Accueil Berlines Le conducteur du jour: Hangzhou tuning

Le conducteur du jour: Hangzhou tuning

198
1
PARTAGER

En Chine, les jeunes hommes pensent que leur coolitude est proportionnelle à la masse de gel qu’ils mettent dans leurs cheveux. De la même façon, pour leurs voitures, ils sont persuadés que plus elle aura d’autocollants, mieux c’est (remarquez, on en trouve en France, souvenez-vous…) En guise d’exemple de jackytuning Chinois, voici une Chery Cowin vue à Hangzhou.

Elle vous dit quelque chose, cette Cowin? C’est normal, elle reprend l’outillage d’une ancienne Seat Toledo.
Au début, Chery l’a produite telle quelle. Ils s’étaient procuré l’outillage par des moyens détournés et VW n’était pas très content de voir rouler des Toledo sur lequel il ne touchait rien. SAIC, partenaire de VW en Chine et éphémère actionnaire de Chery, a joué les médiateurs et Chery a accepté de la relifter. Actuellement, la Cowin est poussée discrètement dehors pour faire de la place à la Fulwin 2.

Sachant qu’en plus, elle est produite en utilisant les machines-outils d’une usine Ford anglaise ayant fermé, on obtient une drôle de salade.

Mais pour notre homme, ce n’était pas assez. Il a donc rajouté des logos Honda, Mazda, Mitsubishi, Nissan, un « RS » Ford et un « 333 » (l’équipe officielle de SAIC-VW en CTCC.)
Notez, sur la lunette arrière, le totocollant Nürburgring de contrefaçon avec un demi-Nordschleife et les noms des virages de Silverstone dessus!

A lire également:
Le conducteur du jour: il a dévalisé Autobacs!
Le conducteur du jour: la Clio du winner
Le conducteur du jour: dégouté

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Le conducteur du jour: Hangzhou tuning"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Invité
wpDiscuz