Accueil Concept car Salon de Pékin: MG Zero

Salon de Pékin: MG Zero

207
0
PARTAGER

A Pékin, le Sino-anglais est venu avec ce concept-car MG Zero. Traditionnellement, les concept-cars de MG-Roewe préfigurent un modèle de série (cf. le concept-car Roewe N1 et la 350 de série.) Et donc, cette MG Zero est une version à peine maquillée de la future MG2.

Comme souvent chez les constructeurs Chinois, la présentation était somptueuse avec d’abord un logo futuriste:

Puis la MG Zero débarque sur une estrade mobile:

Avec enfin des danseurs:

Le « Zero » ne signifie pas « zéro émissions de CO2 », mais « zéro contrainte ». Cette citadine prétend en effet être destiné à la nouvelle génération, les « G90 ». Or, cette génération veut plus de liberté (sur les plans sociaux, économiques et consuméristes s’entend) que leurs ainés.

Pour le folklore, elle est ainsi équipée des décals et de housses de siège pour la customiser à votre gout et d’un plafonnier arrière pour jouer aux jeux vidéos, envoyer des Tweet sur votre portable ou peindre (?).

MG est muet sur la motorisation ou le prix éventuel. Il a juste dévoilé qu’elle sera commercialisée au second semestre 2010.

Rappelons qu’elle possède la plateforme SCCS (Small Common Component & Systems) des Punto Evo et Corsa D. Une Grande Punto a d’ailleurs servi de mulet.

Pour cette première journée presse du salon de Pékin, elle a l’air d’intéresser surtout les Anglais d’Autocar. Elle serait effectivement produite à Birmingham (ex-Longbridge) et vendue en Europe. De quoi donner de grandes ambitions à l’ex-site MG-Rover…

Petite parenthèse. Le fait que MG emploie le terme « G90 » est intéressant. La sociologie de l’automobiliste Chinois est peu prise en compte par les analystes, pourtant, elle a connu de gros bouleversements.

Dans les années 90, les acheteurs étaient des fonctionnaires de 40, 50 ans issus des grandes villes. Les usines fournissaient à peine de quoi donner une voiture pour 1 000 Chinois. Il ne fallait donc pas faire le difficile. de toute façon, ils n’aimaient pas la nouveauté et préféraient les valeurs sûres (Jetta, Santana, ZX/Fukang, Xiali, etc.)
Avec l’entrée de la Chine dans l’OMC. Des cadres de 30, 40 ans, travaillant dans le privé et ayant déjà un enfant, ont pu accéder à l’automobile. Ces personnes qui découvraient la société de consommation se sentaient désemparés face aux concessionnaires. D’autant plus que désormais, il y a le choix! Alors ils s’en remettent au bouche-à-oreille. Une voiture qui bénéficient d’un buzz favorable peut voir ses ventes exploser d’un coup (cf. la Polo en 2006, la Focus en 2007, la Fit/Jazz en 2008) et retomber aussi vite. C’était aussi une époque où les concessionnaires n’acceptaient que les espèces et où les routes étaient couvertes d’apprenti-conducteurs.
Vers 2007, une nouvelle génération est arrivée: les « post-80 ». Grâce à la croissance Chinoise, ils n’ont plus à économiser pendant 10 ou 20 ans pour s’offrir une voiture (d’autant que le crédit auto se généralise.) Ils sont plus blasés vis-à-vis des voitures et donc plus exigeants. Ils veulent plus de confort, des moteurs qui consomment moins, une voiture ayant une certaine ligne et ayant obtenue plusieurs étoiles au crash-test C-NCAP.

Plus généralement, l’automobiliste Chinois a gagné en maturité. D’une année sur l’autre, le Top 10 des ventes ne bouge quasiment plus. La clientèle est devenue hétérogène. L’automobile atteint des villes de plus en plus petites et des catégories sociales de moins en moins favorisées. Les Chinois ne veulent plus uniquement des berlines moyennes 4 portes. Ils veulent aussi des citadines, des monospaces, des SUV de milieu de gamme, des berlines premium, des low-cost modernes, etc.
Les acheteurs de voitures neuves ne sont plus des novices. Notre cadre urbain du début des années « 00 » a changé de voitures. D’autres ont débuté avec une occasion avant d’acheter une voiture neuve. Terminée, l’époque où on attrapait les gogos avec une belle pub ou un vrai/faux réseau social à la gloire de son produit.

Quant aux G90, ce sont de « jeunes actifs » nés dans les années 90. Ce sera la première génération qui n’aura pas connu les rues pleines de vélos. La première génération dont les parents ont eu une voiture. Ils seront encore plus exigeants que leurs ainés et les constructeurs vont devoir redoubler d’efforts. Donc, les constructeurs Chinois devraient ainsi produire enfin des véhicules aux standards Occidentaux.

A lire également:
Spyshots MG2

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz