Accueil 4x4 Essai Mini Coutryman Cooper S : la Mini qui n’en était plus...

Essai Mini Coutryman Cooper S : la Mini qui n’en était plus une ! (1/2)

334
4
PARTAGER

Petit à petit, la gamme Mini s’élargit. Après le cabrio, le break Clubman ou les versions les plus musclées JCW, Mini a ajouté à sa gamme le Countryman, un SUV compact qui, s’il conserve les mimiques des autres versions, n’a plus de Mini que le nom, avec ses plus de quatre mètres de long.

Faciès rieur, pavillon flottant de couleur contrastante, feux arrière verticaux cerclés de chrome, pas de doute, le Countryman porte en lui l’héritage stylistique de la marque depuis sa résurrection par le groupe BMW. Et dans cette version Cooper S, la face avant se fait plus agressive, tandis qu’à l’arrière, les deux sorties d’échappement viennent trahir le tempérament de l’auto.
Pourtant, depuis sa sortie, le Countryman est sujet à des avis très mitigés entre ceux qui aiment son style de baroudeur chic et branché, et les autres qui ne voient en lui aucune filiation historique avec la marque.

Il faut dire qu’avec ses 4,10 mètres de long, le Countryman n’est plus vraiment «Mini» mais ses cinq portes à ouverture classique (contrairement à la Clubman) et son vrai coffre –enfin-, lui confèrent une habitabilité et une modularité que l’on ne connaissait pas jusque là à la marque.
En effet, le Countryman est le premier véhicule de la marque à  accueillir confortablement quatre ou cinq occupants, suivant que l’on opte pour le rail central modulable ou pas, et leurs bagages grâce à son coffre de 350 à 1.170 litres.

A bord, pas de doute, on a bien affaire à une Mini. Le tableau de bord intègre un tachymètre encore plus grand que sur les autres modèles dans sa partie centrale et des leviers de commande métalliques de style aviation. De même le levier de vitesse manquant d’ergonomie et le compte-tour placé derrière le volant intégrant un tout petit cadran pour l’ordinateur de bord sont typiques de la marque.

Et comme sur les autres Mini, il est possible d’équiper sa Countyrman de toutes une séries d’options et de gadgets comme l’éclairage d’ambiance de l’habitacle (au plafonnier et dans les portières) à six couleurs ou le toit ouvrant électrique. Mais comme toujours, tout cela à un coût… plutôt conséquent.
La version de base, le Countryman One, débute à 23.500 euros (22.600 euros en Belgique), un tarif déjà coquet, pour une voiture à l’équipement plutôt dépouillé. Pour une version Cooper S ALL4 comme notre voiture d’essai, comptez 29.900 euros, auquel il faut ajouter 1.050 euros  pour le toit ouvrant panoramique, 1.700 euros pour le système de navigation et 750 euros pour le phares au Xénon, entre autres.

La suite :
Essai Mini Countryman Cooper S : ma famille d’abord ! (2/2)

[zenphotopress album=11233 sort=random number=8]

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Essai Mini Coutryman Cooper S : la Mini qui n’en était plus une ! (1/2)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
GREG
Invité

Enfin elle est fidèle à l’esprit mini si on la compare aux autres SUV du marche

CDA
Membre

Je la trouve tout simplement grotesque ^^ Mais c’est que mon avis.

axsport
Invité

C’est franchement très laid !!!!! Mais bon ça va plaire aux bobos pour emmener les mômes à l’école !!!

Hoareau
Membre

4,10 m et plus de 20 000 euros, tout ça pour une mini; fallait oser!
Et BMW a osé, et bien lui en a pris car il existe bien une clientèle pour ce genre de produit, n’en déplaise aux puristes!

wpDiscuz