « panneaux pédagogiques » dans les zones « dangereuses », suivis ou non de radars, plutot que des radars sans panneaux où tout le monde va piler…

MoRiS
Invité

Ce serait mieux d’utiliser l’argent utilisé pour le démontage des panneaux en vue d’augmenter la qualité des routes (qui est également une des causes d’accidents), je parle de la dégradation de la chaussée, meilleur signalisation, etc. Et si ils veulent vraiment retirer les panneaux radar, ne simplement plus prévenir les nouveaux..

sweeck
Invité

Mon avertisseur d’isoloir a détecté un danger !

wpDiscuz