Accueil Constructeurs Renault agacé par les services de renseignements français

Renault agacé par les services de renseignements français

77
7
PARTAGER

Alors que la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) a effectué une visite cette semaine au Technocentre de Guyancourt, Renault s’agace des détails publiés dans la presse. Selon le constructeur, la DCRI dévoile trop d’éléments de l’enquête.

C’est par l’intermédiaire de l’un de ses avocats en charge du dossier que Renault s’est offusqué des méthodes de la DCRI.

« On constate qu’à l’évidence la DCRI est dans une position d’apporter sur la place publique des éléments qui portent préjudice à la qualité de l’enquête et au sérieux de ce qui a été fait par Renault  depuis le début », a déclaré Maitre Jean Reinhart à Radio France.

« Renault  ne sera pas un nouveau Bettencourt. En aucun cas nous ne pouvons subir ce flot continu d’informations et de désinformations dont on se demande à qui cela peut profiter », continue-t-il.

Car Renault enquête en interne sur cette affaire depuis un semestre. Lors de la mise à pied de trois cadres, le constructeur français avait annoncé avoir la conviction que ses trois employés avaient tenté de monnayer des secrets, pas forcément techniques, à une « puissance étrangère ».

Et l’enquête continue alors que les trois personnes licenciées ont également déposé des plaintes.

A lire aussi : L’Alliance Renault-Nissan établit un nouveau record

Poster un Commentaire

7 Commentaires sur "Renault agacé par les services de renseignements français"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Dabe
Membre

Comme quoi il est compliqué de maitriser un buzz…

François
Invité

Je suis surpris par les déclarations de Renault puisque cette visite au technocentre a eu lieu en hehors des heures de bureau pour davantage de discrétion et qu’à ma connaissance, la DCRI n’a pas donné de conférence de presse pour tenir celle-ci informée des éléments de l’enquête. Si Renault est si dérangé que ça qu’il y ait enquête (on arrive pas devant un juge sans constituer un dossier), il ne fallait pas porter plainte et proposer un arrangement en famille aux 3 cadres incriminés (en retraduit un chèque contre leur départ et l’absence de poursuites).

mapaulo
Invité

Bravo M. François, vous mériteriez de remplacer M. Gérard Leclercq au poste de DRH Renault tant vos capacités de négociations restent « ouvertes ». Tant pis pour eux.

Carlos Ghost
Invité

Sur cette affaire, lire l’article de Marianne.

Il semble que Renault s’y prend de la plus mauvaise manière possible, et ne soit victime (état aggravé par l’amateurisme de son enquête) que d’une tentative, non d’espionnage, mais de déstabilisation.

Si ça pouvait couter sa place à Carlos je-m’la-pète Goshn, il y aurait ua moins un résultat positif.

Kdor
Invité

Faut pas trop rêver. Un patron qui fait progresser les ventes de son groupe de 20% en un an ne sera surement pas débarqué par les actionnaires.

wpDiscuz