Accueil Champ Car Indycar: les qualifications des 500 miles d’Indianapolis

Indycar: les qualifications des 500 miles d’Indianapolis

94
3
PARTAGER

Le week-end prochain débuteront les 94e 500 miles d’Indianapolis. La lutte pour les 33 places fut âpres. Dans la tradition d’Indy, il y eu des surprises, bonnes et mauvaises…

La première ligne

Chez Penske, c’est la fête: 3 voitures (celles de Helio Castroneves, Will Power et Ryan Briscoe) aux 4 premiers rangs! Un résultat dans la continuité de la domination Penske de ce début de saison. Seul Dario Franchitti (Ganassi) a réussi à pu troubler la marche de l’équipe. Troisième, l’Ecossais s’intercale entre Power et Briscoe.

Le plus heureux, c’est Castroneves, en bonne place pour gagner pour la quatrième fois les 500 miles. Les amateurs de stats noteront que les années précédentes, le Brésilien avait transformé chaque pole en podium. En 2009, parti premier, il fut également le premier devant le damier. On remet ça en 2010?

Le surprenant Alex Tagliani (FAZZT) et Scott Dixon (Ganassi) complètent le deuxième rang.

4 femmes

Record battu! Cette année, il y aura 4 femmes sur la grille (mais pas celles prévues.)

Vainqueur de plusieurs manches d’Indy Light, la Brésilienne Ana Beatriz (Dreyer & Reinbold) n’avait participé qu’à sa manche nationale. A Indianapolis, elle devait à la fois découvrir l’anneau et se remettre dans le bain après plusieurs mois sans volant. Elle décroche néanmoins le meilleur temps des féminines (21e), juste devant ses consœurs Simona de Silvestro (HVM) et Danica Patrick (Andretti.) L’indépendante Sarah Fisher (Sarah Fisher Racing) est un peu plus loin, au 29e rang.

Les invités surprises

Bruno Junqueira restera comme le Poulidor du Champ Car (3 titres consécutifs de vice-champion, de 2002 à 2004 et aucun titre.) Sa dernière saison complète remonte à 2008 et aux qualifications des 500 miles 2009, il s’est contenté de chauffer le baquet de Tagliani. Néanmoins, le Brésilien s’est offert le 25e temps.

Par ailleurs, à 47 ans, le vétéran John Andretti (Petty/Andretti) a décroché le 28e ticket pour Indy. Lorsqu’il a débuté, en 1988, une partie du peloton n’était même pas née…

Les repêchés

Takuma Sato (KV/Lotus) est arrivé à Indy à coups de communiqués de presse faisant référence à la victoire de Jim Clark en 1965. Accidenté le samedi, son histoire a bien failli se finir comme plutôt celle d’Al Unser Sr et la Lotus 96T… Finalement, il réussi à se qualifier lors du « Bump day » (repêchage) de dimanche, avec un modeste 31e temps.

Juste derrière le Japonais, Tony Kanaan (Andretti) et le débutant Colombien Sebastian Saavedra (Bryan Herta) s’invitent in extremis sur la grille.

Les exclus

Il y n’a pas si longtemps, l’Indycar n’avait qu’une quinzaine de concurrents réguliers. Même en sortant les mulets, l’organisateur avait du mal à remplir les 33 places sur la grille. D’où une tournée des écuries d’Indy Light et d’ALMS pour savoir si par hasard, elle ne voulait pas aligner une voiture…
Cette année, ils étaient 44 à convoiter les 33 places. A Indianapolis, c’est la voiture qui est qualifiée. Le carottage classique d’un pilote consiste à qualifier aussi son mulet et de donner ensuite le spot à un autre. Pas de ça cette année et certains seront même bon pour regarder la course depuis leur fauteuil.

Depuis la faillite du Champ Car, en 2008, Paul Tracy ne fait plus que de l’intérim. Trop vieux, trop lent et surtout, trop caractériel, il n’intéresse plus les patrons d’écuries.
A Indianapolis, il avait une voiture préparée par Barry Green (ex-patron de Tracy dans les années 90.) Mais il n’y eu pas de miracle et le Canadien ira bougonner ailleurs.

Il aurait pu y avoir 5 femmes sur la grille. Mais comme d’habitude, Milka Duno (Dale Coyne) était à l’arrêt. Trop lente lors du bump day, elle a (une autre habitude) prétexté un problème technique pour se justifier.

Source:
Indycar

A lire également:
Indycar: Kansas City

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz