Accueil Essais Essai Mini Cooper : A la hauteur de la légende ?

Essai Mini Cooper : A la hauteur de la légende ?

1071
11
PARTAGER

Il y a quelques jours, Nicolas vous a proposé l’essai de la Mini Cooper SD. Une auto certes attachante, mais que certains puristes considèrent comme un non-sens. « Une Mini diesel ? Et pourquoi pas une électrique ? Ah, ca existe aussi ?! Pauvre monde…. ». Pour ceux-là, la seule, la vraie Mini, c’est la Cooper, celle qui peut, parait-il, délivrer un maximum de plaisir de conduite sans avoir recours au turbo de sa soeur Cooper S. Mais en est-elle vraiment capable ?

Très légèrement restylée à la fin de l’été dernier, la Mini Cooper actuelle se veut l’héritère directe de la petite bombe des années 1960. Hélas, après 50 années de carrière, elle a pris du poids : la balance indique désormais 1 075 kg. En contrepartie, le petit 1300 de l’époque a cédé la place au 1.6 issu de la collaboration entre le groupe BMW, auquel appartient Mini, et PSA. Equipé d’une admission variable, il délivre 122 ch à 6 000 tr/mn , le couple s’établissant à 160 Nm à 4 250 tr/mn. On obtient donc un rapport poids/puissance de 8.81 kg/ch. Si on est loin des chiffres d’une bombe comme la Renault Clio RS (200 ch, 6 kg/ch), la Mini Cooper demeure compétitive, sur le papier, face à sa rivale N°1 : l’Audi A1 1.4 TFSI 122 ch (9 kg/ch).

Une fois au volant, la Mini Cooper parvient à masquer ses performances relativement modestes par son caractère rageur, pour peu que l’on maintienne un régime suffisamment élévé. Sur ce point, elle est digne de son nom. Poussé à la limite de la zone rouge, le petit 4 cylindres émet une sonorité évocatrice, bien qu’un peu étouffé. Sportive, d’accord, mais il faut bien vivre avec son temps et demeurer politiquement correcte.

Sur ce point, Mini a peu de leçon à recevoir. Depuis plusieurs années, la Cooper est adepte de solutions visant à réduire sa consommation et ses rejets polluants : aérodynamisme optimisé, stop/start… Ce dernier a d’ailleurs récemment fait de gros progrès. Les vibrations à chaque redémarrage appartiennent au passé, tout comme les coupures de la radio qui intervenaient au même moment. Après plus de 1 200 km parcourus, notre consommation dépassait à peine les 7 litres aux 100 km. Plutôt honorable car cet essai n’a pas franchement été réalisé dans les conditions d’un « economy run ». Ville, autoroute surchargée et routes sinueuses nous ont permis, aussi, de tester les capacités de relance.

Malheureusement, l’esprit kart n’a pas que du bon. Pourtant « seulement » monté en 16″, notre voiture d’essai n’aura pas ménagé nos vertèbres. D’accord, les suspensions moelleuses n’ont jamais fait partie du cachier des charges. Mais la firme aurait au moins pu faire l’effort d’une position de conduite ergonomique. Le pédalier impose parfois quelques contorsions sans compter que pour accéder à des commandes aussi basiques que celles des lève-vitres, il faut décoller le dos du dossier. Mention bien, par contre, pour les sièges avants qui se montrent suffisamment enveloppant. Cela permet d’oublier les réglage lombaire placés beaucoup trop bas pour être d’une quelconque aide et le revêtement cuir/tissu indigne du montant qu’il réclame (inclus dans le Pack Chili, 2 200 €).

Car, ce n’est pas vraiment une surprise, si les 19 700 € affichés au catalogue peuvent paraître presque raisonnable, on aura tôt fait de se laisser séduire par la longue liste d’options pour améliorer quelque peu un ordinaire quasi-monacal. La climatisation livrée de série est manuelle et même les antibrouillards ne sont pas offerts. Quant à l’habitacle, il vous impose le noir, sauf à, là encore, rallonger la sauce à coup de sellerie partiellement (700 €) ou totalement composée de cuir 1 500 €. Les plus masos, ou ceux dont le portefeuille est le plus épais, craqueront pour des inserts, des stickers ou des jantes personnalisées.

Au final, la Mini Cooper se montre à la hauteur de ce que l’on attendait. Vive, plutôt amusante à conduire, inconfortable, pas pratique pour deux sous et chère. Mais comme il parait que sa ligne suffit à assurer son succès. Les vrais amoureux de la Cooper, celle qui gagnait le Monte-Carlo, risque, pour leur part, d’être déçu. Pour avoir dans leur garage une véritable sportive, il leur faudra acheter un S supplémentaire (4 700 € de plus) ou, mieux encore, passer à la JCW (John Cooper Works, à partir de 30 450 €).

A lire également : Essai Mini Cooper SD : coeur de béhème !, Vidéos : la gamme Mini Cooper SD en mouvement et Salon de Shangai 2011 live : Mini Goodwood.

A voir également : Galerie Mini Inspired by Goodwood

[zenphotopress album=11324 sort=random number=12]

Poster un Commentaire

11 Commentaires sur "Essai Mini Cooper : A la hauteur de la légende ?"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Hans Gruber
Invité

à mon sens, le principal atout de la cooper reste son moteur et les sensations qu’il distille pour une consommation très bien maîtrisée (start/stop, récupération d’énergie au freinage et levée variable de soupapes). Malgré son inconfort, elle est très amusante à conduire sur routes de montagne. Après, c’est vrai elle fait payer ses prestations au prix fort.

Umaga
Invité

Ce billet a été mis en ligne trop précipitamment: trop de fautes d’inattention. Allez Cédric, au re-boulot ! 😉

r.burns
Membre

Je voudrais bien comprendre la référence à la Clio RS

DiZeL
Membre

Je suis d’accord. Pour une vraie bonne humiliation, vaut mieux comparer la JCW à la RS.

Flooo!
Invité

L’article laisse quand même un avis hyper négatif, je crois que vous n’avez pas envisagé la voiture sous le bon angle, et que vous ne tenez pas compte de la clientèle à qui elle s’adresse. Quand je vois par contre la tolérance dont vous faites preuve quand il s’agit de la nouvelle 508 ou de la DS4… enfin bref.
Et comparer la version de base de la Mini avec la version sport d’une voiture française veut clairement dire que vous souhaitez ne donner aucune chance à la Mini. Peut être ai-je mal compris?

r.burns
Membre

Non Flooo mais tu ne devrais pas être étonné, c’est devenu tellement habituel chez nos compatriotes chauvins de casser la Mini, tant pis si certains ne savent pas ce qu’ils ratent après tout

Flooo!
Invité

C’est comme tout à l’heure je lisais un article sur la S5 et le journaliste se permet de la comparer à la 407 Coupé…

r.burns
Membre

c’est peut-être de l’humour au 3ème degré remarque

wpDiscuz