Accueil FIA GT GT Tour Dijon: Depuis le garage Mercedes

GT Tour Dijon: Depuis le garage Mercedes

126
2
PARTAGER

Parce qu’il n’y a pas que la F1 et les 24 heures du Mans dans la vie, nous nous sommes rendus sur la 3ème étape du GT Tour à Dijon. Sous ce nom, se court le Championnat de France des Circuits où se disputent aux côtés de la Porsche Cup et la SuperCopa Seat Leon, l’impressionnant GT FFSA. Ce dernier rassemble la crème des GT du moment, pêle mêle Audi R8, Porsche 997 GT3, Ferrari F458 ou Mercedes SLS. Nous nous sommes immergés au sein du team Graff Racing, qui alignent deux rutilantes SLS.

Pour l’équipe du Graff Racing, les choses sérieuses commencent dès le vendredi à la mi-journée, en vue des deux premières séances d’essais libres qui se déroulent de 14h à 15h, puis de 17h15 à 18h15 malheureusement fermées au public. Avant cela, un petit repas dans l’hospitalité attend les pilotes et le staff du team. Autour de la table, le patron Jean-Philippe Grand, les quatre pilotes des deux SLS GT3 : Olivier Panis, Eric Debard, Renaud Derlot et Gérard Tonelli. On note la présence de Jean-Claude Police, ici en tant que copain de toujours bien qu’il pilote une auto « ennemie », la Porsche GT3-R du team PRO GT by Almeras. Au programme des discussions, le « debrief » des courses précédentes ou la dernier achat de ses messieurs. Pour l’anecdote, en laissant trainer une oreille nous apprenons ainsi qu’Olivier Panis s’est rendu à Miami pour acquérir une AC Cobra…

Dans l’heure précédent l’ouverture de la pitlane pour la première session de ces essais libres, les pilotes s’équipent, avant de rejoindre le garage. La dizaine de mécaniciens s’affairent déjà autour des voitures pour cette séance libre, alors que les pilotes casqués attendent de s’installer dans leurs baquets respectifs. Puis 2 minutes avant même le feu vert, les deux SLS GT3 vont faire la queue au bout de la ligne des stands pour être les premiers à s’élancer. Les courses GT impose un équipage composé d’un pilote pro, et d’un amateur. Pour ces séances, ce sont Olivier Panis et Renaud Derlot les pros du team Graff qui prennent en premier le volant.

Le personnel engagé sur cet évènement par les équipes compte environ une dizaine de personnes qui sont affairés directement autour de la voiture. Du coup, au moment de rentrer, même les pilotes aident à la poussée des bolides dans le garage. Durant cette séance tout y passe, réglage de l’aile arrière,  différents set-up et combinaisons de pneus/quantité d’essence. Lors de chaque arrêt les pressions des pneus sont rigoureusement contrôlées et notées. A la descente de la voiture, Olivier Panis nous précise que la habituellement bonne SLS se comporte pas mal sur ce circuit rapide de Prenois. C’est ensuite que l’équipe s’enferma dans un des camions ateliers pour débriefer à l’abri des regards.

Ce samedi matin se déroulait la séance de qualification 1, qui établit la grille pour la grille de la course 1 qui se court en à 16h30. Celle-ci se voit réservée aux pilotes amateurs des équipages, on retrouve donc Eric Debard dans la SLS n°3 et Gérard Tonelli dans la n°17. A quelques instants, la tension envahit doucement le garage. Le schéma est le suivant : 15 minutes où tout le monde roule, puis 10 minutes de super pôle pour les 10 meilleurs. Olivier Panis et Renaud Derlot discutent avec leurs binômes du comportement de leurs voitures sur ce circuit, avant de les laisser en découdre. Sur ce « petit » circuit, la présence de 24 voitures sur la piste créé pas mal de trafic, avec lequel les SLS doivent composer. Rapidement la seule BMW Z4 du plateau se montre la plus véloce. Les voitures à l’Etoile accèdent à la super pôle, toutes fois la n°17 se voit avertie par la direction de course pour avoir mis ses roues au-delà de la limite de la piste dans le but de gagner du temps selon eux.

Sous cette météo fraiche, les deux SLS n’occupent pas le haut du tableau, et Eric Debard dans la course à la pôle position doit se battre avec une voiture souvireuse dans le second secteur. Un défaut qu’il n’arrivera malheureusement pas à corriger durant ces 10 minutes et signera au final le 9ème temps. La voiture sœur quant à elle se place 3ème juste derrière la fameuse BMW Z4 n°11 et l’Audi R8 d’un certain  David Hallyday. Cela reste toujours surprenant à observer, mais tous les membres du team sont littéralement scotchés au chrono live, et finalement ne regardent pas tant que ça les images de la télé. A la descente de voiture, c’est d’abord un Eric Debard agacé qui s’extrait du cockpit de la SLS, puis discute rapidement avec les trois autres pilotes pour débriefer de ce qui a plus ou moins fonctionné, à l’occasion d’un conciliabule improvisé à l’arrière du garage. En évoquant le départ de la course à venir, Eric ne se montre pas pour autant inquiet de partir en milieu de peloton.  Il s’affiche confiant sur ce circuit où l’on peut doubler, notamment aussi parce que les écarts sont faibles avec 10 pilotes qui se tiennent en moins d’une seconde.

Enfin, en évoquant la pluie qui pourrait s’abattre à l’heure du départ, il nous fait savoir que cela arrangerait presque leurs affaires, puisque la voiture semble aimer le bitume humide. Pour cette course 1 qui démarre à 16h34, le règlement impose deux pitstops et un changement de pilote. Nous ferons un prochain point juste après la course, qui nous fera entrer dans les détails de la technique et la mécanique de cette somptueuse Mercedes SLS.

GT Tour Mercedes SLS AMG GT3 Graff Racing (3)GT Tour Mercedes SLS AMG GT3 Graff Racing (14)GT Tour Mercedes SLS AMG GT3 Graff Racing (15)GT Tour Mercedes SLS AMG GT3 Graff Racing (19)GT Tour Mercedes SLS AMG GT3 Graff Racing (20)

Le live ici

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "GT Tour Dijon: Depuis le garage Mercedes"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
AD'
Invité

J’y etais cette apres midi, tres belle course, son lot de photos aussi, et vraiment très impressionnantes les SLS.
Autant, je ne suis pas tres fan de la version de série autant cette version GT3 est magnifique, avec en plus un bruit moteur genial, on les entend arriver de loin. étonnante performance de la Z4 également, je ne m’attendais pas a la voir en rivale des SLS, R8, gallardo et autres !

blacky
Invité

excellent article 🙂

wpDiscuz