Accueil Audi Essais croisés Audi A5 Cabriolet & Sportback: Sportback dans les bacs, contact...

Essais croisés Audi A5 Cabriolet & Sportback: Sportback dans les bacs, contact (1/2)

422
4
PARTAGER

L’Audi A5 Sportback, concurrente directe des Mercedes CLS et autre VW Passat CC, n’est autre qu’une A4 maquillée et agrandie. Et suite à l’essai de Christophe Labédan de la version V6 3.2 265, voici la version essence 2.0 TFSi 180 chevaux.

Ici en finition S-line, donc avec châssis sport et les suspensions rabaissées de 10mm, affublée également du kit carrosserie du même nom (1 700 € l’option) qui la rend un brin plus désirable car plus agressive visuellement et bien plus sportive, la A5 Sportback ne fait pas vraiment dans la dentelle.

Audi, et plus particulièrement tous les constructeurs Allemands ont la réputation de produire des voitures sobres mais efficaces. l’efficacité, nous en parlerons ensuite, la sobriété elle n’est pas de mise, surtout avec cette superbe couleur rouge grenat nacrée et les jantes S-line de 18 pouces, un vrai régal ! Esthétiquement, la Sportback est bien plus fluide et élégeante que la version coupé, très massive. La Sportback est plus douce, plus berline que coupé (normal), mais avec de belles formes élancées et une auteur réduite par rapport à une berline classique. Le kit carrosserie  S-line lui offre de plus grosses prises d’airs factices à l’avant intégrant les feux antibrouillards, plus sportif mais s’intégrant bien au design général, pareil pour le déflecteur arrière, peint lui en gris anthracite avec la double sortie d’échappement du 2.0T.

A l’intérieur, la aussi à fond la sportivité S-line, avec du noir, du noir encore du noir et de l’alu, mais d’une qualité irréprochable, Badge Audi oblige. De beaux sièges enveloppants mélangeant un duo de très bon goût cuir/alcantara avec surpiqure blanche, magnifique. De l’aluminium sur les montants de portières, tout autour du levier de vitesse et du MMi Audi, ainsi que autour des conteurs cerclés eux de chrome. Vraiment d’une qualité de fabrication irréprochable. Et si l’habitacle se révèle un peu triste comparé au plumage, l’habitabilité elle, est presque royale ! Seul bémol pour les plus grands, les places arrières se révèleront inadaptés au plus d’1m80.

Une fois le volant (3 branches multifonction en cuir perforé s’il vous plait) en main, le siège réglé en un tour de main (Manuellement pour cette fois), position de conduite basse, dans un siège au maintien idéal. clé enfoncée, frein à main électrique retiré et première enclenchée, en avant la musique !

Enfin musique, si musique il y a, il ne s’agit ici que du 2.0 TFSi dans sa version 180 chevaux. Mais nous ne nous en plaindrons pas ! Commençons par le commencement. On jette un oeil aux compteurs distraitement, puis on se rend compte des chiffres affichés. 280 en V-max et zone rouge à 6500, normal, moteur turbo. Bon il est temps de voir ce que donne cette Sportback, équipée du système Start & Stop. première donnée utile, l’écran entre les compteurs vous indique quand passer un rapport selon la manière dont vous conduisez. Appuyez un peu sur l’accélérateur puis gardez une pression similaire et il vous indiquera d’enclencher la vitesse suivante. Pressez un peu plus l’accélérateur et il vous lâchera la grappe avec son passage de rapport économique, non mais !

Malgré ses 1500 kg annoncés et les quelques 180 chevaux pour les tirer, les performances de cette berline coupé détonnent ! 8.6 secondes pour passer la barre des 100 km/h et plus de 230 km/h en fond de sixième, ce que bien entendu je n’ai pas vérifié. La boite 6 est réactive et le levier de vitesse tombe bien dans la main, avec l’accoudoir central réglable, c’est un vrai régal. Le train avant subit les assauts des 320 nm de couple dès 1500 tr/min du « quatre pattes » à turbo, sur les deux premiers rapports, les remontées de couple se font sentir et l’on en viens à souhaiter une transmission intégrale. Un seul petit regret cela dit pour le bruit de cette voiture, trop feutré, pas assez « expressif ». Mais à ceux qui lui regrettent ce trait de caractère pas assez prononcé, d’autres, les adorateurs du luxe et de l’aisance se feront un plaisir de vous dire et redire le contraire, question de goût et de philosophie. Oui mais dans un modèle S-line, avec châssis sport, siège sport et caisse abaissé, on pourrait s’attendre à un « échappement sport » qui ne dénoterai pas du tout avec l’esprit agressif du kit carrosserie.

Cette voiture est un compromis presque idéal entre une GT et une berline familiale. Une ligne séduisante et racée, une puissance suffisante et un intérieur tourné vers le sport mais d’une qualité sans reproche et ergonomique avec assez de place pour partir en vacance à quatre. Et le tout pour la somme de 40 670 € sans option mais badgée Audi, le rêve de plus d’un père de famille.

Galerie Audi A5 Sportback 2.0 TFSi 180 S-line

DSC_0036DSC_0046DSC_0088DSC_0031DSC_0076DSC_0060DSC_0054DSC_0077DSC_0066DSC_0040

Essais croisés Audi A5 Cabriolet & Sportback: Les cheveux dans le vent (2/2)

A lire également: Essai Opel Insignia 2l CDTi 130ch : Du tout au tout (1/2), Conti Safety Days 2010 : la sécurité, ça pneu aussi être fun

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Essais croisés Audi A5 Cabriolet & Sportback: Sportback dans les bacs, contact (1/2)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
NICO
Invité
Tres belles voitures, mais j’ai 2 remarques: Je ne pense pas que l’A5 Sportback soit une concurente de la CLS surtout niveau tarif, je pense plutot qu’il faut la comparer à la nouvelle A7 J’imagine l’A5 plutot à cheval entre une Passat CC ( moins prestigieuse, strategie marketing ) et une CLS mais pas concurrentes directes Sinon mon audi 2.0 TDI affiche aussi 280km/h au compteur, c’est vraiment pas une sportive aguisée (!!), j’y vois une plutot une rationalisation des couts!, ca fait longtemps que je ne me fie plus au compteur! Sinon gout perso, je prefere de loin l’elegance… Lire la suite >>
TT
Invité

arrêtez de nous gonfler avec l’intérieur noir des audi. la majorité des voitures actuelles ont un intérieur noir. si vous voulez de la couleur, vous pouvez avoir un tableau de bord et des sièges de couleurs comme chez beaucoup de constructeur. c’est un peu comme les couleurs (et les moteurs) des voitures, on a du gris et du diesel car le francais ne veut que cela.
et puis c’est mignon de dire que pour 40000€, on a une audi sans option. c’est quand même une finition sline qui est quand même loin de la version attraction à 34k€.

r.burns
Invité

J’avoue que la première phrase sur la concurrence avec la Passat et la CLS a porté un sérieux coup à la crédibilité que je pouvais porter au reste de l’article, que du coup j’ai un peu lu de travers, les mises au point en commentaires me paraissant relativement justifiées

Geraud
Invité

Hey TT, t’es gentil mais 40000€ pour avoir 180cv sous l’capot, je suis exactement d’accord, c’est très chère payé. Surtout que 180cv pour 1700kg y’a pas de quoi grimper au rideau. A ne pas douter a ce prix la on trouve beaucoup mieux !

wpDiscuz