Accueil Essais Essai Opel Astra Sports Tourer 2.0 CDTI

Essai Opel Astra Sports Tourer 2.0 CDTI

216
7
PARTAGER

Après le succès commercial de l’Astra, Opel nous présente sa version break, à la fois élégante, compacte et sportive: l’Astra Sports Tourer.
L’idée de départ comme pour bon nombre de breaks, est de créer une voiture polyvalente, à la fois bête de somme fiable et pratique pour tous les jours et sportive élégante et bien équipée pour conserver le plaisir de conduite. Jusque là rien de révolutionnaire, les breaks se sont depuis bien longtemps démarqué de leur image de fourgonnette ou de bus scolaire, souvent même au point d’être plus sportifs que leurs sœurs « berline » au look souvent plus conventionnel.

Pour ce qui est de l’apparence, le pari est plutôt réussi. Les designers d’ Opel on fait montre d’ingéniosité en utilisant quelques effets trompe l’œil, en particulier sur les vitres latérales arrières qui s’effilent avec un  angle plus prononcé que le toit, donnant l’illusion d’une ligne de toit proche de celle d’un coupé.

L’avant, à l’instar de la berline,  est profilé avec un pare-brise très incliné, une calandre trapézoïdale, des phares en œil d’aigle et des feux diurnes à diodes reprenant le motif Opel.

L’arrière de la voiture n’est pas en reste avec un ensemble sobre et bien intégré. Le coffre dont l’ouverture est quasiment carrée pour permettre une capacité entre 500 et 1550l selon la modularité choisie, est masqué par l’intégration du hayon qui descend jusqu’au bouclier et les feux qui reprennent la forme lumineuse en aile typique à Opel.

Le coffre se veut facile d’accès et offre quelques astuces bien pratiques au quotidien, à commencer par une paire de poignées permettant aux plus petits gabarits de le refermer sans difficulté. Sa forme carrée rend le chargement facile quelque soit l’objet que vous souhaitez transporter. Très pratique, les sièges arrières (FlexFold) se rabattent automatiquement sur une simple pression de bouton situé dans les flancs de la voiture, chacun des dossiers des sièges arrière étant pliable  en 2/3-1/3, même si les ceintures arrières ont parfois tendance à entraver leur rabattement .

Le cache bagage est lui aussi astucieux. Une simple pression de la main permet de l’ouvrir partiellement vers le haut ouvrant ainsi l’accès au coffre sans totalement enrouler le cache. Pour les objets plus importants, le cache-bagages se rétracte complètement dans la cassette d’un petit mouvement, avec un amortissement en bout de course. L’ensemble du dispositif se retire très facilement et se range sous le plancher de l’espace de chargement.

A l’intérieur l’ensemble est harmonieux avec une touche de sportivité indéniable, un tableau de bord parfaitement agencé, un volant en cuir équipé des commandes principales (radio / téléphone/ régulateur de vitesse / ordinateur de bord) des sièges ergonomiques offrant un excellent maintien. Ils sont équipés d’un réglage sur 8 axes (assise : avant/arrière, haut/bas et inclinaison ; dossier : avant/arrière), d’un réglage électrique sur 4 axes du support lombaire et d’un coussin d’assise extensible. Seule ombre au tableau, certains matériaux comme les baguettes entourant la console centrale laissent à désirer, les plastiques sont un peu durs et les places arrières auraient nécessité quelques centimètres de plus pour les grands gabarits.

Au niveau équipement le Sports Tourer est plutôt bien équipé; Il bénéficie entre autres:

– de la troisième génération du système Adaptive Forward Lighting AFL+ qui a fait son apparition l’an dernier sur la nouvelle Astra, et est maintenant disponible sur le Sports Tourer. Ce système adapte en continu et automatiquement le faisceau lumineux au profil de la route et à la visibilité ce qui favorise le confort de conduite nocturne et la sécurité. Celui-ci est néanmoins proposé au sein d’un pack premium lighting.

– du système Opel Eye  basé sur une caméra montée sur la partie arrière du rétroviseur intérieur qui informe le conducteur des panneaux de signalisation et fournit également une alerte quand la voiture dérive involontairement de sa voie normale de circulation.

– de sièges et volant chauffants

– d’un module main-libres intégré

Au volant, la position de conduite est excellente et le 2.0 CDTI sans mauvaise surprise. Le comportement routier de la voiture est bon même si l’appellation ‘sport’ fait certainement plus référence à l’allure générale de ce break qu’à ses performances de sportive, la vitesse de pointe est de 212km/h et le 0 à 100 se fait dans un familial 9,5s.
Le châssis est agréable et se place bien en courbes avec beaucoup de mordant alors que la majorité de notre test se fera sous la pluie sur chaussée glissante. La consommation mixte avec la boîte manuelle est de 5,1 l/100 km avec des émissions de CO2 de 134 g/km.

Essai Opel Astra Sport Tourer

L’impression générale de ce véhicule est celle d’un véhicule pratique et très bien équipé, à la fois confortable et plaisant qui à un tarif de 25 550€ pour notre Cosmo 2.0 CDTI 160 ch est un excellent compromis. Rien ne vous oblige à vous cantonner à cette motorisation, Opel en offre une gamme très étendue:  six moteurs en tout dont les puissances s’échelonnent de 70 kW/95 ch à 118kW/160 ch.

Galerie photos:
Astra Sports Tourer Astra Sports Tourer  (27)Astra Sports Tourer  (25)Astra Sports Tourer  (24)Astra Sports Tourer  (23)Astra Sports Tourer  (22)Astra Sports Tourer  (18)Astra Sports Tourer  (15)Fusion TIFF FileAstra Sports Tourer  (33)

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Essai Opel Astra Sports Tourer 2.0 CDTI"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
sebaast
Invité

je constate qu’Opel a balayé d’un revers de main l’offre de Rachat de Fiat , mais utilise toujours avec bonheur ses moteurs diesel !!

wizz
Membre

lors du divorce entre GM et Fiat, GM a conservé 50% du business diesel du groupe Fiat

en utilisant ce 2.0 diesel, c’est aussi utiliser un moteur qui appartient à GM (à 50%, et dont la validité n’est applicable qu’en europe)

sebaast
Invité

ok , mais qui le développe , y apporte des modifs ? FPT ( Fiat powertrain) ou Opel ?

wizz
Membre

ce n’est pas celui qui bosse qui est l’importance

c’est à qui ça appartient qui compte. Et ça appartient à 50% à GM

c’est comme nous au boulot. On bosse. On fait des découvertes. Mais ça appartient à l’entreprise…

Michel 68
Invité

Opel (ou plutot GM) a acheté les droits intellectuels de ce bloc moteur 2.0 CDTI a Fiat .

Mais ses futures developements ce sera chacun pour soi .

Chez Fiat , ce 2.0 devellope 170cv et 350Nm dans la Giulietta , voir 360Nm sur la Fiat Bravo et Lancia delta .

wpDiscuz