Accueil Essais Essai Mini Cooper SD : cœur de béhème !

Essai Mini Cooper SD : cœur de béhème !

1026
10
PARTAGER

Si la Mini a toujours eu droit à des variantes essence très musclées en finition Cooper S, les amateurs de diesels devaient jusque là se contenter de 112 chevaux dans la petite anglaise. Le mal est aujourd’hui réparé, avec l’apparition d’un «Super Diesel» de 143 chevaux !

Pour atteindre cette puissance, le petit 1.6d a été remplacé par une déclinaison 2 litres de ce même bloc, hérité en ligne directe des BMW Série 1 et Série 3. Rentré au millimètre sous le capot de toute la gamme Mini, celui-ci permet à l’auto de disposer de 143 chevaux et, surtout, de 305Nm de couple.

Car plus que la puissance, c’est surtout le couple qui se montre particulièrement agréable sur cette Cooper SD. Car si sa valeur maximale est atteinte entre 1.750 et 2.700tr/min, il fait déjà preuve d’une belle disponibilité sous ces chiffres, rendant la conduite quotidienne «en bon père de famille» particulièrement agréable.

Mais si le 0 à 100km/h est annoncé en 8,1 secondes sur le Hatchback (8,6 sur le Clubman), la différence de sensations avec une Cooper D de 112 chevaux n’est pas spécialement flagrante. Il faut dire que la puissance pousse de façon très linéaire entre 2.000 et 5.000tr/min, ce qui limite le caractère du moteur. Mieux vaudra tout de même ne pas le laisser monter trop haut dans les tours car sa sonorité devient vite envahissante.

Deux types de boîtes sont proposées sur toute la gamme : manuelle ou automatique, à six rapports dans chacun des cas. A moins d’être féru d’automatiques, mieux vaudra privilégier la version manuelle, qui se montre toujours aussi agréable à manier, précise et accrocheuse juste comme il faut. La déclinaison automatique, si elle ne démérite pas, se montre toutefois encore un peu lente pour s’adapter parfaitement au comportement d’une Mini, qui reste toujours aussi amusant que sur les autres versions.

En fait, le modèle dans lequel ce nouveau bloc nous a le plus séduit est le…Countryman. En effet, si dans les autres déclinaisons le 1.6d de la Cooper D se montre suffisant, ses 112 chevaux ne permettent pas d’apporter la sportivité attendue par les acheteurs de la marque au petit SUV en raison de son poids plus conséquent, ce qu’autorise ce Cooper SD.

Présentées en équivalentes des Cooper S, les Cooper SD en reprennent l’attirail cosmétique, comme les boucliers ajourés, le capot intégrant une écope centrale ou les deux embouts d’échappement arrière. D’ailleurs, sur les flancs, seul le «S» apparait près du rappel de clignotant.

A la caisse, le Cooper SD reste fidèle aux traditions de la maison, avec des tarifs eux-aussi largement au niveau de la Cooper S. Comptez ainsi 25.400 euros pour le hatchback (25.950 euros en Belgique), 26.800 pour le Clubman (27.700), 29.550 pour le cabrio (30.200) et 29.200 à 30.900 euros pour le Countryman suivant que vous optiez ou pas pour la transmission intégrale ALL4 (29.150 à 30.900).

Un prix d’achat conséquent qui pourra être compensé par la faible consommation, les moyennes étant comprises entre 4,3l/100km pour le hatchback et 4,9l/100km pour le Countryman ALL4.

Notons encore qu’il existe en Belgique une déclinaison de ce même moteur à la puissance réduite à 136 chevaux pour raisons fiscales.

Conclusion
Sans faire démériter le Cooper D, le Cooper SD se montre des plus agréables à l’usage grâce à sa puissance «suffisante» et surtout, à son couple conséquent disponible à tout moment. Malheureusement, les tarifs pratiqués crèvent le plafond…

Poster un Commentaire

10 Commentaires sur "Essai Mini Cooper SD : cœur de béhème !"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Rom
Invité

Une cooper SD, why not, mais ça ne sent pas la sportivité. Ils auraient pu mettrele moteur de la 123d de 204ch,et mettre le 2.0 à la place du cooper D et l’ancien cooper D (le 1.6) en One. Ce serait plus logique.

i-Vtec
Invité

possible mais avec un tel moteur le prix deviendrait trop excessif, et puis je ne vois pas ou se trouve la sportivité, j’ai eu une mini 112cv comme voiture de courtoisie et bien la voiture est lourde sur le train avant ça n’incite pas a l’attaque comparé à ma cooper S

alex
Invité

quitte a l’appeler S je pense aussi qu’ils auraient mieux fait d’installer le moteur de la 123d qui ne doit pas couter plus cher a bmw que celui de la 120

fredragon
Membre

et encore, c’est le moteur de 118d, en version 120d c’est le meme moteur mais qui délivre 177ch, la, ça aurait été pas mal pour du cooper S (sensé etre puissant et sportif) et la différence par rapport au modèle cooper aurait été plus sensible.
pour le moteur de 23d, je ne sait pas si c’est le meme retravaillé ou s’il est plus différent?

MiguelAnge
Invité

Ayant possédé une JCW 211CV usine, le chassis n’est pas capable d’encaisser le cpuple de 280Nm qui déboule vers 1800tr aussi. Cela se traduit par un déclenchement des aides electroniques à chaque sortie de virage au revêtement suspect et sur le sec… Elle était fun à conduire néanmoins.
Bref, j’ai donc du mal à comprendre que vous n’ayez pas ressenti la même chose avec 20Nm de plus déboulant au même régime… Vous avez fait quoi au juste, à part de jolies photos?

r.burns
Membre

C’est surtout le poids énorme sur le train avant qui annihile toute velléité sportive, à moins que certains assimilent le sport auto à appuyer sur la pédale de droite

Siouplé
Invité
En passant du 1.6d au 2.0d le moteur n’a gagné « que » 40 Nm, cela dit les tests existant annoncent un gain de 2.5s sur le 0-100 et sur le 80-120 mini, ça doit quand même se sentir surtout en accélération ! Pour la différence de couple / JCW, rappel, si on raisonne couple à la roue avec les boîtes diesels plus longues on peut en gros en enlever un petit tiers si on veut comparer, 300 Nm diesel moteur ça équivaut (même si ça veut pas dire grand chose) à 210 – 220 Nm essence. J’aimerais bien connaître la répartition… Lire la suite >>
wpDiscuz