Accueil Actualités Entreprise Opel réembauche en Pologne pour l’Astra 4

Opel réembauche en Pologne pour l’Astra 4

93
3
PARTAGER

Enfin une bonne nouvelle en provenance d’Opel ! Le porte-parole de GM Pologne, Przemyslaw Byszewski a en effet indiqué vendredi que l’usine d’Opel (dans le giron de General Motors) située dans le sud de la Pologne allait réembaucher cette année. Méthode « miracle » ? la production de la nouvelle Astra 4.
600 à 700 personnes pourront ainsi franchir – dans le bon sens – la porte du site de Gliwice en vue de développer la production de la nouvelle moyenne cylindrée d’Opel.

Le processus de recrutement a d’ores et déjà été lancé. L’objectif étant, d’ici la mi-2010, de revenir au rythme des 3/8 et de réaliser l’ensemble des embauches prévues.

La cible : que l’usine puisse tourner à plein régime, à l’identique du niveau atteint avant la fin de 2008. L’entreprise misant totalement sur les commandes pour la nouvelle Opel Astra pour ce faire. Durement impactée par la crise automobile, l’usine de Gliwice a vu sa production dégringoler de 43,5% en 2009, à 96.700 véhicules contre 171.640 en 2008. Désormais, les capacités de production s’élèvent à près de 220.000 véhicules par an.  

A l’heure actuelle, le site emploie environ 2.500 personnes …. soit 500 de moins qu’en 2009. Dans le cadre du plan du restructuration présenté par Opel début février, une quarantaine de poste administratifs devraient également être supprimés.  

La semaine dernière, Opel a annoncé vouloir investir 11 milliards d’euros d’ici 2014 tout en supprimant 8.300 emplois, l’objectif étant de revenir à l’équilibre financier dès 2011.

Détaillant le plan de restructuration, le directeur général d’Opel, Nick Reilly, a précisé que la stratégie du groupe était bâtie en grande partie sur le renouvellement de quatre cinquièmes de la gamme.

Mais syndicats et la direction sont en net désaccord, l’annonce par GM de son intention de fermer l’usine Opel d’Anvers ayant largement envenimé le débat.

A  noter par ailleurs que GM demande 2,7 milliards d’euros d’aides d’Etat aux pays dans lesquels il exploite des usines, dont l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne et la Pologne, pour financer 3,3 milliards de coûts de restructuration.

Nick Reilly a précisé que les aides publiques devraient être proportionnelles aux effectifs de la société dans chaque pays concerné. D’où le « retour » de 600 à 700 personnes supplémentaires sur le site polonais ? Qui sait ….

Sources : AFP, Reuters

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz