Accueil Alfa Romeo Des people et des voitures 2

Des people et des voitures 2

709
7
PARTAGER

Il y a quelques mois, nous vous avions montré une galerie de célébrités d’autrefois et leurs voitures. Voici une nouvelle fournée d’images. Et cette fois, il y a des Français dans le lot!

Vous ne connaissez sans doute pas Portofino Rubirosa, mais vous allez vouloir rêver d’être lui! Dans les années 40-50, il menait une vie avec beaucoup de femmes, beaucoup de Ferrari, beaucoup de soirées et un peu de travaux diplomatiques pour la République Dominicaine. « Je suis trop occupé pour travailler » a-t-il déclaré aux journalistes.
Il a été marié de nombreuses fois, mais une femme a résisté à lui: Zsa Zsa Gabor. L’actrice Hollywoodienne (qui est hélas aujourd’hui en fin de vie) partageait son gout pour les belles voitures. On la voit ici à bord de sa 300SL (son passager est « Rubi ».)

On avait déjà évoqué Miles Davis durant la première série de photos. Avant d’avoir une Miura, il roulait en Ferrari 275GTB/4. L’inventeur du terme « cool » conservait un calibre dans la boite à gants.

Pas facile de trouver des photos de « people » Français ouvertement fans de voitures. Elles ont peur de l’accusation « d’embourgeoisement » ou d’être taxé de pollueurs, sans oublier la hantise de l’invasion de la vie privée par les paparazzi. Des rappeurs passent régulièrement dans Auto-Moto et ils y dévoilent leurs énormes SUV tunés ou leurs Lamborghini… Puis, à la fin du sujet, on peut lire un discret « nous remercions le garage Machin pour le prêt des véhicules. »

L’un des rares « car guy » Français qui accepte de poser avec ses propres voitures, c’est Johnny Halliday. C’est avant tout un fan de la culture US des années 50-60. Or, la voiture faisait partie intégrante de cette culture.
En 1969, Henri Chemin (alors patron de la compétition chez Ford France) a l’idée d’une opération pipolo-promotionnelle: confier une Mustang à notre Johnny national pour une poignée de course. Premier rendez-vous: le rallye Monte-Carlo avec Chemin (ci-dessous, avec Johnny) en co-pilote. Pas facile de s’improviser pilote de rallye. Malgré un coach personnel, Johnny est trop lent. En plus, le pont arrière de la ‘Stang lâche. Relégué aux profondeurs du classement, l’équipage renonce.
Sur le plan de la communication, en revanche, c’était le jackpot. Des fans hystériques affluent sur le parcours du rallye pour « voir Johnny ». A chaque étape, la Mustang et son pilote sont pris d’assaut! Notez au passage que Johnny change de look: exit le gentil yéyé, il est désormais un rocker avec cheveux longs et boots (ce qui lui permettra de « survivre » artistiquement à la mode yéyé.)

Autre rocker, Keith Richards. A la grande époque des Stones, il possédait une Bentley Continental S3, baptisée « Blue lena ». Richards faisait alors vivre des villages entiers de Colombie. Alors, à l’instar de la Shelby de Jim Morrisson, la Bentley jouait les boules de flipper à quatre roues.

Dustin Hoffman n’est pas un fan de voitures stricto sensu. Néanmoins, il est le neveu de Max Hoffman, qui fut représentant Alfa Romeo, Ferrari, Mercedes, Porsche, VW et plus tard BMW, pour la côte est des Etats-Unis. Comme par hasard, le premier job d’acteur de Dustin est une pub pour VW.
En 1966, le réalisateur Mike Nichols cherche une voiture pour le héros de son film Le Lauréat. Max Hoffman voudrait un vecteur de promotion de l’Alfa Spider. L’affaire est conclue!

L’histoire ne précise pas si Nichols a embauché Dustin Hoffman pour avoir la voiture. Ou bien si c’est une fois que Dustin a été embauché et qu’il a eu vent des soucis automobilistiques de Nichols, qu’il a pris son téléphone pour demander à son tonton s’il n’a pas une voiture à prêter…

Steve McQueen restera sans doute l’acteur le plus passionné de voitures (on a déjà évoqué sa vie ici.)
Plusieurs réalisateurs déjà s’étaient cassé les dents à vouloir retranscrire le sport automobile. Mais McQueen s’accrochera à son Le Mans. Le tournage a demandé un budget colossal et le succès commercial de ce (beau) documentaire vaguement maquillé en film d’action était illusoire. Ce film ruinera financièrement et humainement (sa première femme divorcera) McQueen. Evidemment, ensuite, il n’aura plus un cent pour courir ou même s’offrir une GT.
Steve McQueen devait bien sentir que toute sa vie, résultat de 15 ans de travail acharné, était en train de lui échapper. Pourtant, les images du making of montre un McQueen le sourire aux lèvres, qui fait mumuse avec ses joujoux. Derek Bell, qui joue les cascadeurs, est venu avec sa Brabham/Ford de F2. McQueen en profite pour s’offrir un tour avec.

Honnêtement, avant ces deux là, qui avait entendu parler du Brésil? « O rencontre dos reis »: pas besoin de traduction… Grâce à eux, le pays se lancera ensuite dans la production en série de joueurs de football et de pilotes de F1.

On reste dans le ballon rond avec Michel Platini. L’un des premiers footballeur Français millionnaire veut nous faire croire qu’il roule en R12.

Claude Lelouch est un grand fan de voitures. Pour Un homme et une femme, il utilise largement les relations de Jean-Louis Trintignant (neveu de Maurice, alors pilote Ford France.) Il y a des jours et des lunes commence par un simili spot pub pour l’Alpine V6 aux abords du Mont saint Michel.

En 1976, après avoir filmé Et si c’était à refaire, il lui reste une bobine de film. Il décide d’improviser un court-métrage avec. Dans C’était un rendez-vous, un homme traverse un Paris endormi sur les chapeaux de roue pour donner un bouquet de fleurs à sa bien-aimée. La caméra, au ras du bitume, les bruits rageurs d’un V8 Ferrari en bande-son et le côté intrépide (il grille des feus rouges) a marqué les esprits. Dans une ère pré-YouTube, seuls quelques initiés avaient pu voir ce film, longtemps inédit en vidéo. De quoi rajouter au mythe.
En fait, Lelouch a filmé avec sa 450 SEL 6,3 personnelle et c’était lui qui conduisait. Le moteur Ferrari fut rajouté en post-production.

Pour beaucoup, la carrière de Tom Selleck se résume à la série TV Magnum. Mais en 1976, bien avant Robin1, il faisait une pub pour un banal coupé Dodge.

Serge Gainsbourg adorait la provocation et les voitures faisaient parti de son attirail. 1) En pleine autophobie post-crise du pétrole, il s’affiche au volant de luxueuses voitures (Lincoln, Rolls-Royce…) 2) Il n’a aucun respect pour ses montures, se comportant à bord comme n’importe quel beauf. 3) Il n’a même pas le permis!

Dans You’re under arrest, l’un de ses derniers clips, il fait semblant de conduire une Mercedes SEL. Notez la plaque « New York », qui ne ressemble à rien, sur une Benz visiblement Française (phares jaunes…) D’autre part au début du clip, la bande son nous fait croire que Gainsbarre cherche une bonne radio (et que, faute de musique à son gout, il glisse une cassette de son tube dans le lecteur.) Or, il ne touche même pas à sa radio!

Beaucoup ont été surpris de voir Tom Cruise exploser le chrono des « stars in a reasonably priced car » de Top Gear. En fait, à la fin des années 80, Cruise a tenté de courir en SCCA. Sa 300ZX n’a pas supporté longtemps son pilotage trop généreux…

Et Cameron Diaz? Après son éclosion dans The Mask, elle a plusieurs fois participé aux Toyota Pro/Celebrity. Elle a même voulu se lancer dans une carrière de pilote, un projet avorté faute de temps.

Dans quelle voiture roule Steve Jobs? Vous vous imaginez sans doute que le charismatique PDG d’Apple possède un véhicule futuriste, genre Aptera.

En fait, il possède une SL 65 AMG. Originalité: la voiture n’est pas immatriculée et Jobs a même reçu des PV pour cela. Malgré tout, il persévère.

A lire également:
Des people et des voitures
La Ford Mustang de Jim Morrison
Steve McQueen
Les voitures de James Dean: 1, Porsche 356 Speedster
Les voitures de James Dean: 2, Lotus Mk IX
Les voitures de James Dean: 3. Porsche Spyder 550

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz