Accueil Chevrolet Le Chevrolet Orlando en détails

Le Chevrolet Orlando en détails

56
0
PARTAGER

Chevrolet revient à nouveau sur le marché des monospaces compacts, avec des ambitions renouvelées. Le nouvel Orlando se positionne au cœur du marché Européen, et tentera de se faire une place au soleil par son positionnement tendance « crossover ».

Pour entrer sur un marché déjà bien occupé par les constructeurs locaux, Chevrolet prend une voie différente en adoptant un style qui en ferait presque un crossover, sans toutefois aller jusqu’à la démarche du Dodge Journey. Le terme français de monospace est d’ailleurs bien mal employé ici, et l’acronyme MPV (Multi Purpose Vehicle) correspond mieux, puisque l’Orlando n’est justement pas monocorps. Sa partie avant bien prononcée, ainsi que le dessin de la partie inférieure du profil contribuent à lui donner son allure de crossover. Très carrée, la section arrière est plus ancrée dans le monde du MPV.

A bord, la marque Chevrolet confirme son style avec une planche en « double cockpit » qui encadre la console centrale. L’instrumentation adopte une allure assez technique, et le système audio se sépare en deux entités. D’une part le lecteur CD est disposé au centre, seul, et la façade de contrôle en partie supérieure. Cette dernière bascule totalement, révélant un espace de rangement dédié aux appareils nomade, et contenant les prises USB et Mini-Jack nécessaires.

S’il est en domaine où l’Orlando se rapproche également du monde du crossover, c’est pour sa modularité. Elle est en effet bien plus simpliste que ce que l’on est habitué à trouver chez les ténors de la catégorie. On se contentera en effet d’un second rang rabattable 2/3-1/3, non coulissant, pouvant former un plancher plat avec le coffre. Plat certes, mais toutefois au prix d’un niveau de plancher assez élevé par rapport au sol. Le troisième rang dispose de deux sièges individuels d’aspect plus engageant que sur bien des concurrents. L’espace y est toutefois compté puisqu’il est impossible de glisser ses pieds sous les sièges du second rang.

Une seule motorisation essence est disponible en Europe. Il s’agit du 1.8 de 141 ch / 176 Nm connu dans la berline Cruze. Associé à une transmission manuelle à 5 rapports, il réclame 7,3 l/100 km de super sans plomb, en cycle d’homologation européen, et émet 172 g/km de CO2 (toujours dans le cycle).

Pour les amateurs de diesel, qui seront sans doute nombreux, Chevrolet propose deux versions de son 2.0 CDTI : 130 ch / 315 Nm et 163 ch / 360 Nm. Tous deux sont associés à une boîte manuelle à 6 rapports, et le plus puissant pourra adopter une boîte automatique, toujours à 6 rapports, en option. Côté consommation, les deux unités sont homologuées à 6 l/100 km et 159 g/km. Des valeurs qui grimpent à 7 litres et 186 g/km pour la version automatique.

Côté équipements, trois versions seront proposées : LS, LT et LTZ. La première est proposée avec le 1.8 et le 2.0 CDTI 130 ch, la seconde avec les trois motorisations, et la dernière uniquement avec le 2.0 CDTI de 163 ch.

Les tarifs seront communiqués à l’approche de la commercialisation au début de l’année 2011.

[zenphotopress album=2306 sort=latest number=12]

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz