Accueil Berlines Essai Volkswagen Golf R : Rock n’Roll (1/2)

Essai Volkswagen Golf R : Rock n’Roll (1/2)

407
1
PARTAGER

Trop bourgeoise bien que mythique, la Golf GTI n’est pas une concurrente suffisamment affutée pour faire face aux Ford Focus RS et Renault Mégane R.S.. Volkswagen propose désormais la R, apte à relever le gant avec ses 270 ch.

Contrairement à ses deux concurrentes, qui sont des tractions, la Golf R offre une transmission intégrale. Et alors que la Ford et la Renault sont disponible en une unique configuration, la Volkswagen laisse le choix entre carrosserie trois ou cinq portes et boîte manuelle ou DSG (à six rapports dans les deux cas).

Extérieurement, la Golf R reste plutôt discrète. On n’échappe bien entendu pas aux artifices habituels de ce genre de modèles (boucliers plus aéré, jantes spécifiques, sorties d’échappement et becquet). Toutefois, cela reste savamment dosé pour exprimer la sportivité sans virer dans les excès de la Focus RS. Intelligemment, Volkswagen a recyclé la double sortie d’échappement centrale, héritée des R32. Une filiation qui fera grincer les dents de certains, puisque le V6 a disparu au profit d’un quatre cylindres.

Les raisons sont multiples, consommation en baisse et meilleur équilibre des masses étant les principales. Bien que moins noble qu’auparavant, la mécanique de la Golf R s’annonce plus efficace et moins énergivore. Dès lors, pourquoi refuser le progrès ?

A l’intérieur, on retrouve une finition d’un très haut niveau, comme sur toutes les Golf haut de gamme. Matériaux bien choisis, souci du détail, éclairage d’ambiance travaillé. Tout est fait pour qu’au volant, vous ne confondiez pas votre Golf R avec la BlueMotion du voisin. Là encore, le choix existe pour les sièges : Soit les excellents et très confortables sièges sport habituels de chez Volkswagen, soit des baquets Recaro au maintien renforcé. Ceux-ci (qui équipent notre version d’essai) auront la faveur des sportifs, même si on est en droit de trouver leur coque en plastique brillant d’un goût douteux.

Si d’un point de vue qualité perçue, la Golf R ne laisse que peu de chance à ses concurrentes, elle fait jeu égal (au moins en version trois portes) avec elles. Les cotes d’habitabilité restent les mêmes que sur la version standard. L’équipement est à la hauteur également, offrant régulateur de vitesse, clim bizone, phares bixénon, radar de parking avant et arrière… Pas de quoi toutefois justifier un prix bien plus élevé (36 310 € en base) que celui de la Mégane (à partir de 29 050 €) ou de la Focus (34 700 €).

Essai-Volkswagen-Golf-R-20Essai-Volkswagen-Golf-R-32Essai-Volkswagen-Golf-R-29Essai-Volkswagen-Golf-R-9Essai-Volkswagen-Golf-R-10Essai-Volkswagen-Golf-R-5Essai-Volkswagen-Golf-R-11Essai-Volkswagen-Golf-R-12Essai-Volkswagen-Golf-R-4Essai-Volkswagen-Golf-R-13

Lire également :
Essai Volkswagen Golf R : Rapide

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Essai Volkswagen Golf R : Rock n’Roll (1/2)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
iphone
Invité

Il serait interessant de faire un comparatif avec le Scirocco R qui partage le même moteur

wpDiscuz